« Les Survivants De L’Atlantide » de Charles Magué. Une Fameuse Trilogie!

Posté le 16 septembre 2011

« Les survivants de l’Atlantide »Tallandier, «le Livre National», «Bibliothèque des grandes aventures» (1° série) r » 252. 1929. Broché in-12 de 222 pages. Couverture illustrée en couleur par P.Dmitrow

Fermement décidé à battre «le record du tour du monde en aéroplane», le capitaine Arramburu accompagné de son mécanicien Jules, d’un homme à tout faire surnommé «Pastèque» et d’un passager clandestin de dernière minute, vont vivre une extraordinaire aventure. Après un crash survenu dans la mer des Sargasses, victimes d’un gigantesque typhon, les naufragés ne devront leur salut qu’à un frêle esquif fabriqué en toute hâte avec la carcasse de l’avion. Suite à une traversée pénible de cette mer de désolation, un espoir apparaît enfin sous la forme d’un immense bout de terre qu’ils baptiseront «L’Ile noire». 

Il s’agit d’une immense barrière circulaire dont l’intérieur semble totalement inaccessible. Un passage sera pourtant découvert, il faut bien que l’histoire se poursuive, non sans avoir affronté les pieuvres gigantesques d’un lac souterrain et de trois monstrueux serpents, gardiens du seul et unique tunnel donnant accès au centre de l’île. Echappés de justesse aux redoutables mandibules, le début de leur périple s’achèvera de curieuse façon.

En effet, les ruines d’un temple Grec s’offre à leurs yeux émerveillés. Les inscriptions gravées dans cette langue ne posent aucun problème au capitaine qui s’était par bonheur adonné dans sa jeunesse à l’apprentissage des langues mortes. Après une exploration sommaire des environs, quelque chose semble ne pas tourner rond dans le décor… C’est après avoir manqué de détruire par inadvertance un groupe de statues que la lumière se fait enfin. Les «Statues» sort en fait des êtres humains et détail vraiment extraordinaire, les éléments faisant partie du paysage se trouve tout simplement réduit de moitié: Gens, maisons, végétation, animaux… Après les politesses d’usage, un des habitants, Phancés, racontera l’incroyable histoire de « Micropolis ».

Descendants de la fière Atlantide détruite par un gigantesque raz de marée, les derniers survivants purent se réfugier sur les hauteurs d’un énorme volcan, sur ce morceau de terre échappé à la colère des dieux, les survivants tentèrent de perpétrer les derniers brasiers d’une race agonisante. En raison du manque d’espace vital, il fallut la découverte par un savant d’un sérum permettant, grâce à des «manipulations génétiques», la réduction de toute chose vivante. Une fois acquise, cette particularité fut transmise ensuite au cours des générations.Un jour pourtant, des navigateurs abordèrent leur île, en quête d’une civilisation fabuleuse mentionnée dans les légendes. Ceux ci finirent leurs jours chez les Micropolites non sans leur avoir enseigné leur langue originelle: Le Grec, ainsi qu’une multitude de choses savantes et sages.

Nos quatre aventuriers s’installent progressivement dans cette civilisation paisible devenant même des dieux après avoir éliminé pieuvres, serpents ainsi qu’une bande d’anthropophages humanoïdes qui semaient la terreur chez nos vénérables Atlantes. Malgré les richesses de cette cité (dont la matière première est l’or et l’ivoire) le mal du pays commence à se faire ressentir. Récupérant certaines pièces importantes de l’avion, dont un des réservoirs pratiquement plein, «Pastèque» et le mécanicien, fort de leur ingéniosité parviennent à fabriquer une sorte d’hydroglisseur dont ils veulent faire profiter le tout premier essai à Arramburu. Faisant de mauvaises estimations, l’engin s’éloigne un peu trop de l’île et un mauvais brouillard aidant, les deux aventuriers finissent par s’égarer. Il ne reste plus qu’une seule alternative : Avancer !

Après des jours d’angoisse, de diète, de soif et de fièvres, ils seront miraculeusement récupérés par un cargo. Mais comme le termine si bien dans son journal le brave capitaine: «C’est que ni Pastèque, ni moi n’avons oublié nos mais de l’île noire et que nous n’avons mis qu’un point suspensif à nos aventures.

Fin du premier volume.Ne manquez pas très prochainement la suite de ces palpitantes aventures, constituant cette fameuse trilogie des « Survivants de l’Atlantide » intitulé  « La cuve aux monstres ». De nouvelles découvertes incroyables attendent nos aventuriers dans un roman palpitant et extraordinaire.

 

 Le tout début d’une incroyable aventure

Un commentaire pour « « Les Survivants De L’Atlantide » de Charles Magué. Une Fameuse Trilogie! »

  1.  
    Ferocias
    17 septembre, 2011 | 19:13
     

    C’est pour moi l’un des meilleurs « Tallandier bleu »!

    Répondre

Laisser un commentaire