« Micromegas » Une Réédition Inespérée de L’étude de Régis Messac

Posté le 4 octobre 2011

Faisant suite au précédent article sur la thématique des univers microscopiques, je ne peux que vous conseiller de faire l’acquisition de la réédition de l’ouvrage de Régis Messac « Micromégas » paru à l’origine en 1936 chez « La Laborieuse » et devenu introuvable depuis.

Fort heureusement Olivier Messac, dans un souci d’exhumer et de faire connaître au public le travail de précurseur qu’effectua son grand-père, participe à la réhabilitation de toute son œuvre via une passionnante revue « Quinzinzinzili » et les éditons « Ex Nihilo ». Il vous sera donc possible de (re)découvrir, petits chanceux que vous êtes, non seulement cette incontournable étude « Micromégas », de l’homme face au « très grand et du très petit », mais de vous replonger dans « Les premières utopies », « Les romans de l’homme singe », sans oublier ses célèbres romans devenus introuvables : « Le miroir flexible», « La cité des asphyxiés », « Valcrétin »,« Quinzinzinzili »(éditions de L’arbre vengeur) ou encore « Le détective novel et l’influence de la pensée scientifique » (éditions Encrage).

Une œuvre dense et immensément riche, aux thématiques audacieuses et qui faillirent, sans l’intervention inespérée de tout un groupe de passionnés, non pas tomber dans l’oubli, car la mémoire autour de Régis Messac reste toujours aussi vive, mais ne s’adresser car une rare minorité de collectionneurs ayant la chance d’en posséder quelques fragments.

Je ne peux donc que vous encourager à faire l’acquisition sans plus tarder de toute cette somme d’informations qui demeure après plusieurs décennies à la fois incontournable et indispensable à tout amateur et curieux qui se respecte.

Note de l’éditeur au sujet de Micromégas :

« Avec Micromégas, écrit en 1935, Régis Messac se consacre à l’étude des œuvres littéraires traitant de l’homme en face du très grand et du très petit, de l’homme qui change de dimensions sans cesser d’être un être humain. De Platon aux magazines anglais de la première moitié du xxe siècle, de Lamartine à Jules Lermina, aucun aspect de la question n’est abordé sans être mis en relation avec le développement de la science et l’évolution des théories scientifiques. À travers son étude, Messac nous révèle la cohorte d’idées fausses qu’emmagasine ou que véhicule le roman scientifique, notamment à propos du changement d’échelle qui bouleverse la structure des lois physiques. Cette littérature n’est en fait que de pure fantaisie. Notre organisation est liée à nos dimensions ; il ne peut y avoir d’homme de la taille d’une fourmi ni de fourmi de la taille d’un homme. Messac, cependant, fait une distinction entre deux catégories d’auteurs : ceux qui laissent se développer leur imagination au gré de la science, et ceux qui, comme Rabelais, Swift, Voltaire ou Wells utilisent le genre comme un artifice qui leur permet d’exposer des idées hardies. Comme la plupart des travaux de Messac, cette histoire d’un genre littéraire est aussi captivante que les meilleurs ouvrages de littérature scientifique. »

« Micromegas » de Régis Messac. Editions Ex Nihilo.2008

 

 

 

 

2 commentaires pour « « Micromegas » Une Réédition Inespérée de L’étude de Régis Messac »

  1.  
    Ferocias
    4 octobre, 2011 | 14:53
     

    Beaucoup des oeuvres de Régis Messac sont reprises par Ex-Nihilo. Sans doute aura-t-on ses oeuvres complètes à moyen terme. Sur Gallica on peut aussi consulter Les Primaires (revue où Messac collabora) et il faut évidemment être abonné au bulletin messacquien!

    Répondre

  2.  
    4 octobre, 2011 | 18:25
     

    Un œuvre colossale, un auteur prodigieux qui mérite toute notre attention car il est la référence en la matière, un des tout premiers historiens de l’anticipation ancienne.

    Répondre

Laisser un commentaire