« Les Coups De Coeur Du Moi »: « U-Chroniques » Une Leçon D’histoire Revisitée!

Posté le 4 juin 2012

« U-Chroniques » Anthologie de nouvelles. Editions ImaJn’ère « Sous la cape ».2012.293 pages

 

Il existe des mots qui furent pendant longtemps perdus dans cette « Terra Incognita » de la langue Française, seulement connus des rares initiées ou de ces intrépides explorateurs qui n’hésitaient pas à braver des territoires hostiles et barbares. Le terme « Uchronie » fait partie de l’un d’eux et il m’arrive souvent par jeux, de le placer dans une conversation et je suis toujours stupéfait de voir les réactions d’interrogations que ce petit mot suscite sur le visage de mes interlocuteurs. Mais loin de moi de faire un reproche de quelque nature que ce soit, car il rentre dans cette catégorie des mots étranges, pas facile à placer dans une conversation, tout comme le mot « Dystopie » d’ailleurs, si ce n’est entre gens de bonne compagnie ayant quelques accointances pour les littératures science fictionnelles….. Je me rappelle de ce petit frisson que fit naître en moi cette notion d’altération du temps. Comme il doit être fascinant de pouvoir ainsi jouer avec le cour de l’histoire et de pouvoir se déplacer dans un passé figé à jamais et de pouvoir en modifier la structure immuable. La notion de temps a toujours fascinée les écrivains de l’imaginaire et cette fonction « uchronique » fut toujours étroitement liée avec celle de voyages dans le temps, car le souci majeur de ces téméraires voyageurs temporels fut de bien prendre garde de ne pas modifier ne serait-ce que le moindre« battement d’aile d’un papillon ». Mon premier texte marquant dans le genre, et qui garde encore après plusieurs années le même impact, fut le roman de Poul Anderson « La patrouille du temps », cette unité spéciale composée d’hommes du futur et chargés de lutter contre les altérations de l’histoire qui pourraient perturber le cours normal des choses. Le ton venait d’être donné et l’ouverture de la porte de ces « brigades spéciales » allaient fleurir dans la littérature : car on ne joue pas ainsi avec les paradoxes temporels !

 Dans le futur, la machine à voyager dans le temps est devenue un moyen de locomotion relativement fréquent et quelques petits « plaisantins » s’efforcérent de vouloir modifier certains événements qu’ils jugérent un peu trop conventionnels. Cette idée d’une « police du temps », fit son chemin, car depuis Enrique Gaspard y Rimbau et son « Anacronopéte » en passant par H.G.Wells et sa « Machine à voyager dans le temps » et Octave Belliard avec un « Aventure d’une explorateur qui explora dans le temps » les règles ont bien changées et le fait de pouvoir ainsi à sa guise se déplacer sur cette ligne temporelle, vient modifier terriblement notre vision de l’histoire et modifier une chronologie des plus ordonnée

Qui n’a pas rêvé à un moment ou un autre, de rencontrer un personnage célèbre ? Certainement un écrivain afin de lui faire dédicacer une ou l’intégralité de ses œuvres…Qui n’a pas espéré à un moment de son existence éliminer un criminel de guerre, réduire à néant une invention ou une découverte pouvant nuire au développement des plus serein de notre humanité ? Qui n’a pas rêvé de changer le cours d’une vie morne et sans saveur ?

 En règle générale, une uchronie va se jouer sur deux tableaux : L’histoire nous apprend qu’à la suite d’un événement inattendue et/ou imprévisible le cours de notre histoire a subitement changé de direction, par une phénomène naturel ou accidentel. A ce niveau toute notre histoire a été réécrite depuis l’événement causal et nous évoluons dans un contexte certes parallèle à notre propre réalité mais dont aucun élément « scientifique » n’est venu perturber le bon déroulement. Le narrateur nous place dans un contexte où notre planète a évoluée en fonction de cet événement. Mais il y a également le cas d’une machine nous donnant la possibilité d’arpenter notre passé, auquel cas l’auteur s’efforcera de placer un élément pouvant influencer notre futur et de créer une autre réalité possible. Les possibilités sont alors infinies, créant une multitude de mondes divergents qu’il nous sera possible d’emprunter à volonté…une véritable pagaille : Mais que fait la police…temporelle ?

C’est un concept qui existe depuis longtemps dans la littérature conjecturale mais qui n’avait jamais été source d’une étude assez fouillée. Au départ, c’est l’anticipation militaire qui s’en est donnée à cœur joie avec des romans où l’histoire fut complètement bouleversée par des batailles dont l’issu ne fut pas ce à quoi l’on s’attendait : « Si les Allemands avaient gagnés la guerre » par exemple qui reste une des thématiques la plus utilisée ( usée jusqu’à la trogne pourrait-on dire) Si, Si Si……avec des « Si », nous pourrions mettre Paris en bouteille dit le vieil adage et c’est ce que vont s’efforcer de faire nos admirables écrivains : Réinventer notre histoire  à partir d’un élément décisif, ce petit rien qui en une fraction de seconde peut tout faire basculer.

Depuis il y a eu l’ouvrage incontournable de Eric B.Henriet et sa formidable « Histoire revisitée » (Editions Encrage collection « Interface » 2004), un gros pavé passant en revue toutes ces altérations modifiant de la plus incroyable des façons nos manuels d’histoires. Bien avant cela il y eut la précieuse anthologie dirigée par André-François Ruaud  « Passés recomposés» ( Editions Nestiveqnen. 2003 )qui sur douze textes d’écrivains de talents nous proposa une vision du monde quelque peu perturbée par de minuscules changements à l’échelle cosmique mais qui eurent des conséquences déterminante sur le destin de l’humanité.

Deuxième anthologie consacrée à ce genre plein de surprises et objet de ce billet aujourd’hui : « U.Chroniques » aux éditions ImaJn’ère « sous la cape ».

Un volume de 293 pages accueillant 16 nouvelles pour autant d’écrivains, sous une couverture des plus belle, justifiant à elle seule l’achat de ce merveilleux petit volume des plus réjouissant.

Si vous avez des amis ayant quelques réticences avec la terminologie du mot « Uchronie » je vous conseille de lui faire lire la préface de Julien Heylbroeck. Une préface qui en fait pourrait être une nouvelle si…seigneur voilà que moi aussi je me mets à « Uchroniquer » néologisme qui, dans le cas présent n’est pas un gros mot, mais un état dans lequel vous plonge une lecture trop répétitive de ce genre de fariboles de l’imaginaire. La préface vous disais-je, est des plus savoureuse et afin de poser les bases de cette thématique, j’ai effectué sa lecture en présence de ma charmante épouse qui est profane dans le domaine et dont la réaction fut des plus enjouée : Arriver sur deux pages à définir un univers aussi complexe en vous faisant marrer, voilà une exploit qui relève de heu !…l’utopie ?

Seize nouvelles réalisées par de talentueux écrivains dont certains sont connus des milieux spécialisés, d’autre moins mais toutes témoignent d’une imagination et d’une rare sensibilité sur un concept qui peut paraître assez banal, mais demande toutefois une certaine maîtrise du langage, tout comme de l’histoire d’ailleurs, celle avec un grand « H ». Le recueil se divise en différentes « parties »,  où  l’histoire  est altérée de nombreuses façons, témoignant de sensibilités différentes et d’approches originales et innovantes. Ne me demandez pas un inventaire complet de chacune d’elles, il y en a pour tous les goûts et chaque auteur, qu’il soit chevronné ou faisant preuve d’une plume relativement récente, apporte à cette anthologie tout le charme et le plaisir de lecture  propre à des gens passionnés de littératures de l’imaginaire. Car voyez vous dans cette « U-chroniques » au titre on ne peut plus approprié, tous nous prennent par la main et nous conduisent dans ces univers qui, par un formidable « effet domino », nous confrontent à une leçon d’histoire des plus instructive et des plus audacieuse. Bon je ne voulais pas faire le détail, alors tant pis je vais tout de même les citer toutes….

D’une histoire pleine de nostalgie au parfum de révolution (« L’été insensé » de Roland C.Wagner) , de poésie toute militaire (« Le vol et la nuit » de Romual Herbreteau), de plaisir charnel (« Dobby 1er Maître du monde » de Sylvie Jeanne Bretaud ) de religion ( « Mourir à Montségur » de Philippe Ward ) de cosmogonie ( « L’expérience astrale de Mike Mana » de Batista & Batistuta), de voyageur temporel facétieux ( « Diem perdidi »de Julien Heylbroeck), d’une plongée dans les comics (« Dark Night » de Artikel Unbekannt), d’une uchronie délirante qui vous mange presque le cerveau «( « Oups..they did it Again » de Robert Darvel )d’Uchronautes anarchistes ( « Uchronis » de Jérome V), d’un artiste qui va se révéler pour le bien de l’humanité (« Arte 88 » de Jean-Hugues Villacampa), d’une agence spécialisé dans les anomalies temporelles (« Formax et les Aleximores » de Pierre Laurendeau) de la revanche d’un Corse mégalo (« Détails d’importance » de Léa Silva ), de la revanche des hommes préhistoriques ( « I have a dream » de Romain d’huissier ) et de celle des dinosaures ( « Un millionième de seconde » de Patrice Very) et terminer sur une histoire de chamanisme indien ( « La deuxième bataille de Brandywine » de Arnaud Guidet), vous voyez que dans ce copieux volume tout est fait pour vous apporter plaisir, réflexion, amusement et triturage de méninges…dans le bon sens cela va sans dire. Le volume se termine par un émouvant témoignage dont je vous laisse la surprise

Chaque texte est accompagné d’une superbe composition N& B de Fransico Varon (concluant heureusement la nouvelle) que je vous déconseille de regarder avant d’entamer l’histoire (j’ai souvent cette sale manie en ce qui me concerne) car elle vous donne parfois un indice précieux sur le contenu ou la chute des plus inattendue.

« Alors, alors ! » me direz vous, quelle nouvelle as-tu préférée ? Toute je vous répondrais car elles possèdent un charme particulier constituant toute leur identité et le talent de l’auteur. Mais bon  en ce qui me concerne, j’ai bien sûr un petit faible pour deux ou trois d’entre elles, mais dans le cas présent mon avis importe peu, car parler de préférence, serait tout simplement subjectif et je laisse donc à chacun le plaisir de découvrir celle ou celles qui conviendront le mieux à ses attentes et sa sensibilité du moment.

En regard de cette anthologie des plus enthousiasmante, je crois que l’unique constat à faire, est cet immense potentiel dont bénéficie l’imaginaire Français. Il existe une ligne temporelle qui s’étire ainsi sans jamais se briser, une génération d’auteurs laissant place à une toute nouvelle. Rien de plus logique me direz vous, certes mais lorsque cette ligne faite de talents aussi différents, ne trouve dans sa continuité aucun obstacle ne pouvant en interrompre son magnifique tracé, il ne fait aucun doute que nos bibliothèque continueront à se remplir d’écrivains de talent qui procureront aux lecteurs délicats que nous sommes,  de savoureux repas de livres aromatiques et aux goûts puissants.

Seul petit point noir au tableau, la fragilité de la fine pellicule transparente qui recouvre le livre. Elle à tendance à s’enlever trop facilement au risque d’abîmer la superbe illustration. Mais je pinaille, voilà ce que c’est que d’être un indécrottable maniaque…

Foncez vous dis-je, Vous ne le regretterez pas !

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

2 commentaires pour « « Les Coups De Coeur Du Moi »: « U-Chroniques » Une Leçon D’histoire Revisitée! »

  1.  
    Gildas Jaffrennou
    5 juin, 2012 | 13:23
     

    Ah, la Patrouille du temps… Effectivement, c’est un jalon dans le genre !
    Pour ma part, je me souviens de « La porte des Mondes » de Silverberg, d’une nouvelle assez sidérante de R. Heinlein intitulée « Tous des zombies », d’une autre de Ray Bradbury, exposant d’une manière exemple le fameux principe de l’effet papillon: »un coup de tonnerre ».

    Il y a aussi ce roman pas si connu d’Orson Scott Card : « La rédemption de Chrtistophe Colomb », qui propose l’idée que notre univers lui-même serait une uchronie résultant de plusieurs manipulations temporelles plus ou moins heureuse…

    Dans les œuvres hyper récentes, et particulièrement innovantes, il faut signaler la série américaine « Fringe », qui réussi le tour de force de mettre en jeu presque tout ce que permet la notion d’univers parallèle.

    Répondre

  2.  
    11 juin, 2012 | 4:14
     

    Effectivement un thématique riche en nouvelles innovantes.Les auteurs plus « anciens » ne furent pas en reste également et jouèrent ainsi avec brio avec le paradoxe temporel. En ce qui concerne la série « Fringe », je suis un amateur inconditionnel,une des rares ou effectivement les scénaristes jonglent fort habilement avec une multitude d’univers parallèles.

    Répondre

Laisser un commentaire