« Le marteau de Thor » de Stéphane Przybylski

Posté le 22 mars 2016

 

Je ne lis pas pour le plaisir de lire, mais pour le plaisir que va m’apporter la lecture, Il en est ainsi des ouvrages que l’on va vite oublier et peut-être même ne pas terminer et d’autres qui vous plongent dans cette délicieuse sensation de ravissement et dont les mots vous portent à chaque instant, vous poussent à tourner les pages avec une grande avidité, afin d’en savoir plus, toujours et encore plus. Le dernier roman de Stéphane Przybylski « Le marteau de Thor », entre dans cette catégorie d’ouvrages qu’il vous est impossible de lâcher, car il est écrit non seulement avec une grande clarté aux style fluide et plaisant, mais l’on sent derrière cet écrivain de science fiction, l’historien amoureux de sa spécialité qui arrive avec un langage d’une incroyable compréhension, à vous faire aimer l’histoire et plus particulièrement celle de la seconde guerre mondiale : alors imaginez pour une fan comme moi ! Tout comme le premier tome « Le château de million d’années » il concilie avec brio, histoire, espionnage, aventure science et fiction pour obtenir un cocktail explosif entre X-files, Indiana Jones et roman historique. J’avais pourtant lu son premier volume il y a presque un an, mais je me suis replongé dans ce « Marteau de Thor » comme si de rien n’était,faisant fi des mois écoulés, c’est pour vous dire à quel point cet auteur à de la classe, possédant cette particularité de parsemer son roman de petits rappels discrets qui vous replongent comme si de rien n’était au cœur de l’action. Usant avec une grande habileté de nombreux « Flash-back » permettant des ruptures dans le récit afin d’éviter des longueurs et une lassitude du lecteur, il trouve là un procédé narratif particulièrement brillant qui pousse le lecteur à ne jamais arrêter son avancée. Les personnages les plus détestables y sont fascinants, les héros, personnages souvent falots, viennent rompre l’idée que nous pouvions nous en faire, les espionnes pulpeuses et terriblement désirables, un univers de personnages pris dans la tourmente de l’histoire lors de l’un des épisodes les plus sombres de notre histoire et qui risque de le devenir encore plus face à de nouvelles découvertes. Tout ce beau monde évoluant dans un monde impitoyable où l’action ne laisse que peu de place au repos du lecteur.On voyage à travers le monde entier et l’on repose abasourdi cet incroyable voyage immobile d’une grande intensité et d’une grande richesse thématique.

Oui, cette œuvre fera date, car elle est brillante, bien construite et terriblement bien réfléchie et révèle tout le respect de son auteur pour les genres qu’il y aborde avec détermination et amusement. Car son œuvre laisse échapper de temps à autres quelques indices pour toute l’affection qui porte aux domaines qui nous intéressent et l’épilogue de ce deuxième volume, qui nous frustre, car nous avons envie de savoir, en est la preuve irréfutable et qui devrait à mon avis plaire à bien des Savanturiers et plus particulièrement ceux d’une certain type de revue américaine,

Coup de cœur et coup de chapeau, hâte, et même plus que hâte de lire la suite, car il s’agit là de l’une de ces œuvres qui vous pousse encore et toujours à lire toujours plus. Un roman qui me donne du baume au cœur, qui vous stimule et je ne peux que vous conseiller une chose : lisez-le, vous ne le regretterez pas, foi de Savanturier !

Un grand Bravo également à Aurélien Police pour cette nouvelle et magnifique couverture!

53573

 

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire