• Accueil
  • > Archives pour juillet 2018

Archives

Archive pour juillet 2018

Claude Seignolle N’est Plus!

( Non classé )

une enfance sorcière logo

Claude Seignolle

Claude Seignolle n’est plus, une bien triste nouvelle . Nous parlions encore de lui il y a peu avec des amis Savanturiers, ventant son incroyable longévité et son extraordinaire parcours. Je l’avais découvert il y a longtemps comme tout un chacun, dans la mythique collection Marabout, séduit lors d’un premier regard par les magnifiques couvertures, rapidement charmé  par sa plume puissante, baignée de talent, pétrie de cette glaise fantastique dont on fait les histoires. Il avait consacré sa vie et son œuvre à sa France natale, une France faite de légendes et d’histoires insolites, une France riche en tradition, mais dont les trésors populaires risquaient de se dissoudre à jamais dans les brumes déliquescentes de l’oubli. Claude Seignolle en avait fait son cheval de bataille, portant haut les couleurs des contes et de la tradition orale pour en collecter les milliers de preuves et les immortaliser dans l’œuvre gigantesque de toute une vie . Plus que tout autre il savait que les paroles s’envolent, mais que les écrits restent. Nous lui sommes alors redevables de cet immense patrimoine qui semblait vouloir s’infiltrer dans les terres arides de nos lointaines campagnes pour n’être plus que l’ombre de lui même car les hommes , à force de trop vouloir tourner le dos à leur histoire , finissent par oublier leurs propres racines. « Tous les pays qui n’ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid » disait Patrice de La Tour du Pin  , alors remercions du fond du cœur cet immense écrivain qui au travers de sa prose colossale nous a offert un magnifique feu de cheminée , de celui prés duquel nous allons continuer à nous raconter des histoires, de celui près duquel notre mémoire trouvera toujours un endroit pour se réchauffer et surtout pour se rappeler. Dans cet ailleurs où il vient de se rendre, immortel qu’il était devenu pour nous tous, il est fort probable qu’il aura bien des choses à raconter avec ces autres conteurs de l’imaginaire et je ne doute pas qu’il y ait une foule attentive d’âmes vagabondes pour écouter ce conteur né et partager avec lui de bien terribles histoires. Il restera toujours dans notre cœur, marquant de son talent toute une génération de lecteurs passionnés ,vous nous manquez déjà !

Afin de lui rendre un dernier hommage, une petite sélection de quelques couvertures d’œuvres qui marqueront à jamais les lecteurs des littératures de l’imaginaire dont cette « La nuit des halles » pour lequel j’avais écrit ce modeste petit article, ainsi que pour la magnifique ouvrage de Alain Sprauel qui lui consacra une remarquable bibliographie

« La nuit des halles »

J’ai toujours été émerveillé par les gens de lettres, les vrais, ceux qui ne font pas beaucoup de bruit, qui utilisent les mots avec élégance et facilité. Je suis admiratif du langage et, bien que ne sachant pas l’utiliser avec autant d’aisance et de sobriété, je suis éperdument amoureux de la musique des mots, la couleur des phrases et la texture du vocabulaire. Nous découvrons donc dans son oeuvre tout l’amour d’un homme cultivé et passionnant, pour un auteur qui bien que très discret, est pourtant à la tête d’une imposante bibliographie. J’avais découvert Claude Seignolle il y a de cela plusieurs années et cette soif de mystère et de fantastique ne pouvait que me diriger vers cet auteur mêlant de façon érudite folklore et fiction. Un homme profondément enraciné dans notre terroir et dont le talent fait resurgir de manière saisissante tout se patrimoine culturel de contes et de légendes dont notre pays peut s’enorgueillir. En reprenant la lecture de « La nuit des halles », je me rends compte à quel point j’étais passé à coté d’un ouvrage vraiment extraordinaire et d’une sensibilité extrême. Élégant mais jamais maniéré, sobre tout en étant puissant et poétique à la fois, des textes empreints d’une grande générosité de cœur et de sentiments. L’amour y flotte comme une étrange odeur de parfum douceâtre et entêtant comme la mort. Des personnages s’y meuvent et leurs destins marqués par une rencontre aussi soudaine que durable ne pourront être que source de souffrance et de mélancolie. Douleur de l’âme et de l’esprit, corps graciles et fantomatiques rencontrés au coin d’une rue au hasards d’une errance nocturne, compagnon de route d’un énigmatique et silencieux personnage, vie éternelle dont le destin se trouve enfermé dans la flamme tremblotante d’une bougie, quête improbable à la recherche d’une figure folklorique, la mort dans « La nuit des halles » est d’une présence permanente, réclamant son dû pour chaque histoire, comme pour mieux nous rappeler que nous faisons partie intégrante d’un cycle dont la fin est presque toujours inéluctable.
Claude Seignolle est un magicien des mots, nous ne pouvons que boire ses phrases avec une grande avidité, car elles coulent en nous de façon onctueuse et rafraîchissante et sont la promesse d’agréables moments de lecture, riches et captivants. Un auteur qui nous fait aimer encore plus la littérature et qui, personnellement, illumine mes journées dans la perspective de tenir entre mes mains un de ses ouvrages.

 

la nuit des halles

« Bibliographie Seignolle »

Il est des personnages emblématiques de la littérature populaire, un populaire noble dans le sens du terme et si quelques tortueux esprits voient en cela un qualificatif péjoratif, c’est qu’au bout du compte ils n’ont rien compris et ne peuvent alors que passer leur chemin .En infatigable arpenteur de l’imaginaire, Claude Seignolle, ce grand faiseur d’histoire, ce conteur hors pair, a élevé au rang de patrimoine national, toutes ces légendes qui firent de notre pays, à l’instar de la brumeuse Angleterre, le territoire des légendes et des superstitions, terreau fertile de drames épouvantables qui dans les coins les plus reculés de nos campagnes, firent naître de bien curieuses histoires racontées le soir au coin du feu.

J’ai toujours été admiratif de cet immense écrivain, et le culte que je lui voue, n’est pas le fait inconsidéré d’un collectionneur maniaque et obsessionnel, mais bien la marque d’une profonde admiration pour un magicien des mots et du langage, qui parvient si bien dans une verve toute en nuance et en subtilité, nous apporter les preuves d’une extrême sensibilité et d’un talent que peu d’écrivains fantastiques peuvent revendiquer. Il est pour moi de la trempe d’un Jean Ray, d’un Thomas Owen et plonger dans un de ses livres, est une immense satisfaction, un plaisir extrême, le présage d’un formidable voyage dans ces terres de l’imaginaire qui sont pour moi comme un seconde maison. Cet auteur possède une parfaite maîtrise des atmosphères étranges et sulfureuses et je me délecte et savoure avec un plaisir immense sa prose imaginative à l’odeur surannée des contes d’autrefois. La lecture de ses premiers textes fut un véritable choc et je me rappelle de cet émoi qui fut le mien lorsque je fis mes armes dans le domaine du fantastique dans cette si prestigieuse et unique collection qui lui réserva une place d’honneur : Les éditions Marabout. Car avant de connaître le plaisir des éditions originales, elle fut comme beaucoup de lecteurs de ma génération, une mine inépuisable où je venais, armé de ma seule imagination, piocher avec une exaltation toujours plus fébrile dans cette matière extraordinaire, cette substance impalpable mais riche en sensation, de toute ces choses comme le disait si bien l’écrivain Gantois, dont on fait les bonnes histoires. Cet éditeur fut la cause de bien des nuits blanches avec des textes aux pouvoirs ensorcelants, agrémentés de superbes couvertures dont il m’arrive encore de regarder les si magnifiques couvertures réalisées par des artistes si admirablement inspirés.

Cet écrivain puissant et imaginatif, ce gardien de notre mémoire populaire ne m’a jamais déçu, chaque livre, chaque histoire est la porte ouverte non seulement vers des mondes originaux, mais une plongée enivrante dans cette poésie du macabre où les mots ne sont jamais en trop, où l’ambiance est à l’image de ce brouillard épais et tenace qui recouvre inexorablement toute chose dans bon nombre de ses histoires, les enveloppant insidieusement comme pour vouloir déformer une réalité qui peut à tout instant sombrer dans le macabre. Car voyez-vous, les univers de Claude Seignolle sont constitués de ces petits rien qui à tout moment peuvent faire basculer votre raison, franchir cette barrière si tenue entre le réel et le surnaturel, car il est le dépositaire de cette mémoire collective qui au fil des générations à construit toute une mythologie fantastique où bien souvent la mort côtoie de façon insolente les vivants, comme pour nous mettre en garde et mettre à mal notre arrogance.

Voilà un faiseur d’histoires qui n’a eu de cesse au cour de sa vie de mettre à l’honneur toute la matière première nécessaire à façonner le patrimoine culturel d’un pays en le sublimant d’une si merveilleuse façon où la sueur glacée de cette peur qui nous étreint et nous fascine, côtoie le plaisir d’une écriture merveilleuse qui coule d’une si belle façon en donnant à notre si belle langue française toute sa force et sa richesse. Il est l’écrivain du langage des fantômes, de la peur qui rode, des vengeances posthumes et des esprits tourmentés et ce diable d’homme doit avoir quelques entrées avec le royaume des ténèbres pour en retranscrire ainsi toute sa substantifique moelle. On se laisse souvent emporter dans son univers et peu importe la caresse glacée de cette main qui vous entraîne dans les royaumes du fantastique, la musique de son vocabulaire est là pour nous envoûter et nous faire oublier l’espace d’un instant qu’avec un si formidable guide, la mort n’est pas si terrible que ça.

Le magnifique hommage qui vient ici de lui être rendu avec cette « Bibliographie Seignolle, 95 années de diableries » est un de ces objets précieux et rare qui ne pourra que combler d’aise les passionnés de Claude Seignolle. Un livre qui nous est décrit dans la préface de Claude Seignolle d’une manière si admirablement courte et précise : « Ma bibliographie, c’est ma biographie ». Quoi de plus admirable pour quelqu’un qui a consacré sa vie à l’écriture. Voilà un outil indispensable confectionné avec une minutie conférant à la maniaquerie, qui nous recense toutes les œuvres de l’auteur avec une précision d’horlogerie Suisse, et parcourir les quelques 260 pages de cette bible au papier glacé est un plaisir dont tout amateur de littérature fantastique ne devrait pas se priver. Le menu en est alléchant et se décline en de nombreux chapitres qui sont autant une invite à un plantureux repas aux saveurs étranges : Préface de Claude Seignolle, une BD inédite de Laurent Lefeuvre, répertoire détaillé des romans et nouvelles fantastiques de l’auteur, les recueils fantastiques, les anthologies de contes et légendes, les essais sur le Folklore, textes érotiques, les autobiographies, les traductions,adaptations pour la jeunesse et la bande dessiné, les biographies, les adaptations pour la radio, la télévision, le théâtre , le cinéma …..Tout un ensemble exhaustif réalisé de mains de maître par un auteur déjà réputé pour l’excellence de son travail sur les biographies des écrivains de l’imaginaire. Alain Sprauel, collectionneur acharné et grand amateur d’ouvrages bibliophiliques des littératures de l’étrange possède à son actif un « tableau de chasse » assez exceptionnel où figurent des travaux de grande qualité avec des auteurs aussi prestigieux que Serge Brussolo, Pierre Pelot, Stephen Wull, Michel Jeury,Graham Masterton, Bran Stocker, John Shéridan Le Fanu…Passant des auteurs anciens aux modernes avec une grande aisance, ses travaux font référence dans le domaine et ce travail exceptionnel sur Claude Seignolle vient compléter le sérieux et le professionnalisme d’un homme déjà reconnu pour sa monumentale bibliographie sur Jack London. L’ouvrage est admirablement bien organisé, complété par une index permettant de retrouver dans cet ouvrage toutes les œuvres, courtes ou longues, essais, critiques etc…de l’auteur.

L’ouvrage est en outre agrémenté d’une magnifique iconographie où se croisent photos, couvertures, les éditions rares ou introuvables comme celles beaucoup plus récentes. Mais la grande originalité de ce précieux volume est d’avoir réalisé cet album comme un ouvrage/ hommage de la mythique collection Marabout. Même présentation, avec une magnifique couverture et je pèse mes mots, de Laurent Lefeuvre dont il vous sera possible également d’apprécier tout le talent dans cette bande dessinée inédite qui débute l’ouvrage « Celui qui avait toujours froid ». Pour un peu, avec un titre pareil,on se croirait transporté en Nouvelle-Angleterre dans une nouvelle de Lovecraft. Le dessin en N &B est absolument sublime et confirme le talent de ce dessinateur hors pair sur une histoire bien évidemment de Claude Seignolle. La couverture donc, est une œuvre un peu à la manière de celle qui enchantèrent nos mirettes éblouies lors de l’achat d’une volume de la collection Marabout « Fantastique » et je ne peux m’empêcher en regardant cette planche couleur de Laurent Lefeure, de voir sous les traits de Claude Seignolle en personne, un personnage se transformant en loup Garou, un peu comme si le pouvoir de la couverture de « Hugues le Loup » de Erckmann-Chatrian, paru également aux éditions Gérard, faisait encore son office après des décennies. Ne pouvait-il pas y avoir plus bel hommage que de réaliser ainsi une créature aux traits si abominables et abritant un si extraordinaire auteur. Sous l’apparence de l’homme doux et aimable se cache l’incarnation de notre terrifiant patrimoine culturel populaire, un authentique faiseur d’histoire qui y consacra la majorité de sa vie. La planche N&B se trouvant également en première page et nous révélant l’auteur recouvert d’une peau de loup et surveillant tapis dans l’ombre un petit enfant, est tout aussi délectable.

Même constat pour la fin du volume, ici l’auteur de cette bibliographie et celui de l’objet de ce travail,nous sont présentés à la manière de la défunte collection, c’est-à-dire avec un texte dans le sens longitudinal….un témoignage de respect jusqu’au-boutiste !

Chers amis, ce petit bijou est à tirage très limité, soit 95 exemplaires et si vous êtes assez rapide il vous sera également possible d’avoir un tirage signé par les deux auteurs et tout cela pour la modique somme de 35 Euros….

Personnellement j’ai fait mon choix, mais pouvait-il en être autrement pour cet écrivain faisant partie de mon choix si je devais un jour me retrouver seul sur cette fameuse île déserte avec une sélection de dix auteurs dans les bagages. Si un jour, notre pauvre humanité se retrouvait réduite au despotisme d’une société totalitaire condamnant par le feu toute trace de littérature, nul doute que cette précieuse mémoire orale transmise dans le secret aux générations futures, se consacrerait sans hésitation possible pour ma part, à Jean Ray et Claude Seignolle, bien évidemment !

Bibliographie Seignolle

Quelques ouvrages glanés au fil de mes rayonnages

le rond des sorciers

marie la louve

la malvenue

invitation au chateau de l'étrange

le galoup

la brume ne se lévera plus

la malvenue

contes macabres

histoires maléfiques

les chevaux de la nuit

histoires atroces

histoires maléfiques néo

une enfance sorcière

 

marie la louve

 



« Un Eclat de Givre » D’Estelle Faye…..Un Eclat de Beauté Pure!

Je m’estime modestement être un lecteur aguerri et donc d’avoir lu quantité de livres parfois insipides, manquant souvent d’originalité, d’être de pales copies de tels ou tels auteurs ou bien, fort heureusement, de tomber de temps à autre sur un écrivain original, d’une sensibilité extrême et surtout d’un talent pour ces territoires de l’insolite que nous aimons tant, non seulement en parfait accord avec ce que je recherche, mais qui surtout va laisser dans ma mémoire une trace indélébile. Depuis quelque temps, je ne cesse de clamer haut et fort toute l’originalité de l’imaginaire Français et Estelle Faye avec « Un éclat de givre » mérite de fait ma plus haute estime et toute la reconnaissance d’un lecteur aux appétits féroces. Brillante écrivain d’une sensibilité extraordinaire et d’une puissance telle qu’elle est parvenue à créer un univers unique et original, sans tomber dans la redite ni la copie, un roman pot-apocalyptique aux relents de fantasy urbaine en y incluant des personnages hauts en couleur, d’une ambiguïté telle que ce que l’on va prendre pour de la fragilité, se révèle une force incroyable. De ce héros au destin peu enviable en apparence, travesti la nuit, aventurier malgré lui le jour, nous retiendrons une âme à fleur de peau, un écorché vif, dont les amours vont se retrouver sans cesse remis en question dans un univers baroque, un Paris métamorphosé où cohabitent enfants mutants et sirènes, où un hôpital transformé en centre expérimental abrite des êtres trouvant leur rédemption dans la souffrance des autres, où « Notre dame », cours des miracles des temps modernes , est transformée en gigantesque usine à méthane dirigée par une population tzigane qui compte bien protéger son territoire jusqu’à la mort. Un univers hallucinant et halluciné que l’auteur nous fait partager avec une rare générosité et un talent inné pour l’écriture et dont le lecteur, devenu addicte, ne pourra se satisfaire qu’en se jetant sur une autre de ses œuvres ! Oui, Estelle est une auteure rare, une de ses perles pétrie d’émotion et d’imagination, de celles que l’on range précieusement dans sa bibliothèque et dont on va suivre avec intérêt le parcours et la date de sa prochaine publication. Une grande auteure de l’imaginaire qui vient de me faire un immense plaisir de lecture, aussi coupant et incisif que son titre, mais avec cette sorte de don qui confère à certains talents, la certitude d’un brillant avenir. Mais sa production est là pour en témoigner, c’est pour cela que je vais dans peu de temps entamer « Les Seigneurs de Bohen»
Il m’a fallu un moment pour arriver au bout de ma pile de livres en attente (qui est la preuve que le mouvement perpétuel existe) le livre d’Estelle s’y trouvait et pour mon plus grand plaisir, j’ai fini par l’y en extraire…….comme quoi tout arrive, même de trouver encore après toutes ses années des ouvrages qu’il nous est impossible de lâcher.
Une magnifique perle dans un admirable écrin, une lecture plus que recommandable, indispensable !
« Un éclat de givre » de Estelle Faye « Les Moutons Électriques » éditeurs

un éclat de givre logo

un éclat de givre