« Robots Sous-Marins » de Lucien Bornert

Posté le 19 mars 2015

robot sous marin logo

Henry Demours jeune ingénieur mais au chômage, est contacté par un notaire lui apprenant que son oncle lui cède la totalité de ses affaires. Il lui envoie donc son émissaire, le Professeur Brenne, pour lui transmettre toutes les directives,et lorsque ce dernier lui révèle qu’il doit se rendre à « Robotville » situé à des milliers de kilomètres de distance, ce dernier refuse . Mais le « maître » ne l’entend pas de cette oreille et grâce à un appareil manipulant la volonté à distance, le place sous son contrôle et l’oblige à embarquer sur un engin spécial ultra rapide le conduisant sur une plate forme située dans l’océan Atlantique. Il s’agit en fait d’un immense ascenseur qui, une fois actionné,le conduit au cœur d’une montagne sous-marine où se cache la mystérieuse cité. Le maître est à la tête d’une gigantesque organisation la R .M.C qui vend des armes dans le monde entier et plus particulièrement à des groupes anarchistes ou révolutionnaires,

Après la disparition de Demours, le notaire dépêche un de ses amis,Armand Baldis afin de partir à sa recherche. Ce dernier grâce à ses nombreux appuis, trouve la trace de la mystérieuse cité, mais Brenne lui tend un piège dont il ne sortira que de justesse après l’intervention d’un habitant de Robotville. Car cette ville, est peuplée en grande majorité de créatures métalliques , produit de l’esprit dément du maître des lieux. Outre l’invention d’une machine à transmuter la matière et de changer l’argile en fer ( nécessaire à son commerce d’armes juteux) sa technologie lui permet également de créer des robots renfermant un cerveau humain. En effet par une habile et diabolique intervention , il est capable de transférer l’organe d’un vivant sur une créature de métal.Hélas, l’opération inverse ne lui est pas possible et les corps privés du précieux organe, sont stockés dans une serre spéciale attendant le bon vouloir de leur tortionnaire. Ce que le monstre ne sait pas, c’est que son assistante est parvenue à trouver la technique pour réaliser le processus contraire, lui donnant ainsi l’occasion de récupérer son frère en chair et en os !

Mais l’arrivée de Demours ( qui au passage succombe aux charmes de l’assistante du maître, Diana) et de Baldis , entraîne une pagaille monumentale au cœur de la cité, certains robots même osent une révolte. Pour mater la rébellion, le maître de céans envoi son arme ultime, sa toute dernière invention, un pur robot, sans âme ni conscience , R.100 et armé d’un puissant rayon désintégrateur . Fort heureusement l’intervention du frère de Diana, va mettre un terme à la folie de cet homme et retourner le robot destructeur contre son propre concepteur au moyen d’un puissant appareil multiplicateur de volonté, La ville est ainsi libérée, les « âmes » des victimes, entendez par là les cerveaux, restitués à leurs carcasses sans vie, les robots redeviennent des boites vides, tandis que la cité, détruite, va finir engloutie par l’océan.

robots sous-marins

 

Note de l’éditeur

« Les extraordinaires progrès de la cybernétique promettent pour , un très proche avenir, des robots de plus en plus perfectionnés. Les savants, avec une certaine crainte, constatent, à, l’heure actuelle que les Cerveaux électroniques qu’ils construisent, ont des réactions humaines, connaissent l’erreur et la fatigue. Le processus de fonctionnement de ces super-machines s’apparente d’une façon étrange à celui du cerveau humain et certains envisagent, qu’un jour, peut-être, la machine asservie-voudra se venger et pourra se retourner contre son créateur qu’elle dépasse depuis longtemps, en puissance et qu’elle égalerait et sur passerait même, en intelligence. Angoissant problème de demain.

Lucien Bornert a imaginé des robots dotés par un savant machiavélique de cerveaux humain…

Pouvez-vous vous représenter personnellement avec un cerveau d’homme et un corps d’acier ? Quelles immenses possibilités et aussi quelle sen­sation affreuse que d’être sans lèvres, sans mains, sans cœur..

C’est ce passionnant problème qui est traité dans : « Robot sous-marins »

robotville couverture

Ce roman assez sympathique de Lucien Bornert exploitant la rare thématique du robot à cerveau organique,fut publié à l’origine dans la revue « Robinson » sous le titre de « Robotville la mystérieuse » du numéro 202 (10 Mars 1940) au numéro 226 (8 Décembre 1940). Il sera par la suite réédité dans le périodique « Sélections/Hardi les gars » sans titre défini puisque chaque livraison comportera uniquement à chaque fois,un titre de chapitre différent.Sélection/Hardi les gars,publiée par les éditions illustrées et littéraires fut d’abord une collection de récits complets bimensuels paraissant le 1er et le 3éme jeudi de chaque mois, pour devenir ensuite hebdomadaire. Elle comporte 67 numéros dont le premier numéro paraîtra fin 1943 pour se terminer au 2éme trimestre 1948. Faisant la part belle aux récits sous forme de bandes dessinées ( une seule aventure dans les premiers numéros, puis deux à partir du N°7)c’est à Lucien Bornert que revient la primeur de la majorité des romans se trouvant entre ces deux récits dessinés, romans systématiquement accompagnés d’une vignette.Ce récit fut par la suite présenté sous la forme d’une courte bande dessinée de neuf planches et paru dans la revue « L’intrépide » N° 416 du 17 Octobre 1957 sous la plume de Remy Bourlés.

robotville 2

Mais l’auteur, visiblement attiré par la robotique et traumatisé par l’occupant Nazi (et pour cause) sera également l’auteur d’une série dans la collection « Odyssées »,mettant en scène un être de métal : « Homo le robot »

Le célèbre professeur Mélian a construit une magnifique machine doué d’une force prodigieuse et capable de se déplacer sur n’importe quel terrain. Le fait de posséder un émetteur de télévision dans sa tête lui permet en outre de transmettre en direct toutes les informations à son inventeur.Au départ, « Homo » sera le fidèle compagnon du commissaire Alix à qui il va apporter une aide précieuse contre les criminels, pour ensuite assister un réseau de résistants et lutter contre la barbarie Nazi.Je ne possède pas hélas toute la série mais nul doute,en regard des deux derniers titres de la série, que cette merveilleuse invention fut à l’origine de la fin de la seconde guerre mondiale :

- « Le formidable ennemi » N° 11 (1943)

- « La mort silencieuse » N°14 (1943)

- « La fièvre verte » N° 17 (1945)

- « Le révolté » N°24 (1945)

Cette aventure va se poursuivre dans la collection « Les sélections Hardis les Gars » :

- « Échec à la Kriegsmarine » N°15 (1946)

- « Le centaure de la pampa » N°16 (1946)

- « On a tué Hitler » N° 22 (1946)

- « La fin d’un tyran » N°23 (1946)

Dans la même collection « Sciences Anticipations » forte de huit volumes, Lucien Bornert publiera un autre roman « Le péril vient du ciel » en abordant cette fois-ci la thématique d’un cataclysme cosmique déclenché par l’apparition d’une planète mystérieuse abritant une race d’êtres supérieurs,

 « Robots sous-marins » de Lucien Bornert collection « Grands Romans Sciences Anticipations » éditions Le Trotteur N°5,1953.

Robotville 1     Robotville

 

 

 

 

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire