Le Coup De Coeur Du « Moi »: « Les Pilleurs D’Âmes » De Laurent Whale : Nagez Ferme!Nagez! Nagez…….

Posté le 22 mars 2012

 

Qui n’a pas rêvé étant gamin d’être un implacable pirate, de naviguer sur les eaux chaudes et clémentes des caraïbes, à la recherche de fabuleux trésors ? Personnellement, et comme beaucoup de jeunes aventuriers, j’ai effectué mes premières armes avec « L’île aux trésors » et je garde de cette lecture le doux souvenir d’une vie de flibuste trépidante et exaltante. Mais être un écumeur des mers est tout autre chose, car si avec nos yeux d’enfants nous nous laissâmes bercer par le doux tangage de ces fascinants navires, la réalité est bien loin de cette vision idyllique et idéalisée. C’est un petit peu à l’image du chevalier pour lequel nous nous forçons à croire qu’il personnifie la pureté de l’âme et la noblesse des sentiments. Une épée reste une épée et un pavillon frappé d’une tête de mort un symbole d’âpreté des cœurs et de sécheresse des sentiments

Laurent Whale dans son roman « Les pilleurs d’âmes » nous plonge dans une réalité des plus concrète en nous livrant, sur fond d’intrigue conjecturale, un récit flamboyant et haut en couleurs où le fracas des armes et l’odeur de la poudre sont des constantes incontournables. Pour faire simple, un homme venu du futur, chargé de réguler les paradoxes temporel et surtout certains recrutements intempestifs, se trouve aux prises avec un monde cruel et impitoyable. Sa mission est de repérer un « recruteur » venu également du futur, personnage dont la mission est de ramener dans son monde des êtres suffisamment vils et redoutables, capables d’assumer avec toute la bestialité qui les caractérise, certains corps armés de notre lointain avenir. A croire que la civilisation recouvre de son vernis tenace les réflexes primitifs qui sommeillent en nous. L’histoire est suffisamment riche en hommes barbares et sanguinaires pour qu’il soit ainsi possible de venir « faire son marché » et piocher les mauvaises graines qui pullulent dans le fertile terreau de l’humanité.

A bord d’un engin des plus singulier, avec qui il fait véritablement corps et pour qui il entretient une relation « fusionnelle » (une idées des plus passionnantes)Yoran le héros de cette histoire va prendre l’identité de Yoran Le Goff, en ces temps barbares cela passe mieux inaperçu, et se faire enrôler sur « La Providence » un des navires du terrible capitaine Jean-David Nau dit L’Olonnais. Un sacré lascar celui là, de la graine de brigand comme il s’en faisait à l’époque et dont le courage et la roublardise n’ont d’équivalent que sa férocité et son goût prononcé pour le massacre. Yoran quand à lui  est un aventurier dans l’âme et se transfert d’identité n’est pas pour lui déplaire, bien au contraire, il voit dans cette mission une raison supplémentaire de parfaire son éducation « physique » dans un univers où la force musculaire est un atout majeur, un homme en fait qui aime à relever les défis. Sa délicate mission sera de repérer et de neutraliser le recruteur avant qu’il n’accomplisse sa redoutable besogne. Le seul problème c’est qu’il va lui être très difficile de repérer un individu qui, comme lui, vient de revêtir les attributs des ces terribles gibiers de potence.

Disons le tout de suite, le roman est le prétexte pour l’auteur de nous faire voyager avec ravissement à une époque où des individus sans foi ni loi, parcouraient les océans du globe non seulement à la recherche de quelques butins mais aussi afin d’assouvir leur soif de violence et de sang. Une époque des plus sanguinaires où la crasse et les tueries étaient de mise, où seul le sabre d’abordage tirait un trait final à toutes discussions. Il nous fait alors vivre un épisode mémorable de cette période, avec un sens de la description tout à fait incroyable et nous décrit  certaines scènes de batailles avec un tel réalisme, que nous avons presque l’impression de sentir l’odeur de la sueur et de la poudre. Pour un peu je poursuivais la lecture avec une bouteille de rhum à mes cotés.

Il y a deux temps forts dans le roman, celui où les pirates livrent bataille à la flotte espagnole, un petit bijou de bataille maritime « à l’ancienne » et bien évidemment l’attaque du port de la Havane, qui reste une merveille de stratégie mais surtout un témoin de la sauvagerie humaine. Par ses admirables descriptions, il nous immerge complètement dans une époque barbare et hors du commun dont il est préférable d’en apprécier toutes les saveurs bien confortablement assis dans un fauteuil : Ils ne rigolaient pas beaucoup à l’époque !

Le récit est à ce point maîtrisé que, loin d’être une spécialiste de cette époque fascinante et implacable, j’ai parfois eu l’impression d’en être un des acteurs. Un monde régit par ses règles, ses codes, une époque que finalement le héros arrive à comprendre et presque à aimer en raison de cet état d’exaltation que parfois elle lui procure. Un travail bien documenté et qui vous donne envie de relire tous vos classiques car la France, c’est aussi le pays de la flibuste.

J’ai de plus vraiment éprouvé une certaine empathie avec les deux personnages principaux, car outre Yoran, l’aventure ne pouvait être  parfaite sans l’adjonction de son double du passé, son frère d’arme. Ainsi Maximilien « Bras-de-fer » sera t-il le compagnon idéal et incontournable, celui sur qui l’on peut compter et qui ne vous laisse jamais tomber quoiqu’il arrive. Cet attachement pour ces deux héros provient sans aucun doute de cette aisance d’écriture où, dans un style parfait, limpide, parfois très visuel, l’auteur parvient à nous faire passer un maximum d’informations, sans alourdir la narration du récit. Il en découle des scènes captivantes et des passages jouissifs à souhait où la complicité parfaite des deux lascars est un atout supplémentaire au déroulement du récit.

Le final est à la fois simple mais diablement ingénieux et lorsque les informations se recoupent et que nous est dévoilé la clef de la mission, nous replongeons, formule ô combien adéquate, dans un univers conjectural qui trouve sa place la plus naturellement au monde et vient s’imbriquer dans un contexte temporel qui finalement trouve une place légitime. Les 237 pages du roman se laissent dévorer avec un plaisir évident et cela le m’étonnerait pas que Laurent Whale, Savanturiers dans l’âme et passionnant raconteur d’histoire, ait trouvé dans quelques fantastiques brocantes la clef lui permettant de voyager à bord d’une de ces magnifiques machines temporelles si bavarde mais si attachante et de venir nous faire profiter par un habile jeux d’écriture, après une virée au XVII eme siècle, d’une escapade aussi stimulante

Voilà un roman qui se laisse lire sans ennui, on le prend et on ne le lâche plus, c’est intelligent, captivant et nous donne cette douce et agréable impression de ne pas avoir fait un achat inutile.J’ai même eu par moment l’impression de lire une de ces scènes sanglantes et épique dont R.E.Howard avait l secret.Croyez moi, par les temps qui courent, c’est déjà une excellente chose. Un prix Rosny Ainé 2011 bien mérité !

Dernier petit coup de chapeau pour Eric Scala, l’illustrateur de cette magnifique couverture qui mélange avec perfection les deux thématiques du roman. Du bon boulot qui nous prouve que certains vaisseaux maritimes ou autres, peuvent voler.

 

« Aujourd’hui vivants, demain morts, que nous importe d’amasser ou de ménager, nous ne comptons que sur le jour que nous vivons et jamais sur celui que nous allons vivre ». 

Alexandre-Olivier Exquemelin.

 

 

« Les pilleurs d’âmes »  deLaurent Whale. Ad AStra éditions. Collection « Ad-ventures ».2010

 

Hebergeur d'image

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire