« L’homme Qui Supprima L’océan Atlantique » de Octave Jonquel.Un Cas Rare D’asséchement des Océans

Posté le 19 avril 2011

Nous connaissions tous Octave Joncquel pour avoir participé à l’élaboration avec Théo Varlet de ce que beaucoup considèrent comme le chef-d’œuvre de l’auteur « L’épopée martienne » comprenant les deux ouvrages « « Les titans du ciel » ( Librairie Edgar Malfère « Bibliothèque du hérisson, 1921) et « L’agonie de la terre » ( Librairie Edgar Malfère « Bibliothèque du hérisson,1922). Cette saga, unique en son genre est une véritable bataille à l’échelon cosmique où vont s’affronter Jupiter, Mars et la terre. Une guerre sans merci où la technologie des trois planètes va s’affronter dans des scènes absolument époustouflantes et d’une rare audace pour cette époque.

Mais Jonquel fut aussi l’auteur d’un texte d’anticipation qu’il réalisa seul et qui n’est pas très connu de la majorité des amateurs, car assez difficile à trouver. Nous ne retrouvons sa trace dans aucunes des références du genre à savoir le « Versin » le « Van Herp » et son « Panorama de la science fiction » pas plus que dans la colossale et complète étude consacrée sur « Les terres creuses »par nos amis Guy Costes et Joseph Altairac. A connaissance il ne fut véritablement mentionné et analysé que par Régis Messac dans sa célèbre revue « Les primaires » en Février 1935.

Le texte intégral, dont je me suis inspiré pour vous faire un petit résumé, vient d’être intégralement reproduit par la revue « Quinzinzinzili, l’univers Messacien » N° 10(Juin 2010) page 26/27. Revue essentielle dans notre domaine et dirigée par Olivier Messac, qui reprend dans ces pages, tout l’abondant appareil critique réalisé par Régis Messac et éparpillée, outre la revue « Les primaires », dans de nombreuses autres publications. Dans le prochain billet je reproduirai,avec l’autorisation de Oliver Messac,une autre superbe analyse parue dans « les primaires » et concernant un incroyable roman Anglais « The purple plague »

Dans le roman nous n’avons pas affaire à l’éternel « savant fou » dont le délire mono- maniaque, voudrait conduire la terre à sa perte ou sa destruction, mais plutôt, chose rare dans notre domaine, à quatre conspirateurs Irlandais qui, voulant se venger des gredins d’Anglais, décident purement et simplement de faire disparaître l’océan Atlantique ( d’où le titre).Ils vont donc se rendre dans l’île de San-Juan Fernandez où siégent d’immenses cavernes sous marines et là, à l’aide de puissant explosifs, ils vont faire s’effondrer le plafond, créant ainsi une immense dépression qui va attirer l’eau de l’océan. Toutefois, en voulant déstabiliser l’économie Anglaise, c’est toute l’économie mondiale qu’il vont toucher. En effet tous les océans vont finir par s’abîmer dans les entrailles de la terre, ne laissant que de vastes étendues désertique et boueuses en lieu et place des immenses étendues liquides et provoquer de ce fait le déclin de la civilisation.

Cette thématique assez extraordinaire d’une tentative (et dans le cas présent de sa réussite) de l’assèchement des océans fut assez anecdotique dans le domaine de l’anticipation ancienne. Pour mémoire nous en rappellerons les œuvres les plus significatives :

- « La mort de la terre » de J.H.Rosny Ainé.Éditions Plon.1912 - « Le formidable évènement » de Maurice Leblanc.Dans la revue « Je sais tout » ,Octobre et Novembre 1920. Réédition en volume, Editions Pierre Lafitte 1921.Réédition collection « Aventures extraordinaires » Editions Pierre Lafitte,1925, illustrations de R.Broders et M. Le Couture.Nombreuses rééditions par la suite.

- « Extraordinaires aventures de deux fiancés à travers le monde » Éditions Ollendorff 1922.Réédité sous le titre « Les buveurs d’océan » Tallandier Bibliothèque des grandes aventures N°113,1926. Réédité sous le titre « Le secret du Pacifique » Éditions Simon Collection d’aventures »,1939.Réédité sous le titre « Les buveurs d’océan » Éditions Jacques Glénat collection « Marginalia » 1979

- « L’an 1937 » de Claude Farrére. Nouvelle du recueil « Cent million d’or ».Éditions Flammarion 1927 (très inspiré du roman de Maurice Leblanc) - « L’homme qui supprima l’océan Atlantique, roman fantastique » de Octave Jonquel. Préface de Henry Wattebled. Edité par Radio-Picardie, 1934.

- « Le manuscrit Hopkins » de R.O.Sherriff. Éditions Plon, 1941.

- « Les buveurs d’océan » de Yves Derméze. La nouvelle édition Française, 1943.

- « Le voleur de mer » de Marc Minérath. La technique du livre, 1949.

- « Le voleur d’océan » de Léopold Massiéra .Édition Ferenczi collection « Mon roman d’aventure » N° 346.1955

 

 

 

3 commentaires pour « « L’homme Qui Supprima L’océan Atlantique » de Octave Jonquel.Un Cas Rare D’asséchement des Océans »

  1.  
    Ferocias
    19 avril, 2011 | 22:04
     

    Sur ce thème, on peut annexer Le Formidable évènement de Maurice Leblanc même si la disparition de la Manche est « naturelle »

    Répondre

  2.  
    20 avril, 2011 | 8:22
     

    Merci à toi Férocias, parfois les œuvres les plus connues, nous passent complétement à coté, je vais donc le rajouter à la liste. Un roman qui rentre tout à fait dans la thématique puisqu’il y a « disparition » d’une mer.

    Répondre

  3.  
    Ferocias
    28 décembre, 2011 | 17:18
     

    Sur le thème ajoutons Sur la Terre qui change de Léon Lambry et Quand la mer ne revint pas de E. Grospelier.

    Répondre

Laisser un commentaire