• Accueil
  • > « Capitaine Futur: L’empereur de L’espace » de Edmond Hamilton
« Capitaine Futur: L’empereur de L’espace » de Edmond Hamilton

Posté le 30 mars 2017

capitaine futur logo


Ce qu’il y a de formidable avec les littératures de l’imaginaire, c’est que selon votre état d’âme ou vos envies du moment, il vous sera possible de lire un ouvrage adapté à vos humeurs. De fait, le désir me prit de me laisser aller à une lecture facile sans être ennuyeuse, légère tout en me faisant voyager. J’avais depuis longtemps entendu parler, comme tout amateur qui se respecte, du célèbre capitaine Futur , le héros de notre système solaire, celui dont on parle avec un grand respect, mais le cauchemar vivant des plus abjects rebuts de l’espace. Hélas ne maîtrisant pas la langue de Shakespeare, il restait un personnage inaccessible, si ce n’est que de rêver sur les magnifiques couvertures de Pulp’s qui lui consacrèrent une revue spécialisée. Imaginez ma joie en apprenant la sortie chez cet autre excellent éditeur qu’est « Le Bélial » de la parution, dans sa collection au nom prédestiné de « pulp’s », de pas moins de deux volumes des aventures du célèbre justicier de l’espace. C’est avec frénésie ( comme pour pas mal de livres d’ailleurs) que je me suis précipité chez mon libraire favori et aller quérir les deux précieux volumes orné d’un bandeau flamboyant « Capitaine Flam ». En effet, les exploits de cet illustre héros sont connus en France pour leur adaptation par la Töei ( En France, la série a été diffusée à partir du 7 janvier 1981)
sous la forme d’un dessin animé au nom pour le moins fameux qu’il est inutile de vous présenter.
Les ouvrages comportent de magnifiques couvertures dans l’esprit des magazines de l’époque et sont en outre agrémentés d’un marque-page reprenant le dessin du premier plat : un atout supplémentaire pour les collectionneurs que nous sommes !
Aussitôt la première page tournée, je me laisse alors emporter par cette plaisante aventure où notre capitaine va devoir affronter le redoutable empereur de l’espace qui fomente un projet de révolte sur Jupiter en faisant croire à ses habitants la résurgence des anciens dieux qui jadis peuplèrent leur planète. Il leur demande rien de moins que de chasser les terriens de cette terre sacrée. Aidé de ses fidèles acolytes Grag le Robot, Otho le métamorphe et Simon Wright génial scientifique dont il ne reste que le cerveau baignant dans un coffret spécial, Curt Newton, capitaine Futur pour les intimes, se lance sur les traces de ce redoutable criminel qui use de toute la technologie oubliée des anciens Joviens pour arriver à ses fins : rayon bloquant une région de cerveau pour faire régresser les humains en hideuses créatures, immatérialiseurs permettant de traverser la matière, rayon paralysant……..Cette première aventure est un véritable catalogue de tous les poncifs que vous pouvez trouver dans les pulp’s de l’âge d’or et plus particulièrement dans le genre du space-opéra et on se délecte à la lecture de ce roman, certes écrit d’une manière un peu simpliste, voir naïve, mais ce qu’il y a de curieux c’est que cela fonctionne et vous vous laissez emporter par les situations parfois cocasses que les personnages devront affronter ! Toute la panoplie du genre alors en vigueur y passe, du vaisseau spatial du capitaine en forme de goutte d’eau en passant par la faune et la flore exubérante de Jupiter avec son lot de « bêtes-ballons », de « tunneliers » et de « rampeurs », masse visqueuse de protoplasme aux redoutables appétits, la mer de feu Jovienne renfermant les traces d’une antique civilisation, Jungleville la capitale et sa foule bigarrée et multicolore riche en mercenaires, hors la loi et autres créatures repoussantes, les satellites de la planète mère avec Callisto peuplée de cristaux vivants, sans oublier la technologie de pointe tant pour l’habillage que pour les armes et la communication ( et son fameux téléviseur de poche) …..tout vient ici de manière à contribuer à un agréable moment de lecture, rétro en diable, mais ô combien jouissive. L’auteur n’hésitera pas à céder au bon vieux cliché du héros sauvant in-extremis la beauté fatale infirmière officiellement, agent secret dans l’ombre, des griffes de redoutables créatures souterraines : Un must !
Oui tout, vous aurez droit à tout dans ce space-opéra échevelé, baroque et amusant comme tout,car on y retrouve cette bonne vieille SF comme on se l’imaginait en étant gosse et je dois avouer, le temps de cette agréable lecture, avoir retrouvé mon âme d’enfant, des étoiles plein les yeux, à bord du « Comète », bras droit le temps d’une aventure,du Capitaine Futur le héros de la galaxie.
Inutile de vous dire que je vais faire une courte pause, car il ne faut pas trop abuser des bonnes choses et surtout en garder un en réserve, et me lancer dans le second volume en espérant, s’il vous plaît Mr l’éditeur, voir la suite de ces extraordinaires et et mirifiques aventures de cette figure majeure de l’age d’or de la SF américaine.

 

Petit extrait pour faire plaisir aux amateurs de merveilleux scientifique et d’un ami directeur d’une Carnoplastique collection !

«  Otho, qui fouillait la sacoche accrochée à sa cein­ture près de son pistolet à protons, en tira une flasque de plomb dotée d’un pulvérisateur, puis il s’aspergea le visage d’un produit chimique incolore à l’aspect huileux.

Quelques secondes s’écoulèrent.

Bientôt, sa tête prit un aspect des plus étrange. Sa chair caoutchouteuse toute blanche parut perdre de sa fermeté et mollir telle de la cire en train de fondre.

L’action de l’huile rendait le matériau synthétique aussi malléable que de la pâte à modeler. Il durcirait de nouveau après quelques minutes, mais entre-temps, on pouvait le pétrir de sorte qu’il adopte les traits voulus.

Otho lui-même entreprit de pincer et de lisser avec autant de dextérité que de vigueur la chair blanche ramollie de son visage. Tel un artiste qui modifierait un masque mortuaire, il altérait ses propres traits.

Il travailla sans quitter des yeux la face brutale et apeurée d’Orris. Bientôt, sa figure devint celle de l’autre, dans ses moindres détails. Sa longue pratique permettait à l’androïde de créer en quelques instants la réplique d’un visage sur le sien.

Une minute après qu’il en eut fini, sa chair durcissait de nouveau, retrouvant sa ferme élasticité initiale.

« Le maquillage, à présent, murmura-t-il en fouil­lant sa sacoche.

- Vite ! » lança le capitaine Futur.

A l’aide d’une minuscule seringue hypodermique, Otho s’injecta une goutte dans chaque œil ; leur cou­leur passa du vert au bleu pâle. De la teinture en tube conféra à son nouveau visage, toujours aussi blême, le bronzage d’un spatial chevronné. La fine frange d’im­plants bruns autour de son crâne chauve apparemment tanné par les astres compléta cette incroyable trans­formation. »

 

Résumé éditeur :

« Il y a Simon Wright, dit le Cerveau, ce qu’il est, littéralement, et dans un bocal de sérum : un scientifique exceptionnel. Et puis Grag, la montagne de fer indestructible dotée d’outils intégrés étonnants. Sans oublier Otho, l’androïde synthétique, spécialiste du combat rapproché, de l’infiltration et du camouflage. Ils sont les Futuristes, la plus stupéfiante association qui puisse s’imaginer. Et enfin il y a celui qu’ils ont élevé, celui qu’ils ont juré de protéger, celui qui est devenu leur leader : Curt Newton, le géant roux, le sorcier de la science doté d’un esprit hors normes, infatigable justicier connu des peuples du Système sous le nom de capitaine Futur.
Tous quatre veillent sur les neuf mondes et au-delà, attentifs, depuis leur base lunaire à l’emplacement secret.
Or un fléau court à travers le Système solaire, une épouvantable pandémie derrière laquelle semble se tapir un mystérieux criminel, l’empereur de l’Espace. Il n’est alors qu’un seul recours : celui du capitaine Futur ! Les tuyères du Comète, le formidable vaisseau des Futuristes, crachent déjà la puissance de l’atome : l’empereur de l’Espace n’a qu’à bien se tenir ! »

 

« Capitaine Futur, l’empereur de l’espace » Tome 1 . Par Edmond Hamilton édifions Le Bélial collection « Pulp’s ». 2017

Capitaine Futur

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire