Charles Derennes et le « Peuple du Pôle »

 

le peuple du pole

Lorsqu’en 1906 Maurice Renard entre au Mercure de France grâce au parrainage de Henri de Régnier, il va y rencontrer celui qui deviendra un ami fidèle: Charles Derennes. Ils ont une passion commune pour Wells et vont écrire par la suite une sorte d’hommage à l’auteur Anglais, un peu à la manière de….Derennes attiré par « Les pirates de la mer » et Renard par « L’ile du Dr Moreau » vont écrire respectivement « Le peuple du pole » publié en 1907 et « Le docteur Lerne sous dieu » en 1908.Si le roman de Renard, sans mauvais jeux de mot, ne va connaitre qu’un modeste succès, va figurer par la suite comme un classique du genre et maintes fois réédité. « Le peuple du pôle » lui après quelques décennies tombera dans l’oubli et ne sera hélas jamais réédité.Pourtant avec sa thématique de la découverte d’une peuplade souterraine de reptiles doués d’intelligence, nul doute qu’il serait fort apprécié d’un grand nombre d’explorateurs de l’imaginaire;
Il est à noter que Charles Derennes publiera en 1907 dans la revue du Mercure de France un article intitulé »Wells et le peuple Marsien »
« Le peuple du pôle » de Charles Derennes Société du Mercure de France 1907. A noter pour cette édition un justificatif de tirage assez original

Justificatif de tirage

justificatif tirage le peuple du pole

« L’invasion de 1910″ de William Le Queux

 

 

l'invasion de 1910

Rares sont les romans traduits de cet auteur en France. Avec ce texte publié à l’origine à Londres en 1906 et traduit pour le compte des éditions Fischbacher en 1907 William Le Queux nous raconte, comme son titre l’indique, l’invasion de l’Angleterre par l’Allemagne et de la déculottée monstrueuse que reçurent ces derniers. Ce texte connu un immense succès et fut traduit dans de nombreuses langues et bien évidemment en Allemand, mais outre Rhin la fin fut « remaniée » et plus adaptée pour le pays. En effet la fin ne voit pas l’extermination (pour ne pas dire massacre de l’armée Allemande, mais un arrangement de paix avec le pays belligérant). William Le Queux avait auparavant dénoncé la faiblesse du système de défense de l’Angleterre en appuyant sur le fait que d’être une ile ne la rendait pas moins vulnérable aux attaques de pays voisins.Deux autres romans feront état de cette même thématique de guerre future « The great war in England in 1897″ ( publié en 1894) et « England’s péril » (publié en 1899). Hélas ces deux titres sont inédits en Français

« Les Grands-Péres Prodiges » de Michel Carrouges

les grands péres prodiges

Adrar est la capitale du Sahara, province prospère des États-Unis du Monde, en l’an 2.025. On colonise la lune, on ne circule plus qu’en autogires, les heures de travail ont été considérablement réduites, les guer­res et les famines ont disparu, les hommes vivent jusqu’à cent dix ans. Une nouvelle découverte va couronner cet âge d’Or : le Dr Youssef Lamrani est l’inventeur d’une méthode de rajeu­nissement indéfiniment renouvelable des Vieillards. Une fabuleuse explosion de jouvence bouleverse les familles, la Société, la planète. Quelle peut être en effet la conduite de ces “ rajeunis  » dynamiques, mais demeurant tout de même des vieillards par le poids men­tal de leur passé, dans un univers cybernétisé où les distinctions de classe et de races sont abolies, la paix acquise et la civilisation cosmopolite?
Un curieux roman assez terrifiant sur le fond de son propos.
Éditions Plon, jaquette illustrée couleur. 1957

« La cité des premiers hommes  » dans la collection « Lisez-moi Aventures »

 

la cité des premiers hommes

N°1 de la revue « Lisez-moi Aventures » du 15 Mai 1948 en présentation du roman de Maurice Champagne « La cité des premiers hommes »

« Un nouveau voyage au Centre de la Terre, beaucoup plus imprévu, beaucoup plus réel que ne l’avait imaginé Jules Verne !…
Pourquoi n’existerait-il pas, ce monde souterrain, ce Monde avec ses êtres, ses animaux fabuleux, ses immensités continentales ?
C’est impossible, voyons l Le Feu central !
Mais si le Feu central était- une erreur monstrueuse dé savant, l’une de ces folles hypothèses, comparable à la coupole fixe cloutée d’étoiles que regardaient nos pères avant Copernic.
Racontez, racontes, nous jugerons.
Voici l histoire…
Pour le moment, là-bas, quelque part dans la savane australienne, deux cavaliers lancés à fond de train, enfoncent leurs éperons dans les flancs saignants de leur monture… Un drame de la brousse ! »

 

« Hommage à Gaston Leroux »

Hommage à Gaston Leroux qui paru dans le N° 88 du Jeudi 6 Janvier 1927 de la revue « Le journal des voyages » à l’occasion de la sortie en feuilleton de son roman « Les chasseurs de danse »

« Que nul ne s’y méprenne ? Si nous croyons devoir faire précéder la publi­cation des « Chasseurs de Danses » par quelques lignes consacrées à l’auteur, c’est pour rendre hommage à celui-ci, non, certes, pour le présenter à nos lecteurs. Comment, en effet, suppose­rions-nous que, parmi eux, il s’en trouve auxquels ne soient pas familières quel­ques-unes, au moins, de ces œuvres publiées par les plus grands quotidiens et dont presque toutes connurent, en outre, la gloire de la diffusion par l’affiche, par le livre, par le cinéma, par la traduction en la plupart des langues européennes ?
Gaston Leroux a inventé une formule de roman et a su, par l’étonnante souplesse d’une imagination toujours active, lui faire exprimer toutes les possibilités qu’elle recelait. Quel romancier n’aurait, avant lui, craint de se poser un problème pareil à celui du « Mystère de la Chambre jaune »: faire commettre un assassinat dans une chambre hermétiquement close et réus­sir cette gageure dans des conditions telles qu’on ne puisse apercevoir dans l’enchaî­nement des faits nulle fissure qui permette d’accuser le narrateur d’avoir, sur un point quelconque, péché contre la logique la plus exigeante ?
De plus, Gaston Leroux a créé un type, au moins, et voilà ce qui, d’emblée, l’a mis, en dépit de la hiérarchie des genres, à côté des plus qu’illustres p romanciers : Balzac a créé Goriot ; Zola, Coupeau ; Daudet, Tartarin ; Gaston Leroux est le père de Rouletabille.

Les hasards d’un voyage ont fait naître Gaston Leroux à Paris. Au Collège d’Eu, où il fit ses études, il était condisciple et ami du duc Philippe d’Orléans, amitié qui, paraît-il, se manifestait par de fréquentes et royales batailles d’où le Fils de France ne sortait pas toujours vainqueur. Inutile d’ajouter que le jeune Leroux; pour curieux qu’il fût de pénétrer les arcanes de la grammaire latine et celles -de la géométrie, s’intéressait avant tout à la littérature et qu’à l’exemple de presque tous ceux que la Muse a choisis, il rimait secrètement odes, sonnets, voire tragédies.

Venu à Paris pour y suivre les cours de l’École de Droit, il prononça, âgé de dix-huit ans, à la Conférence Pottier, son premier discours : une thèse sur le droit des femmes. Gros succès… de rire. Au lieu de traiter son sujet, le fantaisiste orateur, s’était laissé entraîner à parler de Jeanne .Aussi bien la littérature sournoisement, confisquait peu à peu, l’avocat présumé. Un sonnet, sur Lamartine, paru dans la Lyre Uni­verselle, un article intitulé : Mon premier article, inséré en première page par la revue Lutece, une demi-douzaine de sonnets sur les vedettes d’alors, publiés par L’Echo de Paris indiquèrent que Gaston Leroux obéissait à sa véritable vocation. Bientôt, en effet, il entrait, comme chroniqueur judiciaire, au Paris d’abord, puis au Matin. Tout de suite, ce fut la notoriété. Ses comptes-rendus enthousiasmèrent le public non seule­ment par leur verve, leur clarté, leur justesse, qualités que possédaient d’autres journalistes, mais aussi, mais surtout, par une technique nouvelle que Leroux a lui-même ainsi définie : « Laisser toutes les paperasses de côté, travailler avec un seul document : la vie ! la vie au jour le jour ! Ne plus évoquer le passé mais prévoir l’avenir. Laisser mes confrères s’occuper de ce qui est arrivé l’avant-veille, annoncer ce qui arrivera le lendemain ! »
En 1894, devenu chef des informations au Matin, Gaston Leroux s’adonnait au grand reportage. Il répondait sur tous les chemins de l’Europe, à l’appel de l’actualité. De Russie où il avait assisté à la première révolution, il cou­rait au Maroc, alors « barbaresque » puis revenait à Paris où, entre deux trains, il rendait compte de l’œuvre dramatique de la saison, interviewait les chefs de peuple et les artistes. Ainsi amassait-il, pour son œuvre prochaine de romancier une provision d’idées et d’images si abondante qu’il peut désor­mais y puiser sans crainte de la tarir jamais.

Nous voici arrives à la seconde pé­riode de la vie littéraire de Gaston Leroux : celle où le journaliste s’est mué en romancier, mais en romancier qui a conservé toutes les qualités du jour­naliste et à su renouveler la forme choisie de roman, comme, naguère, il avait su transformer sa rubri­que de chroniqueur judiciaire en une sorte de roman, vrai sans doute, mais original et tout frémissant de vie.
Et commence alors la série de ces chefs-d’œuvre de la littérature d’imagination qui va du « Mystère de la Chambre jaune » au roman dont les lecteurs du Journal des Voyages vont avoir la primeur : « Les Chasseurs de Danses ». Ce n’est pas à la légère que j’ai écrit le mot « chef- d’œuvre ». Genres principaux, genres secondaires, voilà une distinction à peu près vaine aujourd’hui où l’on a fini par reconnaître que, seul, le talent importe et que celui-ci s’avère d’autant plus que la forme où il lui plaît de se manifester pourrait, à la rigueur, s’en passer. Roman-feuilleton, roman tout court, quelle différence foncière ces deux mots indiquent-ils ? Il y a de bons, il y a de mauvais livres, qu’ils soient romans – feuilletons ou romans sans épithète de catégorie.
Gaston Leroux n’en a écrit que d’ex­cellents et si l’on insinue que le succès n’est pas nécessairement un critère sûr de la bonté d’une œuvre, je répondrai qu’il faut bien, cependant, lui accorder quelque valeur lorsqu’il accompagne un auteur tout au long de sa carrière et qu’au surplus, je pourrais citer nombre de pages dans « Balaoo », ou dans « le Mystère de la Chambre jaune », ou dans « Le Parfum de la Dame en noir » ou, encore, dans « Chéri-Bibi », ou — mais je les citerais tous ! — qui, même du point de vue le plus étroitement littéraire, sont d’un écrivain authentique.
Gaston Leroux emmène ses Chasseurs de Danses (pesez ces deux mots) dans les mystérieuses forêts de l’Afrique équatoriale. Sujet splendide pour une imagination comme la sienne qui, au milieu de ses plus éblouissantes fantai­sies, ne perd jamais contact avec le réel. A quelles , merveilleuses aventures n’allons-nous pas assister ? »
H. C.

gaston Leroux

Un entrefilet paraitra par la suite  dans le N° 96 de la revue « Le journal des voyages » ( Jeudi 5 Mai 1927)

Nos lecteurs ont sans doute appris par les quotidiens, la mort de Gaston Leroux, dont ils lisent actuellement dans le Journal des Voyages un roman inédit : Les Chasseurs de Danses.Dans notre numéro du 6 janvier 1927, où nous annoncions la prochaine publication de cette œuvre, nous avons dit toute notre admiration pour l’écrivain qui, depuis Le Mystère de la Chambre jaune, était unanimement considéré comme le maître, en France, du roman d’imagination. Nous avons aussi rappelé la carrière étonnamment brillante qu’il fournit dans le journalisme, d’abord comme chroniqueur judiciaire, puis comme chef des informations au Matin, enfin comme reporter au long cours, poursuivant, sur tous les chemins de l’Europe, le fait sensationnel et gros d’éventualités importantes, telle la Révolution russe que Gaston Leroux a prédite plus de vingt ans avant sa réalisation.Mort prématurément, en pleine possession de son talent, il laisse un grand vide non seulement dans le cœur de ses nombreux amis, mais dans celui des milliers d’inconnus qu’il avait su conquérir et retenir par le charme d’une imagination sans cesse renouvelée. Au nom de nos lecteurs, qui ont le funèbre privilège de lire dans Les Chasseurs de Danses la dernière œuvre de l éminent romancier, et en notre nom personnel, nous adressons à la famille de Gaston Leroux l’expression de nos plus sincères

les chasseurs de danse

« Projet d’iles flottantes »

Projet d’iles flottantes dans l’atlantique avec en deuxième illustration l’amérissage d’un avion dans le lac intérieur et sur la troisième, un atelier de l’ile flottante. Article paru dans « Le journal des voyages » N° 102 du Jeudi 4 Aout.

 

iles flottantes
Album : iles flottantes

3 images
Voir l'album

« L’homme qui supprima la mort » de J.Bruno Ruby Illustré par Rzewuski

Publié pour la première fois dans la revue « Je sais tout » N°172 du 15 Avril 1929, contrairement à son édition en volume , toujours aux éditions Lafitte (1921), cette version nous propose trois magnifiques compostions de Rzewuski

Voici reproduit ici, la présentation de l’éditeur

«  On ne peut comprendre la vision colorée et robuste qu’apporte Mme Bruno- Ruby dans la littérature que si l’on connaît sa passion du sport et le culte qu’elle a conservé à l’Algérie où s’écoula sa prime jeunesse. L’auteur de « Celui qui supprima la mort » fut pendant quelque temps championne de golf en France. Quant à son goût de l’Orient, elle a trouvé le moyen de l’exalter dans cha­cune de ses œuvres. Ses débuts qui remontent à sept années seulement, furent une révélation. Qui ne se souvient des aventures de cette char­mante Madame Cotte, gamine délicieuse et tendre, trop tôt mûrie aux ardeurs du soleil africain et qui fait d’ailleurs bien vite le dur apprentissage de la vie ? Mme Bruno-Ruby, après ce succès, aurait dû nous donner une suite d’œuvres légères dans le goût de Gyp conquérir un public frivole et fidèle. Mais la tourmente de la guerre s’abattit sur le monde ; Mme Bruno-Ruby fut frappée comme tant de mères par la mort d’un jeune héros et de ses méditations sortit le bel « Exemple de l’abbé » Jour a qui l’égale à nos premiers romanciers. Aujourd’hui, Mme Bruno -Ruby a délaissé le temps présent pour voir ce qui devait se passer dans plusieurs siècles. Sa nouvelle œuvre : « Celui qui supprima la mort » est non seulement une extraordinaire anticipation, mais une histoire merveilleuse qui entraînera tous les lecteurs vers une Afrique inconnue. Il n’est pas de plus haut sujet qui hante toutes les âmes, et l’on ne pouvait le traiter avec plus de tact, de délicatesse et de puissance consolatrice. »

celui qui supprima la mort
Album : celui qui supprima la mort

3 images
Voir l'album

Ouverture De Mon Nouveau Site Consacré au « Merveilleux Scientifique »

 

Afin de mieux gérer le nombre d’entrées, il était urgent d’ouvrir un « second front » et de créer donc un véritable site mieux rangé avec un classement par auteurs, par thématiques, des albums photos …plus propre quoi, un peu moins « amateur ».Ce blog qui m’est cher au cœur va donc continuer sa petite existence et être alimenté par des articles courts, des références, des entrefilets, relevés dans ce fond inépuisable que sont les journaux et revues anciennes, tout en restant bien évidement dans le domaine des littératures de l’imaginaire. C’est la raison pour laquelle, je viens de le renommer « Sur l’autre face du monde annexe », il va ainsi me permettre d’augmenter la capacité des informations collectées au fil des années et je l’espère, doubler votre plaisir de lecture et de découverte.

 

www.merveilleuxscientifique.com

Hebergeur d'image

« Sur L’autre Face Du Monde » Va Bientôt Faire Peau Neuve

Chers amis et fidèles lecteur, le blog « Sur l’autre face du monde » arrive bientôt à ses trois années d’existence, l’occasion pour moi de vous remercier pour tout votre intérêt et vos nombreux messages de soutien. Il est donc temps pour moi de passer à quelque chose de plus élaboré ou du moins de plus structuré, permettant une recherche plus facile et de vous y retrouver un peu plus dans toute cette somme d’informations  accumulés au fil des quelques 400 articles occupant cet espace virtuel.

D’ici une semaine donc, il vous sera possible de prendre connaissance avec un site de « seconde génération » (j’adore cet intitulé) et de naviguer dans un lieu classé par thématiques, auteurs, avec une mise en page plus propre et plus régulière, des photos de couvertures de meilleures qualités, des liens visibles et efficaces…bref quelque chose de plus soigné et présentable.

De fait, mon activité sur ce blog risque de faiblir pendant quelques jours le temps de commencer le transfert d’un site à l’autre. Boulot énorme qui va me permettre de faire un peu de ménage et de redécouvrir des articles qui commencent à dater. L’occasion également pour vous de lire peut-être d’anciens dossiers que vous n’aviez pas encore consulté.

J’espère que ce nouvel espace parviendra à vous donner autant de plaisir que celui que vous êtes en train de consulter et que votre assiduité sera au moins égale à celle que vous aviez pour cette première mouture.

Il y a encore beaucoup de choses à dire sur ce domaine, qui ne cesse de me fasciner et de m’enthousiasmer, en espérant de tout coeur vous faire partager cette passion qui est la mienne.

Je voudrais avant de conclure remercier mon ami Bryan sans qui le nouveau site n’existerait pas, un grand merci pour son enthousiasme et sa disponibilité. A très bientôt alors, l’adresse du site vous sera communiquée ici même, ainsi que sur la page Facebook des Savanturiers.

Hebergeur d'image

« Impossible Ici » Et « Le Groupe Sud »:Deux Romans « Post-Cataclysmiques » Chez Gallimard

 

En ces temps un peu troubles voici deux romans qui en quelque sorte, rejoignent l’actualité du moment et nous rappellent à quel point les deux thématiques « post cataclysmiques » ici abordées furent une préoccupation majeure des romanciers. Je reprends ici pour chaque roman , le résumé de l’éditeur, qui pourront vous être utile lors de vos futurs choix de lectures.

 

« Impossible ici » de Sinclair Lewis. Editions Gallimard. Collection « La Méridienne ».1937

« Impossible ici » Tel est le cri unanime que l’on pousse à l’idée que le fascisme pourrait s’installer aux États-Unis. Et pourtant !… Il suffit d’une campagne électorale bien menée, de l’appui d’une partie du peuple abusé, de la création d’une milice, pour que toute la vie politique des quarante- huit états soit changée de fond en comble.

C’est ce que réussit le Président Windrip, sorte d’Hitler américain. Par ses promesses, ses menées machiavéliques, ses brutalités et ses roublardises, il parvient en un temps record, non seulement à prendre le pouvoir, mais encore à faire régner la pire espèce de dictature moderne avec ses accessoi­res obligés : dénonciations, camps de concentration, antisémitisme, tortures.

Toutefois une poignée de résistants se dresse contre Windrip. Leur chef est Doremus Jessup, de Fort Beulah, dans le Vermont, un doux et charmant vieillard que l’amour de la liberté et les malheurs de ses concitoyens trans­forment en un révolutionnaire infatigable et fanatique. Jessup contre Windrip, c’est le combat de la douceur de vivre, de l’humanisme, de la lumière contre l’obscurantisme et la tyrannie. Tant qu’il y aura de tels hommes, on n’aura pas le droit de désespérer.

C’est à la fois l’œuvre d’un grand artiste et d’un visionnaire car, composé avant la guerre, il décrit des formes hideuses d’oppression qui n’ont été mises en lumière avec le drame de la seconde guerre mondiale. immense succès aux Etats-Unis prouve suffisamment que ce pays est fort loin de la dictature.

 

« Le groupe sud » de Louis Lataillade . Editions Gallimard.1959

 

Un bombardement atomique a frappé l’Ile, bastion avancé de l’un des pays en guerre. Une partie de la garnison, le Groupe Sud, est apparemment épargnée. Pendant les jours qui suivent, jusqu’à l’heure où le brouillard se déchire enfin et où l’ennemi se décide à débarquer, nous assistons à la lente décomposition des survivants, mais aussi à leurs ré­actions personnelles et aux conflits qui les opposent,

Pour le capitaine Jos, c’est l’occasion de manifester l’autorité dont il a été longtemps frustré, et de la gonfle jusqu’à l’absurde. Le capitaine de Lestangoal, parce qu’il est humain, est un faible, vaincu d’avance. Quant au biologiste Muller, rien ne compte pour lui que la recherche pure, ce champ d’expériences inespérées. L’infirmier Berenguer, lui, s entête à soigner les blessés et les malades. D’autres encore tournent dans le ballet, ridicules, touchants ou cyniques, tandis que, à l’arrière-plan, les Anciens du Plateau restent immobiles et lointains comme les habitants d’une autre planète. L’ironie veut que chacun des personnages trouve juste­ment l’issue qu’il ne souhaitait pas. Mais Berenguer, fidèle envers et contre tout, sauve ce qui vaut peut-être la peine et laisse une porte ouverte à l’espoir.

L’auteur n’a pas tenté seulement de figurer l’angoisse de l’âge atomique ou l’horreur d’un conflit nucléaire. La bombe jetée sur l’Île est un prétexte. Sous toutes ses formes et  sous tous ses déguisements, la guerre, quelle qu’elle soit, est une situation où les rapports humains sont faussés, où la raison peut n’être que dérèglement, les meilleurs senti­ments duperie absurde, et où le mal véritable n’est pas celui qui meurtrit la chair ou qui décompose le sang.

 

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image


12345...41

Auteur

merveilleuxscientifiqueunblogfr

Blog Sélectionné Pour Le Grand Prix De l’Imaginaire 2012

Dimension merveilleux scientifique

Dimension merveilleux scientifique

lanos la guerre des mondes

lanos la guerre des mondes

Clair de lune

Clair de lune

cité future

cité future

contes de l’inde 1932

contes de l'inde 1932

les robinsons de la planéte mars

les robinsons de la planéte mars

l’éveilleur de volcans 2

l'éveilleur de volcans 2

la révolte des pierres

la révolte des pierres

la sixiéme partie du monde

la sixiéme partie du monde

le presqu’homme

le presqu'homme

le miroir sombre

le miroir sombre

sortie de bal en dirigeable

sortie de bal en dirigeable

l’énigme du mort vivant

l'énigme du mort vivant

clair de terre

clair de terre

le canon du sommeil

le canon du sommeil

Albert Robida

Albert Robida_7852

plantes extra terrestres

plantes extra terrestres

une invasion de macrobes

une invasion de macrobes

ce que serait la ville idéale

ce que serait la ville idéale

l’ile du néant

l'ile du néant

Groc créatures souterraines

Groc créatures souterraines

homme des bois

homme des bois

voyage sous les flots

voyage sous les flots

la guerre des mondes

la guerre des mondes

la vallée perdue

la vallée perdue

le regard qui tue Sascha Schneider

le regard qui tue  Sascha Schneider

le voyage dans l’inconnu

le voyage dans l'inconnu

l’horreur des altitudes

l'horreur des altitudes

voyage vers la terre

voyage vers la terre

grand guignol

grand guignol

les drames de l’air

les drames de l'air

profanation

profanation

une femme dans la lune

une femme dans la lune

l’homme sous-marin

l'homme sous-marin

la cité des premiers hommes

la cité des premiers hommes

la fin du monde

la fin du monde

la conspiration des chats

la conspiration des chats

la menace invisible

la menace invisible

s’il n’en reste qu’un

s'il n'en reste qu'un

LeRouge

LeRouge

le nouveau déluge

le nouveau déluge

les chemins de fer de l’avenir

les chemins de fer de l'avenir

les fins du mondes

les fins du mondes

les chercheurs d’épaves

les chercheurs d'épaves

les premiers hommes dans la lune percaline

les premiers hommes dans la lune percaline


Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme