« L’homme qui Traversa la Terre » de Robert Darvel

Posté le Vendredi 14 octobre 2016

l'homme qui traversa la terre logo


Voilà, je viens de terminer avec grand plaisir « L’homme qui traversa la terre » de Robert Darvel. Un magnifique livre tout d’abord parce qu’il est beau visuellement, avec une couverture et un lettrage réellement sublime ne pouvant qu’attirer la curiosité du lecteur. Ensuite, il y a l’intérieur avec une histoire « d’amour et de vengeance » comme le sous-titre l’indique, originale et inventive où l’auteur y exprime non seulement tout son amour pour les littératures populaires, mais qui, avec son style si caractéristique enchante nos zygomatiques et excite notre imaginaire. Tout est fait dans cette singulière aventure au cœur de la terre pour enchanter le profane comme le spécialiste de la littérature de genre. Avec son humour habituel, il parsème le périple de son héros Louis Zédre-Rouge, de références que le lecteur avisé ne manquera pas de relever avec l’hommage qu’il rend ici à nos amis coupable du célèbre pavé sur « Les terres creuses » en les impliquant, qui comme technicien soumis à l’influence du rayon ZR, capable de cette fameuse décohérence permettant de traverser la roche et portant le nom d’Altairac, qui comme ces créatures extraterrestres qui se meuvent dans un univers digne de Rosny-Aîné possédant le don naturel de se dissocier afin de vivre dans la croûte terrestre et répondant au nom de « Caustes ». Un roman qui se lit aussi facilement qu’il vous sera possible de traverser les roches les plus dures grâce ce fameux rayon .

Parsemé d’autres petits clins d’œil que je vous laisse découvrir il s’amuse,tel le petit Poucet, à joncher ce trajet au cœur de la croûte terrestre, d’indices qui en disent long sur son insatiable curiosité littéraire . Dans cette dernière œuvre d’un auteur plus que surprenant, une fois encore le rouge est de rigueur, à commencer par la couverture puis le nom de l’inventeur du fameux rayon sans oublier cet état si particulier où les spécialistes de l’exploration souterraine voient la coloration de leur peau virer à cet état d’incandescence, signe pour eux qu’il est grand temps de passer dans la machine à restructurer, et ce, afin d’éviter d’être prisonnier à jamais de cette masse solide qui recèle bien des mystères. Mais pouvait-il en être autrement lorsque l’on s’appelle Robert Darvel, grand explorateur de la planète Mars ? Un roman à l’ancienne, résolument moderne où il utilise les codes du genre, mais sans cette lourdeur habituelle de style rencontrée parfois chez nos illustres pionniers,en utilisant bien au contraire un langage riche et généreux que le lecteur habitué découvre à chaque fois avec un réel plaisir. On y retrouve cette même étincelante écriture dégustée lors de sa longue nouvelle, « Hors des eaux », publiée chez Bibliogs dans la superbe anthologie « Bestiaire humain » .

La grande force de ce roman enfin,est d’avoir donné de la matière à l’immatériel, à créer un univers, comme je le signalais plus haut, proche de celui de Rosny-Aîné en imaginant un monde de créatures vivant sous nos pieds, obéissant à leurs propres codes et répondant à des caractéristiques physiques faisant appel à un univers singulier, hors du monde, hors du temps. La deuxième partie « La péninsule Tholéiitique » est en ce sens un exercice de style fichtrement bien réussi, car il nous entraîne dans un monde que bien peu d’auteurs avaient exploré à ce jour . C’est tout simplement irréel et fascinant et fois de plus, pouvait-il en être autrement de l’homme qui créa le « Psychagog » ?
Tout se termine par une belle histoire d’amour, mais avec une pudeur et une telle sensibilité qu’il nous faut nous tourner vers ces grands classiques d’histoires d’amours (presque) impossibles de la littérature fantastique où, à défaut d’amants d’outre-tombe, nous avons ici affaire à des amants d’outre terre, mais comme le dit si bien l’auteur : « Les tombes, billevesées des vivants !»
Un grand roman d’amour de vengeance et d’aventure qu’il ne vous faudrait manquer pour rien au monde et où éclate une fois de plus tout le génie de cet infatigable rêveur de l’imaginaire

« L’homme qui traversa la terre,roman d’amour et de vengeance » de Robert Darvel, Couverture de Melchior Ascaride. Publié chez « Les Moutons Électriques »

 

Résumé de l’éditeur :

« Louis Zèdre-Rouge, inventeur de génie, s’acharne à mettre au point le rayon ZR, qui doit permettre à un corps humain de pénétrer la matière.

  Suite à une maladresse, sa fiancée Emerance de Funcal est exposée au rayon. Elle s’enfonce et disparaît dans les entrailles de la Terre… Louis est accusé de meurtre ; il sera jeté en prison. À en croire les gazettes, il se pendra dans sa cellule. Islande, dix ans plus tard : un des nombreux sites de prospection géologique de l’Empire Funcal, qui s’étend sur et sous le globe grâce à l’appropriation de la technologie ZR. Bientôt, d’étranges faits surviennent, qui perturbent les travaux des ouvriers-racleurs altérés. Une vengeance venue de l’intérieur de la roche est-elle en marche ? »

 

l'homme qui traversa la terre

 

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 6:31
Enregistré dans Non classé
Le Chameau à Voile de G.Tiret-Bognet

Posté le Dimanche 21 août 2016

Cette petite histoire en image parue dans la revue « Le Globe Trotter » N°80 du Jeudi 13 Aout 1903 est assez symptomatique d’une humour début de siècle et de l’aspect assez cocasse que pouvait revêtir le thème de l’aventure. Preuve que science, humour et imagination peuvent faire bon ménage!

chameau 1

chameau 2

chameau 3

chameau 4

chameau 5

chameau 6

le chameau à voile

 

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 10:40
Enregistré dans en feuilletant les revues
Du « Merveilleux Scientifique » Chez Bibliogs

Posté le Samedi 23 juillet 2016

Hier en rentrant crevé du boulot, petite bouffée d’oxygène avec l’arrivée d’un paquet que j’attendais avec impatience. Je l’ouvre comme un gosse un jour de Noël, mes doigts tremblent, je suis fébrile…..même après des années d’archivages de documents j’ai toujours ce plaisir immense lors de la découverte de nouveaux livres! Quatre magnifiques volumes, d’une sobriété éclatante et d’un raffinement parfaitement équilibré, quatre pépites qui laissent présager une nouvelle fois de merveilleux moments de lecture. Bibliogs, c’est une pierre précieuse, un travail de titan orchestré par un véritable passionné, des ouvrages rares pour les amateurs que nous sommes. Je me fais un point d’honneur à archiver dans ma bibliothéque ces textes introuvables car ils ont la saveur des choses oubliées et qui se dégustent comme du bon vin. Hier soir, malgré la fatigue, j’ai lu l’érudite préface de Fabrice Mundzik au sujet d’Émile Gautier, et je voudrais te remercier de me faire connaitre cet homme extraordinaire dont les « Chroniques scientifiques » que je ne connaissais absolument pas , sont un enchantement pour le Savanturier que je suis. Chers amis, voilà une collection qu’il ne faut absolument pas laisser passer, je pense que plus tard vous le regretterez en regard de la richesse thématique de cette collection.
C’est en plaçant de tels livres dans mes rayonnages , que je repense à ce magnifique phare bibliothéque que l’on découvre dans le passionnant « La loi du désert » de Franck Ferric, nous sommes un peu les garants de la préservation de la mémoire des ces hommes de l’ombre, ces voyageurs de l’imaginaire qui couchèrent sur le papier le témoignage de leur vie, d’une époque, de ces petits rien, anodins en apparence,mais qui vont constituer un trésor inestimable pour les archéologues du merveilleux que nous nous efforçons d’être!
Bravo Fabrice, Bibliogs c’est un cadeau inestimable que tu nous fais, mais pouvait-il en être autrement avec un homme avec un grand cœur comme çà ?

Pour commander c’est ici:  Bibliogs

 

ob_28fb88_emile-gautier-chroniques-scientifiques

ob_f672f7_emile-gautier-chroniques-scientifiques

ob_93b107_fouilles2

ob_7e0fab_vestiges

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 16:11
Enregistré dans Non classé
« Le Tombeau Du Diable » de Eric Bony

Posté le Jeudi 19 mai 2016


Journaliste pendant de longues années pour une revue consacrée à l’étrange, outre sa participation à la revue « Mystère » et son implication pour l’émission « L’odyssée de l’étrange », Eric Bony ne pouvait pas faire mieux que de se lancer dans le roman de fiction avec ce premier volume d’une héros que nous affectionnons tout particulièrement « Le journaliste de l’étrange »
Thomas Cazan est un habitué des Charlatans de toutes sortes et lorsqu’il y a quelques années, avec une bande de copains, il crée la revue « Enigm » l’époque se prêtait à tous ces articles à sensation, mais rédigés avec une rigueur et un professionnalisme qui aujourd’hui n’intéresse plus les nouveaux dirigeants. Autre temps, autres mœurs, on ne lui demande plus d’enquêter sur des phénomènes plausibles, concrets, vérifiables, mais sur des faits incroyables et tellement gros que non seulement cela sent l’arnaque à plein nez, mais en plus ébrèche fortement sa foi en son métier de journaliste. A présent son métier est devenu une véritable croisade et il n’a de cesse de démasquer les escrocs qui se prétendent investi d’une mission divine ou de pouvoirs extraordinaires, ce qui n’est pas au goût de son patron : il faut bien faire vivre le commerce et faire bouillir la marmite ! On lui somme de rentrer dans le rang en lui confiant le reportage de la dernière chance. Une exposition doit avoir lieu au petit palais et consacrée aux objets maudits. Son reportage se focalisera sur un bijou mystérieux ayant appartenu au célèbre bandit « Mandrin » et possédant la fâcheuse manie de tuer ses propriétaires. Lors de l’interview de son actuel possesseur, dans la chambre forte abritant l’objet rare, ce dernier est horriblement assassiné avec le garde assurant sa protection, le commissaire de l’exposition y est gravement blessé et notre journaliste, pris pour cible, est contraint de fuir. Poursuivit par le service de sécurité de l’exposition, pensant qu’il s’agit du voleur, il sera sauvé de justesse par la mystérieuse Marie, descendante de la famille de Mandrin qui elle aussi compte bien retrouver le fameux bijou. Celui-ci contient en effet un indice permettant d’accéder à un mystérieux trésor, convoité par toute une génération de chercheurs de trésors. Commence alors une course-poursuite effrénée, une course contre la montre dans laquelle s’engage la police persuadée que Cazan est le véritable coupable, Marie qui semble être trop serviable pour être honnête et une mystérieux groupe occulte ayant à sa tête Balbek un être cruel qui est persuadé que le véritable trésor n’est pas moins que le tombeau du diable. Le chemin de cette course effrénée va ainsi être jonché d’une multitude de cadavres, car nous apprenons au fil de l’histoire, des intentions peu louables de ce monstre assoiffé de sang à la tête d’une organisation aux ramifications tentaculaires et dont la seule forme d’expression est la torture et le massacre. Après bien des péripéties, Thomas Cazan découvre alors les enjeux de cette course au trésor qui, dans un final apocalyptique et totalement surprenant, nous révèle un des mystères le plus controversé du XXéme siècle.


Inutile de vous dire que ce livre au rythme effréné possède son lot de mystères et de crimes particulièrement violents et que l’on ne repose que contraint et forcé afin de reposer un peu ses yeux tellement l’écriture y est alerte avec un rythme qui ne supporte pas les temps morts. J’ai retrouvé ce même plaisir de lecture lorsque j’avais dévoré, sur les conseils d’un ami paléontologue « La griffe du diable » ( Teins tiens ! Bizarre là aussi, il est question de l’ange déchu), un roman qui présente des similitudes en terme d’action et de rebondissements ( une lecture indispensable) . On sent dans ce roman de presque 450 pages le vécu de l’auteur et sa profonde expérience dans le domaine de « l’occulte » conférant au personnage principal une solide texture et l’on imagine sans mal Éric Bony comme une sorte de clone fictif de ce journaliste de l’étrange qui d’entrée de jeu nous est fortement sympathique. Le roman est bourré de références au cinéma et aux séries télévisées et l’on devine ainsi l’écrivain grand fan du grand et petit écran ,prenant un malin plaisir à saupoudrer son histoire des incontournables classiques du genre. Il y a ensuite cette galerie de personnages assez pittoresques voir même terrifiant et si les méchants de l’histoire sont vraiment détestables à souhait, mais avec malgré tout un aspect fascinant et puisque surtout, que diable, ils pimentent l’histoire de leurs interventions radicales et sanglantes, les « gentils » attirent toute notre sympathie, car du chasseur de trésor tenant une fort belle librairie dans un cadre propice à notre imaginaire en passant par le rat de bibliothèque, enfoui dans une cave pratiquement oubliée des hommes et qui entasse depuis des décennies tous les faits étranges et surnaturels se déroulant sur notre bon vieux sol français, le lecteur grand fan de cette littérature ne pourra qu’y trouver son compte et s’identifier quelque peu à de si originales figures. Sans oublier nos deux héroïnes, figures archétypales de la femme fatale, fortes et redoutables à la fois, mais dont la seule devise sera le classique : « La fin justifie les moyens », et bien entendu, le flic qui se la joue décontracte et qui sous des apparences de ne pas trop y toucher est doué d’une grande perspicacité.Mais au delà de cette impressionnante galerie de personnage , il y a l’intrigue fort originale gravitant autour de la légende de Mandrin et que l’auteur vient associer à une affaire assez curieuse dont j’avais entendu parler pour la première fois grâce à mon ami Jean-Luc Rivera, grand amateur de mystères et de civilisation disparues : l’affaire Glozel

Glozel est un lieu-dit de la commune de Ferrières-sur-Sichon, dans le département de l’Allier, situé à une trentaine de kilomètres de Vichy. Il est devenu célèbre à partir de 1924, quand fut mis au jour un ensemble d’objets, attribués dans un premier temps à une époque préhistorique, mais dont l’ancienneté et parfois l’authenticité furent rapidement contestées. Les objets découverts sont des pierres taillées, des poteries, des ossements, des fragments de verre, et surtout des tablettes de céramique portant des inscriptions évoquant une écriture dans un alphabet souvent rapproché de l’alphabet phénicien. Ces vestiges sont à l’origine d’une vive controverse qui divisa une partie de la communauté scientifique. La découverte initiale est réalisée le 1er mars 1924 par Émile Fradin, alors âgé de 17 ans, et par son grand-père Claude Fradin en défrichant le champ Duranthon, surnommé plus tard « le Champ des Morts ». Le pied de l’une des vaches tirant la charrue s’enfonce dans une cavité. Les Fradin découvrent une fosse dont les parois sont revêtues de briques , le sol y est couvert de dalles d’argile. La fosse contient des ossements humains, des instruments en pierre ou en os et des fragments de céramique. En deux années, le gisement livre environ 3 000 vestiges très variés. La découverte de ce site remet en question bien des choses sur notre histoire entre autre il met en évidence, et d’après la datation de certaines pièces provenant du néolithique, de l’existence à cette époque d’un système d’écriture alors que, officiellement, celle-ci ne remonte qu’à l’époque des phéniciens

Je ne peux que vous encourager à faire de petites recherches sur le net et d’en apprendre plus sur cette incroyable histoire que tout Savanturier se doit de connaître et Eric Bony, grand spécialiste du genre ne pouvait laisser filer une si belle occasion d’échafauder une hypothèse assez séduisante pour faire un lien avec son histoire de bandit de grand chemin, de bijou maudit et de ce fameux « Tombeau du diable ». En ce sens, le tout premier chapitre se déroulant à l’époque Gallo-romaine est particulièrement réussi et mériterait à mon avis un autre ouvrage se déroulant à cette époque imprégnée de violence et de magie.

En homme aguerri des « dossiers brûlants » et un sens particulièrement développé de l’intrigue permettant de tenir son lecteur en haleine, par un subtil mélange des genres, il nous concocte une histoire menée tambour battant avec un final particulièrement réussi. Même si certains effets de style sont poussés à l’extrême en voulant légitimiser la cruauté des méchants de l’histoire le roman reste très plaisant à lire, débutant ainsi une série d’ouvrages très prometteuse ayant pour héros ce tout nouveau journaliste de l’étrange qui, pour notre plus grand plaisir n’a pas froid aux yeux et possède une certaine connaissance de tous ces phénomènes qui nous passionnent tant.
Nous ne pouvons que souhaiter une bonne chance à cet auteur plein de talent qui vient ainsi grossir le rang de ces détectives de l’occulte œuvrant dans le silence feutré de poussiéreuses bibliothèques afin de résoudre bon nombre « d’affaire non classées » mais avec cette classe et cette décontraction qui ne peuvent que susciter notre intérêt et toute notre sympathie

 

« Le tombeau du diable » de Eric Bony, Éditions City 2015, Couverture de Joanna Jankowska & Deborah Pendell

 

le tombeau du diable

 

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 5:40
Enregistré dans les coups de coeur du "Moi"
« Les Mystères De Larispem » Tome 1 « Le sang n’oublie jamais » de Lucie Pierrat-Pajot

Posté le Samedi 30 avril 2016

En 1899 Paris, l’ancienne capitale de la France tombée en 1871 après la victoire des communards, est devenue un état indépendant sous le nom de Larispem. C’est une ville d’ouvrier où toute la bourgeoisie et le clergé ont été chassés, bannis, massacrés. Pourtant, la cité n’en a pas moins conservée toute idée de modernité et dans cette société qui se veut idéale, la vapeur apporte progrès et bien-être aux hommes sous l’œil bienveillant des « trois taureaux ». Car à Larispem, la viande fait loi et probablement que, en raison de privations sévères avant la révolution, elle est avec le nouveau régime le symbole de l’abondance et d’une faim toujours rassasiée. Dans cette enclave, tout s’achète avec de l’argent portant le nom de bétail à quatre pattes et travailler pour les gigantesques abattoirs est une réussite sociale que tout enfant rêve de concrétiser. Pourtant, dans cette ville bien huilée, il semblerait qu’une menace sommeille et les messages envoyés par les automates publicitaires, n’augurent rien de bon : Le sang n’oublie jamais !
Dans cette mégapole où plane l’ombre bienveillante de Jules Verne, écrivain et génial inventeur, l’auteur nous conte l’histoire de trois adolescents dont le destin va finir par les réunir pour un enjeu à la taille d’une nation et sur fond de conspiration et de trahison, un incroyable secret va se faire jour, un pouvoir d’une portée inimaginable que bien des personnes veulent enfouir à tout jamais, mais que les « mutants » de Larispem vont utiliser afin de faire jaillir d’incroyables révélations,

Ce roman, où baigne une forte sensibilité Steampunk, est sans contexte annonciateur d’une trilogie qui plaira certainement à tous les inconditionnels du genre. Astucieux et bien mené, on y trouve tous les ingrédients nécessaires à un bon roman mélangeant suspens, aventure scientifique et uchronie. L’auteur y campe des personnages forts sympathiques, très attachants, évoluant dans un univers original qui toutefois ne devrait pas trop plaire à nos amis végétariens. On soupçonne, au travers de certaines thématiques abordées , tout l’intérêt que porte l’auteur aux littératures de l’imaginaire, mais parvient toutefois à tirer son épingle du jeu en bâtissant un monde particulièrement passionnant. Les clins-d’oeil ne manquent pas et je dois avouer qu’au sortir du visionnage de « Avril et le monde truqué » je me suis trouvé en terrain familier et je crois avoir même lu le livre pratiquement d’une seule traite, tellement je l’ai trouvé captivant. Publié dans une collection jeunesse, le style y est léger et simple, mais garde toute cette fraîcheur qu’il est parfois bon de retrouver après de nombreuses lectures d’ouvrages au style parfois un peu lourds et ampoulés, pour ne pas dire plats et en manque totale d’imagination.
Lauréate du concours du premier roman jeunesse de Gallimard, nous attendons donc avec impatience la suite de cette trilogie avec, en fin de volume, un gigantesque jeu de l’oie dans la ville de Larispem où nos jeunes héros devront affronter encore bien des mystères et des dangers. Nul doute qu’il s’agira dans cette suite de plonger le lecteur au cœur d’une ville qui regorge de secret et d’après les allusions révélées au fil de ce tome 1, cette visite s’annonce d’ores et déjà intrigante et passionnante.
Une très agréable surprise, agrémentée en plus par de forts belles illustrations de Donatien Mary dont nous avions déjà apprécié le trait inspiré dans son volume intitulé « Les derniers dinosaures »

« Les mystères de Larispem » Tome 1 « Le sang n’oublie jamais » Éditions Gallimard jeunesse, 2016

les mystéres de Larispem

 

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 18:25
Enregistré dans Non classé
« Le dernier Songe De Lord Scriven » de Eric Senabre

Posté le Lundi 11 avril 2016

On a trop souvent attribué à la littérature dite de genre un statut négatif pour ne pas dire péjoratif alors imaginez lorsque celle-ci se trouve dans le domaine jeunesse et que vos « amis » horrifiés découvrent l’objet de vos coupables lectures. Il m’arrive souvent de m’abandonner à cette catégorie et je viens de m’apercevoir au final qu’elle occupait pas moins d’une rayonnage entier de ma bibliothèque. Je m’y abandonne souvent, car c’est une lecture rafraîchissante et reposante, non pas qu’elle soit plus « simpliste » , mais parce que souvent les idées y sont plus claires, le style plus léger, mais pas forcement moins intéressant, et les auteurs qui s’y adonnent restent souvent inventifs voir peut-être même plus pertinents dans leurs idées que les écrivains d’une littérature dite plus «Adulte». Invité chez des amis Savanturiers pour quelques jours, me voilà les bagages plus lourds de trois volumes qui ne manqueraient pas d’agrémenter les longues heures de voyages en train, moyen de locomotion d’ailleurs que j’affectionne tout particulièrement tant il me permet de me laisser aller à la rêverie en regardant la diversité des paysages défiler devant moi et surtout de me plonger avec délectation dans de longs moments de lecture.Devant moi , sur ma petite tablette, trois ouvrages posés :« Les 81 frères » de Romain d’Huissier », « La machine s’arrête » de E.M.Forster et de » Le dernier songe de Lord Scriven » de Éric Senabre. Et comme vous pouvez vous en douter, je vais évoquer ce dernier titre. J’avais déjà fort apprécié sa trilogie « Sublutétia » se déroulant dans le sous-sol Parisien habité par une bien étrange civilisation et je me suis donc précipité ( avec ce retard propre à la gigantesque pile de livres à lire) sur son dernier roman au titre assez intrigant.
« Bizarre, vous avez dit bizarre ? Il n’existe pas à ma connaissance d’ouvrages en français ayant relaté les aventures d’une détective parvenant à résoudre des meurtres en se plongeant dans un profond sommeil l’auteur a déjà donc fait preuve une grande d’originalité : Son rôle consiste à surveiller le sommeil de son nouveau patron après un rituel bien spécifique réclamant un don de chanteur afin de psalmodier un sort bien particulier. Le temps de sommeil doit être précis, sinon le dormeur risque d’y laisser sa vie ou sa raison. Une expérience assez troublante pour cet explorateur des songes puisqu’il visualise tout sous forme de symbole et qu’il lui faut par la suite tout interpréter de la façon la plus proche possible de la réalité. Commence alors une singulière aventure où les deux héros vont être plongés non pas dans une simple affaire de meurtre, mais dans une gigantesque machination pouvant mettre à mal les intérêts de l’empire britannique.
Ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman, outre le style alerte qui se laisse lire d’une traire sans presque jamais reprendre son souffle, c’est l’atmosphère si particulière qui se dégage de cet univers légèrement feutré où évolue des personnages au caractère bien trempé. La relation entre Christopher et Banerjee est particulièrement savoureuse et l’on retrouve bien souvent cette « dualité » pourtant fort bien équilibrée entre d’une coté le journaliste qui est un homme d’action et ce singulier détective, imprégné de sagesse Hindoue qui, bien que profondément déterminé, temporise son associé/disciple. Grâce à son calme qui n’est pas du tout une forme de flegme toute britannique, il parvient bien souvent à se dépêtrer de situations parfois un peu délicates. Moi qui suis un passionné de détectives de l’occulte, j’ai trouvé dans ce roman ce doux parfum de l’étrange qu’il me plaît à respirer et j’ai trouvé qu’il flotte dans cette aventure un équilibre parfait entre action , mystère et enquête policière. : L’ombre du Sâr Dubnotal et des récits spirites du début du XXéme siècle plane sur ce roman d’une grande originalité. Une enquête qui d’ailleurs va même réussir à nous plonger dans une histoire qui frôle la science-fiction avec la découverte d’une curieuse machine que je vous laisse le soin de découvrir. Une enquête qui d’ailleurs va même réussir à nous plonger dans une histoire qui frôle la science-fiction avec la découverte d’une curieuse machine que je vous laisse le soin de découvrir. on s’attache au héros, on déteste les méchants, on rigole des figures caricaturales, bref il y en a pour tous les goûts !
Au final, un roman parfaitement équilibré qui se dévore sans une once d’ennui et l’on se met à espérer qu’Éric Senabre dont nous apprécions la plume alerte et imaginative nous régalera de prochaines aventures de ce détective hors pair, grand spécialiste de la migration des âmes et qui vient, de par sa stature si particulière et bigrement intéressante, rejoindre le panthéon des détectives de l’étrange dont nous avions perdu la trace depuis quelques années. Un sacré plaisir de lecture que je ne peux que vous recommander chaudement.

 

« Le dernier songe de Lord Scriven » de Eric Senabre édition Didier Jeunesse . Couverture de Taï-Mare Le Thanh

 

scriven

 

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 19:45
Enregistré dans les coups de coeur du "Moi"
« Le marteau de Thor » de Stéphane Przybylski

Posté le Mardi 22 mars 2016

 

Je ne lis pas pour le plaisir de lire, mais pour le plaisir que va m’apporter la lecture, Il en est ainsi des ouvrages que l’on va vite oublier et peut-être même ne pas terminer et d’autres qui vous plongent dans cette délicieuse sensation de ravissement et dont les mots vous portent à chaque instant, vous poussent à tourner les pages avec une grande avidité, afin d’en savoir plus, toujours et encore plus. Le dernier roman de Stéphane Przybylski « Le marteau de Thor », entre dans cette catégorie d’ouvrages qu’il vous est impossible de lâcher, car il est écrit non seulement avec une grande clarté aux style fluide et plaisant, mais l’on sent derrière cet écrivain de science fiction, l’historien amoureux de sa spécialité qui arrive avec un langage d’une incroyable compréhension, à vous faire aimer l’histoire et plus particulièrement celle de la seconde guerre mondiale : alors imaginez pour une fan comme moi ! Tout comme le premier tome « Le château de million d’années » il concilie avec brio, histoire, espionnage, aventure science et fiction pour obtenir un cocktail explosif entre X-files, Indiana Jones et roman historique. J’avais pourtant lu son premier volume il y a presque un an, mais je me suis replongé dans ce « Marteau de Thor » comme si de rien n’était,faisant fi des mois écoulés, c’est pour vous dire à quel point cet auteur à de la classe, possédant cette particularité de parsemer son roman de petits rappels discrets qui vous replongent comme si de rien n’était au cœur de l’action. Usant avec une grande habileté de nombreux « Flash-back » permettant des ruptures dans le récit afin d’éviter des longueurs et une lassitude du lecteur, il trouve là un procédé narratif particulièrement brillant qui pousse le lecteur à ne jamais arrêter son avancée. Les personnages les plus détestables y sont fascinants, les héros, personnages souvent falots, viennent rompre l’idée que nous pouvions nous en faire, les espionnes pulpeuses et terriblement désirables, un univers de personnages pris dans la tourmente de l’histoire lors de l’un des épisodes les plus sombres de notre histoire et qui risque de le devenir encore plus face à de nouvelles découvertes. Tout ce beau monde évoluant dans un monde impitoyable où l’action ne laisse que peu de place au repos du lecteur.On voyage à travers le monde entier et l’on repose abasourdi cet incroyable voyage immobile d’une grande intensité et d’une grande richesse thématique.

Oui, cette œuvre fera date, car elle est brillante, bien construite et terriblement bien réfléchie et révèle tout le respect de son auteur pour les genres qu’il y aborde avec détermination et amusement. Car son œuvre laisse échapper de temps à autres quelques indices pour toute l’affection qui porte aux domaines qui nous intéressent et l’épilogue de ce deuxième volume, qui nous frustre, car nous avons envie de savoir, en est la preuve irréfutable et qui devrait à mon avis plaire à bien des Savanturiers et plus particulièrement ceux d’une certain type de revue américaine,

Coup de cœur et coup de chapeau, hâte, et même plus que hâte de lire la suite, car il s’agit là de l’une de ces œuvres qui vous pousse encore et toujours à lire toujours plus. Un roman qui me donne du baume au cœur, qui vous stimule et je ne peux que vous conseiller une chose : lisez-le, vous ne le regretterez pas, foi de Savanturier !

Un grand Bravo également à Aurélien Police pour cette nouvelle et magnifique couverture!

53573

 

 

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 6:28
Enregistré dans les coups de coeur du "Moi"
« Les Campagnes de Mr Trouve-Tout sur Terre »

Posté le Jeudi 3 mars 2016

Retrouvez en fin de page du lien joint à la photo, le nouvel album photo de cet illustrateur de génie pour une autre des campagnes de Mr Trouve-Tout à l’esprit plus que fantasque!

terre 2 bis

http://www.merveilleuxscientifique.fr/album-photos/lanos-henri-illustrateur-du-merveilleux-scientifique/

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 7:32
Enregistré dans Non classé
« Le Simulacre » de Jean-Luc Marcastel

Posté le Mardi 19 janvier 2016

le Simulacre Logo

De nos jours dans les littératures de l’imaginaire, il y a ceux qui suivent un phénomène de mode et nous abreuvent de textes insipides, sans âme ni consistance et puis il y a ceux, que je compte fort heureusement parmi mes amis, qui eux par contre nous régalent de romans ou de nouvelles qui font la joie des lecteurs que nous sommes et qui entretiennent de leurs plumes fécondes et originales cet appétit de mets littéraires délicats et savoureux qu’il nous faut, sous une incontrôlable dépendance, absorber régulièrement et en grande quantité. D’ailleurs, puisque nous parlons cuisine, qui mieux qu’un Gascon, pourrait nous charmer par sa cuisine riche, savoureuse et nous offrir une table que nul amateur ne se verrait refuser ? Il est des domaines en littérature où l’on ne plaisante pas avec l’honneur, la bagarre et la bonne chère et si un auteur était en mesure de mélanger avec maestria ces trois ingrédients d’une aussi admirable façon, il ne pouvait s’appeler autrement que Jean-Luc Marcastel.

Vous dire que j’ai été enthousiasmé par le premier volume de sa série « Le Simulacre » est un doux euphémisme et je puis confesser sans nul doute que cette trilogie fera date dans ma mémoire de lecteur et…..de Gascon ! Inventer un univers original et cohérent n’est pas chose facile et l’auteur, par un incroyable tour de force de l’imaginaire, vient de nous créer un monde fort divertissant, foisonnant, haut en couleur et en mesure d’accrocher le lecteur de la première à la dernière ligne. Au travers de cette habile transposition du héros le plus célèbre du roman de cap et d’épée, d’Artagnan, de sa palette puissante et truculente , il ainsi réalise une œuvre qui ne laisse pas la place à l’ennuie mais en plus génère en nous cet état d’exaltation littéraire poussant le malheureux lecteur, victime de cette savoureuse addiction, de ne plus lâcher le livre ou alors bien à regret, non sans avoir asséné un coup d’estoc au pauvre fou ayant eut l’outrecuidance de nous interrompre. Je vous avais dit après la lecture de sa trilogie « Les enfants d’Erébus » , combien j’appréciai son écriture cinématographique, ayant un souci quasi-obsessionnel du détail où chaque mot trouve une place parfaite dans une action bien menée et un rythme qui jamais ne faiblit et s’il est une chose qui ne manque pas dans cette série plus que prometteuse c’est bien le sens du rythme, le souffle de l’aventure et cette dévorante envie de faire partager avec le lecteur son goût pour l’imaginaire.

On retrouve dans son écriture cette générosité et cette envie de faire plaisir, car le difficile métier d’écrivain, c’est de donner au lecteur cette jubilation, cette gourmande envie de se laisser emporter par le feu de l’action et de trouver, dans les différents personnages, ce parfait équilibre où chacun de nous parviendra un peu à se retrouver et tout y passe : le héros sympathique, le serviteur fidèle et paternel, la belle effrontée qui ne manque pas de courage, les sales trognes patibulaires, les menteurs, les voleurs et surtout cette figure ô combien fascinante sous les traits du repoussant « Ankou », le roi des souterrains ! Cet univers ainsi créé est exploité avec justesse et ce tour de force d’avoir mélangé une thématique Steampunk à l’époque des mousquetaires, est tout simplement géniale. Imaginez un XVIIe siècle où notre monde fut envahi par des envahisseurs célestes ayant des intentions de mort et de destruction, pour ne pas dire cannibales, et sauvé comme par miracle par des « Archanges » aux intentions assez ambiguës. Il en résulte une technologie complètement bouleversée où les chevaux deviennent métallique et se mettent à voler, où les gardes du cardinal sont des « Mécanomates » que le ciel de paris est traversé de « Libbellugence » et de maisons aériennes, que les gentilshommes, comble de l’élégance, achètent un peu de jeunesse en se faisant greffer des organes mécaniques, une terre enfin, où il est possible de créer des copies conforme de n’importe quel individu : des Simulacres ! Dans cet univers où cohabitent splendeur et décadence, riche d’un progrès qui n’efface pas les traces d’un monde accablé par les guerres et la misère, la belle Estelle se verra gratifiée d’une mission assez mystérieuse, transporter un singulier objet, un bijou renfermant de précieuses données et que de viles et terrifiantes créatures vont tenter de récupérer coûte que coûte. Va suivre une épopée pleine de rebondissements, de coups de théâtre, de folles poursuites et de duels à l’épée énergétique. Jean-Luc trouve dans cette œuvre, manière à exploiter tout son talent et son ingéniosité, emporter le lecteur dans une folle course-pousuite qui ne laisse aucune place aux temps morts et qui en outre construit son récit avec un sens de l’épique et du roman populaire avec tout le talent, la verve et le le savoir faire de ses vénérables prédécesseurs. À la lecture de cet étourdissant récit qu’il vous faudra absolument acquérir, nul doute que le jury qui lui attribuèrent le « Grand Prix de l’imaginaire 2015 » et le « Prix actu SF de l’Uchronie » ne s’y sont pas trompés et firent preuve d’une excellente marque de bon goût. Un auteur à lire et à découvrir et pour les malheureux qui n’auraient pas encore eu la chance d’en découvrir l’incroyable talent, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! pour les autres, il vous faudra comme moi,découvrir la fin de cette palpitante trilogie ou d’attendre avec une impatience non feinte, la parution de sa prochaine saga se déroulant au centre de la terre et qui, selon certaines sources plus que fiables, est à la hauteur du reste de son œuvre.

Ajoutez à cela de magnifiques illustrations de Jean-Mathias Xavier qui, de son crayon avisé et inspiré réalise à chaque début de chapitre une magnifique planche parvenant à merveille à capter l’esprit de ce que tout Jean-Luc nous fait vivre dans cette étourdissante odyssée et vous aurez deux bonnes raisons d’acheter non seulement le volume , mais toute la trilogie

Bravo cher ami, ton talent est à la hauteur de ta disponibilité et de ta gentillesse, ce qui, pour un solide gaillard comme toi, est la preuve que force peut cohabiter avec sensibilité !

 

« Le Simulacre » ou la seconde vie de d’Artagnan de Jean-Luc Marcastel, Tome 1.Éditions du Matagot. Couverture et illustrations intérieures de Jean-Mathias Xavier

Pour commander l’ouvrage et consulter les autres volumes cliquez ici: http://www.matagot.com/spip.php?page=article&id_rubrique=294&produit=294&lang=fr

le simulacre

 

 

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 6:56
Enregistré dans les coups de coeur du "Moi"
« Zigomar » de Léon Sazie. Le tome 1 Disponible aux Moutons Electriques!

Posté le Lundi 11 janvier 2016

Le premier volume des célèbres exploits de cette organisation criminelle vient de paraitre chez « Les Moutons Électriques ». C’est tout bonnement jouissif et je vous invite à lire l’article que je viens de publier « Sur l’autre face du monde »: Ce volume est un véritable petit régal!

Pour lire l’article cliquez sur le lien: http://www.merveilleuxscientifique.fr/les-coups-de-coeur-du-moi/zigomar-de-l%C3%A9on-sazie/

Pour commander l’ouvrage cliquez sur le lien: http://www.moutons-electriques.fr/livre-367

Zigomar

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 11:57
Enregistré dans Non classé
12345...45