« L’homme Qui Peut Vivre Dans L’eau » de Jean de la Hire

Posté le 29 mars 2015

l'homme qui peut vivre dans l'eau

Après « Le trésor dans l’abîme » ( éditions Boivin1907) dans un magnifique cartonnage polychrome et « La roue Fulgurante » (éditions Tallandier 1908) Jean de la Hire laissera libre cours à son imagination pour créer dans ce troisième roman,une nouvelle race de surhomme dans la personne de l’hictaner, curieuse créature entre l’homme et le poisson et capable d’extraordinaires prouesses sous-marines. Publié pour la première fois en volume en 1910 chez Félix Juven ( un édition relativement rare à trouver) et dans une présentation sobre, il faudra attendre 1921 et la célèbre collection de chez Ferenczi « Les romans d’aventures » pour admirer en deux volumes cette incroyable histoire d’homme amphibie sous le pinceau inspirée de Georges Vallée. Le roman sera réédité en un seul volume en 1925, toujours chez Ferenczi mais dans sa collection « Les romans d’aventures » 2éme série, très reconnaissable avec un format beaucoup plus grand et un fond vert caractéristique. La couverture est signée Armengol, artiste attitré de l’éditeur et qui selon toute apparence se souviendra de l’illustration du tome 1 parue quelques années plus tôt .

Il sera une des rares aventures à ne pas être reprise par les éditions Jaeger-D’hauteville , lorsqu’elles reprennent au début des années cinquante, un travail de rééditions des œuvres conjecturales de Jean de la Hire,

Pour l’heure je vous propose un petit résumé éditeur de « cet homme qui peut vivre dans l’eau » prémices à une longue série de romans sur la thématique du mutant aquatique

l'homme qui peut vivre dans l'eau 1

« Obéissant à des mobiles différents en apparence, mais tendant vers un même but — la domination du monde — le savant Oxus et le moine Fulbert ont conçu le diabolique projet de créer un être hybride, en greffant sur le corps d’un nouveau-né les branchies d’un jeune requin.

Le résultat qu’ils obtiennent dépasse leurs espérances.

L’Hictaner ou 1’Homme qui peut vivre dans l’eau, créature humaine par les formes et l’intelligence mais amphibien de par la volonté du Maître et du Père. est appelé à servir leurs combinaisons machiavéliques.

Leur œuvre, pourtant, ne saurait être complète que si les ressources de la science moderne sont mises à le disposition de celui qui deviendra l’énigmatique inconnu.

C’est alors qu’Oxus et Fulbert s’adjoignent un troisième génie du mal, l’ingénieur Sévérac, anarchiste militant, mystérieusement enlevé de prison, la veille du jour où il allait expier ses crimes sur l’échafaud et dont les inventions parachèvent l’œuvre commencée.

Le redoutable Hictaner,tenu .dans l’ignorance des véritables motifs de la lutte qu’on lui fait livrer aux puissances du globe leur lance un premier ultimatum dans le but d’obliger les gouvernants à renoncer à leurs pouvoirs pour les remettre aux mains d’hommes qui leur seront désignés.

Ceux-ci ne sont autres que les « frères » affiliés à la Société secrète de l’Île Perdue, dont le moine Fulbert est le chef.

Cet ultimatum ayant été considéré comme une vaste mystification ou l’acte d’un cerveau déséquilibré, on n’a fait qu’en rire, jusqu’aux heures terribles où I’Inconnu mettant ses menaces à exécution, d’horribles catastrophes se produisent successivement sur divers points du globe : des navires de guerre s’engloutissent sans aucune cause apparente, entraînant dans la mort de multiples existences humaines, des forts côtiers viennent à sauter, des ponts à s’effondrer.

L’inconnu a tenu parole.

Désormais, il faudra ou chercher à lutter contre cette force mystérieuse ou accepter ses conditions.

Les nations se réunissent en congrès pour étudier la question…

Un rien, la rivalité que soulève entre l’Hictamer et Séverac l’amour d’une même femme,Moisette, fille du savant Oxus, change soudain la face des choses, ainsi que pourront le voir les lecteurs des « Amours de l’inconnu » familiers déjà avec les première aventures de « l’Homme qui peut titre-dans l’eau ».

les amours de l'inconnu

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire