• Accueil
  • > Archives pour janvier 2022

Archives

Archive pour janvier 2022

La Brigade Chimérique: Bienvenue Dans Les Hypermondes!

 

 

 

 

 

la brigade logo

« La brigade chimérique » c’est un peu comme ces films cultes qui me sont impossibles de ne pas voir au moins une fois par an, il existe comme un lien secret et vraiment très fort qui me rappelle combien nous sommes , nous adeptes du merveilleux-scientifique, redevable à cette incroyable série. Au delà de la BD , de son scénario d’une solidité à toute épreuve et de son graphisme addictif, il y un puissant réservoir à idée, une formidable machine à hypothèse, synthèse de plusieurs décennies de conjecture française où toute une poignée d’écrivains étaient si proche de concrétiser la création d’un genre innovant et pérenne. Je me rappelle d’avoir écrit pour une préface à un recueil de nouvelles « Dimension merveilleux-scientifique » :

« Lorsque la série de « La brigade chimérique » est arrivée sur le marché, nul doute que ce fut le signe d’une nouvelle ère et que le monde de la science-fiction française ne serait plus comme avant. Elle venait en effet de condenser, l’espace de six volumes, des décennies de cet imaginaire relégué au rang des oubliettes et créer par le biais de cette collection, « les Hypermondes », au relent de revanche toute justifiée, un juste retour des choses. Nous sommes tous les enfants de Régis Messac et grâce à son immense sagacité, nous connaissons actuellement un âge d’or du merveilleux scientifique, une renaissance d’un genre qui tel un bon vin vieilli en fût de chêne, à longuement mûri afin de nous livrer ce délicieux breuvage qu’une foule d’écrivains et de spécialistes nous verse avec tant de générosité. Si l’univers de « la brigade chimérique » forte de son Hyperscience, de la réhabilitation d’une foule de super-héros , d’auteurs talentueux, de « ces mondes inouïs, ces hypermondes, et leur flore et leur faune : les hyperêtres…. » , fut un déjà véritable électrochoc en soi, elle permit en outre l’apparition d’un univers à part entière, avec son propre jeu au titre éponyme. Un monde possédant sa propre histoire, riche d’une multitude de références à cet imaginaire ancien éparpillé dans ces milliers d’ouvrages, de revues, publications et autres magazines. Et si toute cette mémoire du passé retrouvait une nouvelle jeunesse par l’intermédiaire d’une prise conscience du futur ? Si de jeunes auteurs et artistes parvenaient à reconstituer cet immense canevas conjectural, riche d’une multitude de héros, de génies du mal, d’inventions extraordinaires, de contrées inexplorées pour en faire une merveilleuse tapisserie qu’il nous serait possible d’admirer dans sa globalité et de pouvoir en saisir l’immense potentiel ?»

Je ne me lasse pas de cette série, elle est le lien indispensable à une toute nouvelle génération de lecteur qui , n’ayant aucun crainte à parcourir les chemins tortueux mais toujours fascinants de notre littérature populaire , découvriront des univers insoupçonnés où le mythe du super héros moderne n’est pas le fruit d’une idéal étasunien, mais bien le produit aux reflets tricolores enfantés dans la douleur de certaines défaites, la violence de nos champs de batailles mais aussi toute la beauté d’une époque révolue ou science et imagination n’avaient presque pas de frontières. Une œuvre indispensable, un véritable dictionnaire par l’image de tout ce que le genre à enfanté de plus sublime, Le second volume, en cours de lecture , est tout aussi fascinant et révèle une fois encore tout le potentiel de rêves fragmentés d’auteurs des Hypermondes pour venir enfin s’agglomérer dans un courant puissant et incroyablement jouissif.

Photo hommage/souvenir très rapide de ce qui fut à l’origine d’une si belle création et de tout ce que la puissance de imaginaire peut engendrer comme mythe.

les hypermondes

 



Georges Spad est-elle une Chimère?

 

 

l'homme chimérique

Une ultime photo, témoignage de mes recherches incessantes… Chère Christine, Cher Serge, la boucle serait-elle bouclée ? Si dans cet « Homme chimérique » dont il est possible d’avoir un résumé dans l’intégrale de « La brigade chimérique » et qui donna naissance à cette fameuse unité de super-héros d’avant-guerre, bien avant qu’il ne se conceptualise outre Atlantique, nous avons les germes de sa création avec ce texte inédit de cette mystérieuse Georges Spad. Un texte qui d’ailleurs ne faillit jamais être publié, Mabuse et ses séides vaillant à éviter les fuites, et grâce auquel nous avons le témoignage percutant de Renée Dunan qui affronta en d’autres temps les mutants ennemis, produits de l’hyperscience des forces de l’axe. Ce récit, presque un huit-clos, loin d’être étouffant, est un bel exercice de style où l’on sent que l’auteure a pris un grand plaisir à le rédiger. Cette mise à l’honneur de Théo Varlet face à toute l’âpreté de la guerre n’est pas avare de personnages attachants et relève presque du roman social, du terroir presque, avec cette part de mystère qui ne cesse d’aller grandissante pour surgir en fin de volume dans une catharsis d’action et d’un chapitre d’anthologie où nous sont révélés dans un tourbillon en provenance des Hypermondes l’apparence de bien singulières créatures, prémices d’une science maudite au service de l’ordre noir. Sur fond de « Der des Der » dans une ambiance humide et boueuse, il y flotte bien entendu une odeur de mort et de souffrance mais également comme un léger parfum de radium et le lecteur attentif à cette noble cause ne peut rester insensible à certaines des éléments qui y sont révélés. Ce petit ouvrage, riche d’un avant-propos qui lève le voile sur un mystère éditorial quoi que, vient de fait prendre place sur cette étagère consacrée à cette incroyable et énigmatique Brigade Chimérique et nul doute que, dans un prochain avenir, les lecteurs auront l’occasion de croiser de nouveau le chemin de ces super-héros d’un autre âge, d’une autre dimension…..avec les Hypermondes, sait-on jamais!

 

 

« Renée Dunan contre les mutants » de Georges Spas alias Christine Luce. Collection « Les saisons de l’étrange. Illustration de couverture Melchior Ascaride.125 pages.2021 

 

IMG_20220109_145914

renee dunan



« La brigade Chimérique: Ultime Renaissance » Un Magnifique Cadeau de Début d’Année!

 

brigade chimérique logo   En cette période de morosité ambiante, bloqué à domicile pour maladie, aujourd’hui, je viens de retrouver un peu d’espoir en ouvrant ma boite aux lettres et en y découvrant un gros paquet contenant cet objet tant attendu : « La brigade chimérique : Ultime renaissance »
Comme beaucoup de Savanturier, je suis un inconditionnel de cette saga qui est à mon avis la quintessence même du Merveilleux-Scientifique en BD pour ne pas dire LA référence moderne ultime pour un genre oublié, retrouvé et remis au goût du jour grâce à l’intervention de passionnés et de chercheurs, que je ne citerais pas ici mais qui n’auront aucun mal à se reconnaître. En cela, et sa magnifique préface pour « Les maîtres du vertige » est plus qu’un manifeste, c’est une véritable déclaration d’amour, nous savions que Serge était l’un des représentant du genre le plus impliqué, mais ce copieux volume de 260 pages vient ici finaliser cette boucle que nous espérons de l’infini et donner une nouvelle dimension à cette célèbre brigade qui depuis le mythique « Homme chimérique » a fait couler bien de l’encre !
Présenté dans un somptueux dos toilé sobre et élégant, recouvert d’une magnifique jaquette, cette double illustration nous plonge d’entrée de jeu dans une vision faisant à la fois appel au cycle précédent (pour l’illustration de couverture) et dans une toute nouvelle dimension avec sa magnifique jaquette. Celle-ci, véritable cabinet de curiosité pictural, nous plonge dans un univers où les références sont multiples et où le passionné que je suis, se complet à relever les références à telle ou telle œuvre, à tel ou tel auteur. Imaginez un peu, l’objet en lui-même est déjà un véritable délice, quand sera-t-il alors une fois sa lecture terminée…
Comme je suis un insupportable gamin avide de friandises, je n’ai pas pu m’empêcher de feuilleter la fin du volume, riche d’une très belle postface et d’une importante partie de « Métadonnées » et de constater une fois de plus à quel point le scénariste est un véritable passionné du genre en faisant mention de moults références mais surtout , et c’est ce qui m’a le plus touché, de mentionner  un illustrateur qui me fascine depuis de nombreuses années et dont le travail magnifique est certainement le plus représentatif dans le domaine de l’imagerie du merveilleux-scientifique. Merci donc à Serge d’avoir fait référence à Henri Lanos dans ce magnifique album, je suis vraiment heureux et fier de le voir ainsi référencé dans ces pages, car cette saga de « La brigade chimérique » est pour moi cette capsule temporelle, témoin d’un genre qui au fil du temps ne cessera d’enchanter notre mémoire collective et qui résume au travers de ces pages multicolores et sombres à la fois, toute la mémoire d’un genre retranscris ici de la plus belle des manières. Nul tout que ces deux volumes seront une sorte de bible en images d’un courant littéraire le plus intrigant et le plus fascinant du XXe siècle.

Grace à la superbe idée du « mois de la Savanture » initié par les Moutons Electriques comprenant des titres aussi emblématiques que « Le prisonnier de la planète Mars » de Le Rouge et « La cité des ténèbres » de Léon Groc , nous voici donc comblé et heureux de pouvoir y joindre ce nouveau volume qui ne fait que renforcer cet incroyable travail de fond réalisé par tous les passionnés du genre.

En attendant la lecture très prochaine de cette perle de l’imaginaire, je voulais remercier Serge d’avoir pensé à moi, mais aussi toute l’équipe pour la réalisation de ce magnifique objet qui au final, me permet de commencer cette année sous les meilleurs auspices. Comme quoi, l’art et la culture restent encore plus fort que tout !

« La brigade Chimérique: Ultime Renaissance ». Edition Delcourt. 276 pages. Scenario de Serge Lehman, dessin de Stéphane De Caneva et mise en couleur de Lou

IMG_20220106_124822

IMG_20220106_124714

IMG_20220106_124923