« Femmes D’Argile et D’Osier » de Robert Darvel: L’Aventure, Toujours………

Posté le 12 septembre 2018

femmes d'argile et d'osier logo


- « Ne dirait-on pas des bris de céramiques géantes ? Avança Hary Foote,
- Plutôt des caillots noirs vomis par les ruptures hémorragiques d’une civilisation cyclopéenne, non ? Lui opposa le chirurgien Erving »

Lorsque le 24 Juillet 1911,Hiram Bingham « découvre » les ruines du Machu Picchu, il était loin de percevoir l’impact de cette incroyable et improbable mise au jour du site archéologique le plus célèbre au monde. Car voyez vous l’histoire a pour malice de nous révéler que les choses qui restent en surface et loin de vouloir gratter au plus profond de ses couches successives, elle préfère nous raconter l’aspect le plus crédible des choses, tout ce que le public sera prêt à recevoir sans un haussement de sourcil ou une rire sarcastique. Chers Amis, les livres d’histoire nous mentent ! Pour preuve cette immense farce qu’est la découverte de l’Amérique et comme il est plus compliqué de revenir sur des prérequis vieux de plusieurs décennies, le choix sera de vouloir se cacher la face et continuer de nous bercer de la douce illusion de nos petits acquis intellectuels. Fort heureusement, il existe des hommes qui prenant leur courage à deux mains, n’hésitent pas à révéler à un public souvent naïf, l’incroyable vérité, au risque d’émousser sérieusement leur solide réputation. Robert Darvel est de cette trempe-là et, armé de toute une pile d’ouvrages scientifiques, d’études ardues pour le commun des mortels et de vieilles cartes qu’il vous faut déplier avec d’infinies précautions, cet homme disais-je, va se plonger au cœur même de l’aventure et suivre les trace de cet intrépide explorateur dont une poignée d’individus à peine, connaît la véritable histoire des « Femmes d’argile et d’osier ».
C’est avant tout un roman d’aventure avec un grand « A » que nous livre ici l’auteur, loin des artifices et des phrases maintes fois rabâchées, car plus que se faire le biographe d’un intrépide explorateur, il va réaliser un tour de force graphique, mais pas n’importe lequel car voyez-vous, l’écriture ça se mérite comme il en va de même avec cette génération d’hommes intrépides qui firent la gloire du cinéma et de nos bibliothèque. Ouvrir un tel roman, c’est vivre de fait une double expérience, celle de suivre les traces imaginaires de ce qui est peut-être arrivé (thèse valable à défaut de preuves contraires) mais surtout ne faire qu’un avec le style inimitable de cet explorateur du vocabulaire, savanturier hors pair de la narration qui vous emporte dans son verbe aussi enivrant que les fleurs exotiques qui abondent dans la jungle de ces contrées lointaines. Bien entendu, comme je l’ai déjà lu sur la toile à propos de son roman, on pense aux films de Herzog et au tout récent « The lost city of Z » de James Gray, tant dans le roman, la foret est perçue comme une entité vivante, prête à nous engloutir à notre tour, mais ce serait trop réducteur et ne pas regarder également du côté du réalisme fantastique sud-américain et de ces auteurs qui sonnent à nos oreilles comme autant de promesses de savoureuses et hallucinantes lectures, une erreur impardonnable : Borges, Marquez, Sepulveda,Varga Llosa………
Tout dans cette aventure fleure bon les auteurs de ces pays que l’on a tendance à oublier, mais qui pourtant imprègne notre imaginaire d’une façon pérenne tant leur style narratif est d’une puissance rare et leur approche de l’imaginaire est en parfaite osmose avec cette nature qui à l’image du shintoïsme au Japon, est partout et ce bien avant que n’apparaisse la toute première ébauche de l’homme. Pour avoir passé quelque temps au Pérou, j’ai retrouvé avec plaisir l’odeur de la terre et de la végétation, la fureur et la majesté de l’Urubamba , le contact avec les habitants locaux, si fiers de leurs racines et qui portent encore sur leur visage toute la noblesse et la beauté d’une civilisation à la gloire passée, éradiquée par un pays « civilisé » affirmant son arrogance de conquérant à coup de mousquets et de crucifix. Le roman de Robert Darvel possède cette particularité de nous transporter dans un univers incroyablement bien construit , « dicté par une logique où effectivement des éléments perçus et décrétés comme  magiques , surnaturels, voire irrationnels surgissent dans un environnement défini comme réaliste, à savoir un cadre historique, géographique, ethnique, social ou culturel avéré », mais avec sa manière à lui baignée dans un onirisme qui lui est propre, généreux en diable lorsqu’il lui faut placer ses personnages dans des situations où cette fameuse frontière entre le réel et l’imaginaire nous enveloppe de cette brume d’une formidable densité tant sa matière est chargée des mystères de la terre. C’est un roman unique où le réel s’imprègne peu à peu de toute la magie d’une civilisation ayant toujours entretenu un rapport étroit avec la nature, où les dieux reposent d’un sommeil tout relatif et dont les rêves projettent les vivants dans un univers fait de femmes aux corps parfait d’argile et d’osier. On se laisse emporter par cette frénésie surréaliste et si l’action laisse souvent la place à un exercice de style où la beauté des décors n’a d’équivalent que les situations extrêmement bizarres dans lesquelles se débattent nos intrépides explorateurs, cet univers à la fois dangereux et fascinant est une porte ouverte vers un monde insoupçonné, régit par ses propres lois, sa propre logique.
Franchir cet œil du monde pour évoluer dans « l’en deçà », c’est mettre les pieds où le lecteur doit abandonner tout ses repères, admettre l’impensable, écouter parler les pierres, tomber sous le charme de femmes aux corps subtils que seuls les initiés peuvent discerner, affronter les terribles gardiens du temple, hommes de métal et de rouille et atteint d’un mal encore plus dévastateur : une terrible malédiction qui va les obliger à renaître encore et toujours et rester prisonnier de leur misérable carcasse, ossature de métal grossier dans un monde aux fragrances subtiles. Lire une telle aventure, c’est admettre qu’un homme, unijambiste, trouve sa force dans un scaphandre trouvé en pleine jungle et terminer son formidable périple par un nouveau membre accordé par dame nature et qui tel un lierre doué d’une conscience propre va finir par l’assimiler et ne faire qu’un avec lui. Poupées dotées de conscience, muletier capable de se dissocier tel un pantin de bois…….. Une imagination sans limite, poussée dans ses plus magnifiques retranchements afin de sublimer une expédition de légende dans un cadre hostile et sans concession, mais pouvant se révéler d’une grande richesse pour celui qui parviendra à ouvrir ses propres portes de la perception.
Heureux lecteur se laissant aller à cet inoubliable périple, se fondre dans la masse et plonger au cœur de cette forêt aux multiples facettes, il lui sera alors possible de ressentir la métamorphose des protagonistes de l’histoire, pris au piège de cet univers qui vous hypnotise et vous paralyse tout en les laissant s’imprégner de cette douce chaleur, cataplasme onirique apaisant leurs muscles endoloris. Leur devenir ne sera plus le même en prenant pleinement conscience que les ruines du Machu Picchu ne sont que futilités face à la délicatesse d’un monde qu’ils seront probablement les seuls à revendiquer.
Nul doute qu’une fois de plus, l’auteur nous livre ici un roman d’aventure avec ce qu’il possède de plus noble et de plus jouissif pour le lecteur qui se respecte ,une merveilleuse pépite, un ovni littéraire, serti dans un écrin de la plus belle élégance que les amateurs éclairés n’hésiteront pas à enfermer dans leur coffre à bijou/bibliothèque.
Une magnifique légende vient ici de naître, celle des femmes d’argile et d’osier dont je viens de tomber amoureux et qui pendant fort longtemps, viendront entretenir cette passion pour l’imaginaire français qui de marquer un grand coup.
Qu’il est bon de temps à autre de sortir, à l’image de Hiram Bingham , des sentiers battus et de se laisser aller à découvrir des territoires vierges, mais riches d’une prose et d’un imaginaire rarement rencontré.

Robert Darvel me fait penser à un volcan, calme en apparence mais bouillonne intérieurement et lorsque jaillit l’éruption c’est pour nous submerger d’un feu intérieur , une coulée de mots d’une beauté époustouflante et qui avance inexorablement mû par une force tranquille et dont le passage ,bien des années après,laisse les traces de son extraordinaire puissance.

« Femmes d’argile et d’osier » de Robert Darvel. Publié par les moutons éclectiques sous une magnifique couverture panoramique de Melchior Ascaride.

femmes d'argile et d'osier

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire