« Astar Mara » Suivez Brice Tarvel sur les Chemins d’Eau!

Posté le 15 octobre 2019

Astar Mara Logo

 À l’heure actuelle, pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas l’œuvre de Brice Travel, deux possibilités : soit ils viennent de la planète Mars, et encore, soit ils viennent d’un lointain exil ou d’un long séjour passé dans quelques obscures geôles hyperboréenne ! Il faut dire que sur la scène du fantastique et de la fantasy française, nous avons là un auteur incontournable qui depuis quelques années marque notre littérature de l’imaginaire à l’encre indélébile. Une encre faite d’une tradition populaire dont le lecteur averti parviendra à déceler la moindre trace, la plus petite allusion, de ces petits riens que l’auteur va pétrir avec tout cet amour de la langue française pour nous offrir tout ce talent dont on fait les bonnes histoires. En ce qui me concerne et bien que sa verve n’a jamais cessé de m’enchanter depuis fort longtemps, j’ai relevé un tournant décisif dans son style inimitable, lorsqu’il publia le premier tome de « Ceux des eaux mortes » et intitulé « L’or et la toise » . J’avais à l’époque publié un article enthousiaste lors de sa parution tellement le style m’avait touché de plein fouet, dans un univers éditorial qui manquait un peu d’originalité. La suite « Au large des vivants » fut à l’avenant de ce premier tome et il fut fort dommage que le public soit passé à coté d’une telle explosion de talent, lui coupant un peu l’herbe sous les pieds et empêchant de fait la parution d’un troisième volume qui eut été le fort bien venu. Après ce coup de maître dans le domaine de la fantasy, n’oublions pas qu’il fut scénariste de plusieurs bandes dessinées dont l’excellente série « Mortepierre et « Les traine-ténébres », nous le retrouvons dans un texte complètement déjanté , un roman post-apocalyptique « Une camionnette qui servait de volière » , où nous retrouvons son univers décalé bien loin des classiques du genre, un univers où le grotesque des situations se double d’une originalité dans les thèmes abordés que peu d’auteur à ce jour parviennent à rivaliser. Même constat pour son roman « Pluie de plomb sur Pluton » paru chez l’incontournable « Carnoplaste » où là aussi nous retrouvons cet univers qui au fil des années va s’étoffer d’une savoureuse consistance, construit par strates successives et assemblé avec l’intelligence de ces auteurs qui savent tirer le meilleur de cette culture de l’imaginaire acquise au cours d’innombrables lectures et restituée de la plus belle manière qui soit. Puis en 2017 arrive cet Ovni aux « Moutons Électriques » , annoncé par un bandeau « La rentrée de la fantasy Française ». Ce roman vient un peu bousculer le monde de l’édition et devient rapidement une œuvre majeure dans ce domaine. Par bonheur, la critique va être unanime et le roman de Brice devient vite une pièce incontournable de cette « fantasy française » qui vient, sans nul doute, trouver ici la clef de voûte du genre.
Comme cet auteur est un arpenteur infatigable des routes de l’imaginaire, un comble pour quelqu’un qui aime surtout vivre dans son bureau , entouré de ses livres et de ses auteurs préférés, il se laisser de nouveau guider par le souffle épique de son univers et nous propose une nouvelle œuvre atypique où vont à nouveau se croiser son imaginaire puissant et cet amusement qu’il déploie à utiliser une langue dont il s’est fait le créateur et qu’il est le seul à utiliser avec un don inimitable pour la gouaille et des aventures aussi insolites qu’absurdes. Mais de cet absurde qui font que les situations sont toujours en décalage complet avec ce que le lecteur à l’habitude de lire dans ce genre de roman, mettant en scène des personnages qui marquent les mémoires, du personnage falot et secondaire, jusqu’à celui ou celle, car dans les romans de Brice il est souvent question d’héroïne, qui dans la tourmente d’une aventure ne manque jamais de piquant portent le roman à bout de bras pour en faire un incroyable morceau de bravoure. Comme cet auteur est un arpenteur infatigable des routes de l’imaginaire, un comble pour quelqu’un qui aime surtout vivre dans son bureau, entouré de ses livres et de ses auteurs préférés, il se laisser de nouveau guider par le souffle épique de son univers et nous propose une nouvelle œuvre atypique où vont à nouveau se croiser son imaginaire puissant et cet amusement qu’il déploie à utiliser une langue dont il s’est fait le créateur et qu’il est le seul à utiliser avec un don inimitable pour la gouaille et des aventures aussi insolites qu’absurdes.

Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête de l’auteur, mais qui pourrait croire en regardant ce personnage à l’apparence si calme et sereine, que se cache un monde incroyablement riche et complexe, possédant ses propres règles, son propre langage, sa propre logique. Alors ne me demandez pas de vous raconter l’histoire de « Astar Mara » son dernier petit bijou digne d’un orfèvre de la fantasy, un roman pareil, c’est comme un ouvrage de Jean Ray, de Georges Simenon, de Léo Mallet ou de serge Brussolo, cela ne se raconte pas, cela se lit , cela se vit ! Il y a des moments dans la vie d’un lecteur où l’admiration pour un auteur va au-delà des mots, car la lecture est une expérience unique, une expérience propre qui se ressent plus qui ne se raconte. Alors certes, dans «  Astar Mara, » il est question d’un univers incroyablement riche, à la fois sombre et coloré. Vous y croiserez des personnages détestables et fascinants évoluant dans un monde où il vous faudra oublier toute logique. Un monde à la fois étrange et terrible, fait de légendes murmurées à voix basse de peur de réveiller des forces qui dépassent l’entendement. Vous y croiserez d’étranges pirates dont le bateau renferme une bien mystérieuse cargaison et si les périls que va traverser notre héroïne sont à la mesure d’un monde ne répondant à aucune logique, c’est pour mieux dérouter le lecteur, l’envelopper d’une puissante brise marine et l’entraîner dans les profondeurs d’un océan comme vous n’en avez jamais exploré. Il s’y trouve, parait-il, des hommes qui tentent désespérément d’en vider le contenu, vivant sur des îles artificielles faites de la récupération de bateaux naufragés et maintenues à flots par la mystérieuse puissance d’un fragment de lune jadis tombé sur la terre. Ainsi les dangers se font plus terribles et si la perfide sirène qui tente de récupérer un insolite bijou aux propriétés magiques reste en soi une sombre menace, ce livre est peuplé de mauvaises rencontres, de sélénites voraces qu’il ne faut surtout pas toucher, Tout est fait ici pour nous rappeler que la mer est peuplée de bien des mystères qui alimenteront à tout jamais notre inconscient collectif générant ainsi une pérennité dans ce vaste terreau fertile que sont les contes et les légendes. Mais face à un tel déploiement d’inventions, essayer de vous en extraire toutes les géniales trouvailles serait une mission aussi vaine qu’impossible.
Ce roman est la rencontre de l’univers de Jean Ray et celui de Serge Brussolo mais avec la toute puissance d’un souffle nouveau, de ceux qui vous obligent à rester à bord, quoiqu’il arrive , car l’aventure c’est aussi cela , s’embarquer à bord d’un rafiot pourri , à braver les plus terribles légendes, surmonter ses peurs , prêt à en découdre avec les êtres les plus vils engendrées par cet océan qui effraie et qui fascine : Homme libre, toujours tu chériras la mer !
« Astar Mara » ce n’est pas seulement les chemins d’eau que va parcourir Nalou, c’est également pour le lecteur une incroyable odyssée dans un univers marin qui est la parfaite synthèse de toutes ces légendes de pirates et de créatures marines que nous imaginions à la lecture des grands classiques des récits maritimes. J’espère juste, et ce sera là ma seule remarque, que Brice nous prépare une suite à ce magnifique roman, car je dois avouer être un peu resté sur ma fin lors de la conclusion et que la captivité et probable évasion de Nalou seront les prémices à de nouvelles aventures dans un monde d’une richesse inouï où l’on se laisse submerger avec délice par cette forte odeur d’iode et de bourrasques chargées de toute la puissance des embruns d’une imagination sans limite.
Saluons la présentation soignée du volume et la magnifique couverture de Melchior Ascaride qui, une fois de plus, offre un véritable écrin à cette perle sauvage, la plus pure qui soit , qui certes ne se cultive pas, car sauvage de nature, mais n’en est pas moins le résultat d’une imperfectible maturation et d’un talent sans faille.

Extrait

«  L’aigle d’écume n’ayant à son bord aucun piège à mailles, on pouvait se demander comment il conviendrait de s’y prendre pour faire razzia de cet or, de ces trésors convoités par l’équipage et son capitaine. Il est vrai qu’il y avait soi-disant ce quartier de lune tombé du ciel, cette masse engloutie sur laquelle on comptait pour faciliter la tache. Était-ce une espérance bien sérieuse ? La lune, ce satellite qui n’avait toujours su qu’apporter un peu de lumière aux nuits terrestres et qui n’avait que pour fonction de gérer le rythme des marées, était-elle apte à faire jaillir des richesses qu’il suffisait à cueillir?C’était difficile à croire, mais il y avait tant de choses extraordinaires dont Nalou n’avait eu que récemment la révélation….. »

« Astar Mara, les chemins d’eau » de Brice Tarvel, Les Moutons Électriques « La bibliothèque voltaïque », Couverture de Melchior Ascaride.

Astar Mara

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire