Arnould Galopin à L’honneur Chez « L’Arbre Vengeur »

Posté le 28 juin 2011

Même si son nom prête à sourire, Arnould Galopin n’en est pas poins l’auteur du très célèbre « Le Docteur Oméga, aventures fantastiques de trois Français sur la planète Mars »  (Librairie mondiale 1905) réédité chez Albin Michel « Les belles aventures » 1949. Inventeur de la « Répulsite » ( Hommage à Wells et sa cavorite ») le célèbre savant va ainsi vivre de mystérieuses et trépidantes aventures sur l’astre rouge….actualité oblige. Cette faune et cette flore à la mesure de l’imagination de l’écrivain, se retrouveront dans une sorte de réédition, mais en douze fascicules , superbement illustrés, sous le titre « Les chercheurs d’inconnu, aventures fantastiques d’un jeune Parisien » ( Editions Jules Tallandier 1908/1909 illustré par Paul Thiriat)). Ici, la « répulsite » se transformera en « Stellite ». D’une manière générale un reliure de la série sans les magnifiques couvertures se rencontre encore de temps en temps sur la toile.

Il rédigea également une singulière histoire de savant fou « Le bacille » où le machiavélique génie, décide dans un excès de mégalomanie afin de punir une humanité indigne de son génie, d’empoisonner à l’aide d’un virus, l’eau potable de la populations. Rassurerez vous, le méprisable projet n’aboutira pas. Publié a l’origine chez Albin Michel en 1928, l’ouvrage vient d’avoir l’honneur d’une ressortie chez « L’arbre vengeur » dynamique et sympathique éditeur, très attaché à l’anticipation ancienne. Si vous aimez les histoires de fous criminels, alors n’hésitez pas, le texte garde encore un certain charme.

Note de l’éditeur:

« Quand on prononce le nom de Galopin, prénom Arnould, le scepticisme le dispute à l’incrédulité : est-il donc possible de s’appeler comme ça ? Quand on annonce que l’on va rééditer un de ses meilleurs romans, l’incrédulité se fait inquiétude : z’êtes sûr que cela vaut la peine ? Eh bien oui, d’une voix d’une seule nous répondons que Le Bacille, son fameux roman d’anticipation bactériologique (pour faire court) a toutes les vertus de cette excellente littérature populaire dont nous déplorons, à mi-voix, l’extinction. Les plus curieux de nos lecteurs seront donc ravis d’apprendre que les libraires les plus intrépides l’accueilleront à l’office demain, à l’heure du laitier, la plus belle. »

 

Arnould Galopin à L'honneur Chez

2 commentaires pour « Arnould Galopin à L’honneur Chez « L’Arbre Vengeur » »

  1.  
    jean-yves
    1 juillet, 2011 | 12:34
     

    site toujours aussi instructif , dommage que j’ai moins de temps pour tout lire ….concernant le galopin , je ne sais pas si c’est avec ce genre de couverture que l’arbre vengeur va attirer le chaland ( idem pour leurs autres titres anciens recement sortis ).Question de gout sans doute mais je prefere netement les choix de riviere blanche ( qui viennent de sortir le jean de la hire , un pavé !)

    Répondre

  2.  
    1 juillet, 2011 | 15:03
     

    Merci pour ton message, tes compliments et ta fidélité
    Qu’importe le flacon……tu connais la suite et en cette période ou l’anticipation ancienne a du mal à trouver ses marques, il faut saluer ces courageux éditeurs qui n’hésitent pas à prendre des risques pour notre plus grand plaisir. « Rivière Blanche » affiche sa position pour la littérature de l’imaginaire, couvertures attractives certes mais prix différents. Avec « L’arbre vengeur » pour 13 euros tu peux avoir accès à un grand classique de la SF, totalement inédit et pour une collection qui affiche son éclectisme, ce n’est déjà pas si mal

    Répondre

Laisser un commentaire