La Revue « Quinzinzinzili, L’univers Messacquien N° 14″ Vient De paraître

Posté le 29 septembre 2011

Le N° 14 de l’excellente revue « Quinzinzinzili » sur l’univers Messacquien vient de paraître et comme à son habitude le sommaire est aussi riche que varié.

Un numéro sous le signe de l’aventure puisque une place de choix sera réservée à l’écrivain Jack London et d’un texte rare écrit en 1905 « What Life Means to Me » et traduit pour l’occasion en 1939 par Régis Messac pour la revue « Simplement » . Un texte profondément « social » où l’auteur nous explique ses origines et son apprentissage dans un milieu défavorisé où la vie était un combat de chaque instant.

Vous y trouverez également une passionnante étude de Léo Malet sur le roman policier (Le monde libertaire du 16 Mars 1956), où le célèbre écrivain donne son avis éclairé sur sa vision du genre. Vous y trouverez également une rubrique consacrée au roman de Marc Wersinger « la chute dans le néant » et hasard du calendrier, un article fort intéressant au titre accrocheur : « Peut-on Microméguer ? ». Assez amusant puisque je viens de consacrer un article de mon blog sur « Les micro-mondes dans la science-fiction ».

Coup de projecteur sur un ouvrage de Messac, « A bas le latin » et une échange entre l’auteur et un professeur de lycée, autour de ce célèbre texte, un petit tout d’horizon sur l’accueil du public concernant « Le détective novel et l’influence de la pensée scientifique » et nous voilà rendu à la fin de l’ouvrage pour une petite analyse de quelques ouvrages utopiques recensés à l’époque par Régis Messac.

Un numéro une fois de plus fort bien documenté et qui nous apporte avec le savoir que nous connaissons à l’équipe rédactionnelle, des éléments supplémentaires sur un genre qui ne cesse de nous émerveiller au fil des années. Une collection indispensable pour le curieux et le passionné de cette admirable littérature

« Quinzinzinzili, l’univers Messacquien » N° 14. Eté 2011.30 pages

 

La Revue

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire