• Accueil
  • > en feuilletant les revues

Catégorie

Archive pour la catégorie « en feuilletant les revues »

Le Chameau à Voile de G.Tiret-Bognet

Cette petite histoire en image parue dans la revue « Le Globe Trotter » N°80 du Jeudi 13 Aout 1903 est assez symptomatique d’une humour début de siècle et de l’aspect assez cocasse que pouvait revêtir le thème de l’aventure. Preuve que science, humour et imagination peuvent faire bon ménage!

chameau 1

chameau 2

chameau 3

chameau 4

chameau 5

chameau 6

le chameau à voile

 



L’An 2000 selon la revue Fripounet & Marisette

fripounet logo 1

Nous avions évoqué dans des articles précédents l’existence de nombreuses revues ayant consacrées leurs publications à des numéros spéciaux évoquant ce fameux « An 2000 » ou des articles gravitant autour de notre monde futur et des conséquences du progrès sur notre existence. Les revues destinées à la jeunesse n’échappent pas à la règle et voici donc dans le détail, le contenu du N°53 de la revue « Fripounet et Marisette » du Dimanche 30 Décembre 1956 et intitulé « An 2000 et plus…. » . Un numéro assez classique et symptomatique des publications pour la jeunesse avec une vision du futur positive et axée sur le travail et l’éducation.

Outre la couverture nous proposant un voyage dans le temps et signé Herboné ( René Bonnet) ce numéro spécial nous propose une pleine page illustrée par Erik et intitulée « Allo ici l’an 2000 » et mettant l’accent sur les moyens de communications, précédé d’une histoire scénarisée par Guy Hempay sur des dessins de P,Mallet « Jupiter III » . Il y est question d’une machine le « tempo-radar » permettant de voir tout ce qui se passera dans les temps futurs. Vient ensuite une autre planche toujours de Guy Hempay et de J.C.Mezi « Expédition Noachis » où cette fois l’histoire se passe en l’an 3000 avec des élèves qui, lors d’un cours d’histoire, découvrent l’origine des premiers colons qui vinrent cultiver le sol de la planète Mars . Page 5 , un article de Styll intitulé « Non nous ne sommes pas ici en l’an 2000, ça existe en Amérique en 1956 » fait l’apologie des grands barrages et des conséquences sur l’agriculture environnante : de l’eau en permanence et de l’électricité Peu chère et abondante. Tout ceci pour laisser place à un court récit de « Sylvain et Sylvette » qui ne feront pas exception à la règle puisque dans cette histoire il vont y construire une fusée . Sur la même page on trouve également un autre court récit de Chantovent et du club des « Indégonflables » et d’un voyage dans le futur . Sur cette double page débute également un roman,« La fusée du Dr Brant » de John Blaine, traduit par Alain Valiére et illustré par Pierre Brochard. Page 8 nous voilà plongé au cœur même de l’éducation avec une pleine page intitulée « …Et voilà ton école de demain » signé Stélas où l’auteur fait l’apologie de la classe de demain où aucun élève ne voudra manquer un cours ! Et enfin pour clôturer ce petit numéro spécial, une autre pleine page sous le titre explicite de « Je reviens de l’an 2000 ». Outre un magnifique collage avec l’effigie d’un robot , l’article, signé d’un certain « Julien » est constitué de plusieurs vignettes ( non signées par contre) et nous décrivant certaines professions de l’an 2000. Ces vignettes feront l’objet d’une reproduction dans un article à venir « Sur l’autre face du monde ».

fripounet 1

fripounet 4

fripounet 3

fripounet 2

 



La Vie Dans Cinquante Ans par Arsène Brivot

L’anticipation se rencontre souvent là où on ne l’attend pas, il suffit de fouiller de partout et de feuilleter dans les revues les plus improbables. Ainsi dans cet album de L’almanach du pèlerin de 1939,ais-je eu la joie de découvrir dans cette très institution, en page 77, une planche de quatre vignettes relevant de notre domaine.Le domaine de l’illustration n’a pas fini de nous étonner et nul doute qu’il reste encore de belles découvertes à réaliser. La révolution de demain se fera dans les airs ou ne se fera pas!

 

almanach 1

La maman: Et surtout prends bien garde aux avions

 

 

almanach 2

Imbécile!Idiot!Crétin!Tenez donc votre droite!…..

 

almanach 3

Et si vous n’êtes pas content,vous n’avez qu’à descendre.

 

 

 

almanach 4

Le père: Petit galopin, je te défends de traverser encore l’atlantique!

 

 

 

 



La Revue « Fiction » Et L’Anticipation Ancienne

Voici un liste relevée dans la revue Fiction N° 99 du mois de Février 1962, Ce qu’il y a d’étonnant dans cette dernière est la présence,sur une vingtaine de titres sélectionnés , d’au moins dix romans ( si l’on y adjoint les oeuvres de René Barjavel) relevant de l’anticipation ancienne, avec quelques titres assez prestigieux : « Le péril Bleu », » »La mort de la terre », »La maison des hommes vivants » . D’autant plus extraordinaire qu’à l’époque, ces textes n’avaient pas bénéficié d’une réédition dans des collections « populaires » ( Le « Péril bleu » ne paraîtra en collection Marabout que 12 ans plus tard ) sans parler de ceux de Claude Farrère ou de André Maurois.

Cette liste réalisée par Damon Khnight nous révèle avec plaisir toute la vivacité d’une genre qui à l’époque n’était pas forcément au goût du jour, non seulement en raison d’un manque de réédition, mais parce que l’on aurait pu croire que déjà à l’époque le genre était tombé en désuétude .

Cette revue fut très généreuse en ce qui concerne les auteurs de « merveilleux scientifique » ( ce numéro 99 comporte en outre la deuxième partie et fin du roman de José Moselli « La fin d’Illa) et nous reviendrons très prochainement à ses nombreuses contributions en établissant une liste complète de tous les articles de fond et romans qu’elle publia au cours de sa longue existence.

Petite rappel sur le Lauréat de la liste « Le péril bleu », au coude à coude avec ce petit chef-d’œuvre de Francis Carsac «  Ceux de nulle part »

 

Imaginez que le monde où nous vivons n’est en fait que le fond d’un vaste océan et que l’espace qui nous entoure appartient à un univers peuplé de créatures qui échappent à notre entendement et notre compréhension. Imaginez ensuite qu’elles nous considéreraient comme de vulgaires animaux et de ce fait s’amuseraient à nous pêcher comme de simples poissons.Tel est l’argument de cet extraordinaire roman de Maurice Renard « Le péril bleu » où une race d’extra terrestres, les Sarvants, nous regardent comme des animaux sans importance, nous capturent, nous dissèquent nous étudient. Au départ tout commence comme un banal roman policier, les personnes disparaissent les unes après les autres, puis vient le tour des animaux, des objets, des édifices….A l’image de l’animal de laboratoire, l’homme est ainsi l’objet d’expériences incompréhensibles qui dépasse sa propre logique et qui remet tout naturellement en doute sa légitimité dans un monde qu’il croyait bien à lui.Un jour pourtant, les Sarvants découvrent que nous ressentons la peur, la douleur et que nous sommes peut-être un animal doué de raison.

Un roman certes qui n’est pas exempt de certaines faiblesses mais qui souligne une fois de plus que l’auteur, à qui nous devons l’origine du si beau terme de « merveilleux scientifique », était soucieux de l’avancée technologique de son époque, mais aussi qu’il voulait nous mettre en garde des dérives de la science. C’est au travers de ses nombreuses « chimères » qu’il parvint avec bien souvent avec une certaine audace à nous montrer à quel point, cette littérature qui fut pendant trop longtemps relégué au rang de « mauvais genre », mérite à être connue et reconnue et trouver enfin sa place au sein de collections dignes de ce nom.

le péril bleu

LES VINGT MEILLEURS ROMANS FRANÇAIS DE S. F.

Notre ami Damon Knight, qui poursuit ses efforts en faveur de la science-fiction française aux U. S. A., a récemment procédé à un référendum auprès des critiques et fans de notre pays, afin de déter­miner la liste des meilleurs romans du genre en France. Les réponses à ce référendum, qui a compté quinze participants, ont mentionné 134 titres. Vingt d’entre eux seulement étaient cités plus de trois fois.

En voici la liste :

Maurice Renard Le péril bleu 8 voix
Francis Carsac Ceux de nulle part 8 »
René Bar javel Le voyageur imprudent 7 »
J. H. Rosny Le mort de la Terre 6 »
Charles Henneberg La naissance des dieux 6 »
J. H. Rosay Les navigateurs de l’infini 5 »
» » La force mystérieuse 5 »
René Bar javel Ravage 5 »
Jacques Sternberg La sortie est au fond de l’espace 5 »
Gérard Klein Le gambit des étoiles 5 »
René Bar javel Le diable l’emporte 4 »
Jean Ray Malpertuis 4 »
Charles Henneberg La rosée du soleil 4 »
Stefan Wul Niotirk 4 »
Kurt Steiner Aux armes d’OrtogLes étoiles ne s’en foutent pas 4 »
Pierre Versins 4 »
Maurice Renard Le docteur Lerne, sous-Dieu 3 »
André Maurois Le peseur d’âmes 3 »
Claude Farrère La maison des hommes vivants 3 »
Stefan Wul Piège sur Zarkass 3 »

fiction 99



« Le Monde Perdu » Rémy Bourlès

 

Bande publicitaire annonçant la réédition du romande Arthur Conan Doyle « Le monde perdu » dans une version séparant texte et dessins. C’est Rémy Bourlés qui réalisera les planches, un artiste au talent varié traitant de temps à autres des sujets de Science-Fiction. Nous lui devons entre autre , une adaptation du roman de Lucien Borent « Robotville » paru initialement en roman à épisode en 1940 dans la revue « Robinson » puis publié sous la forme d’une courte bande dessinée de neuf planches et paru dans la revue « L’intrépide » N° 416 du 17 Octobre 1957.

Cette version du célèbre roman de l’auteur Anglais sera publié dans les années 1957/58 dans de nombreuses revues sous la houlette de Mondial-Press et sera réédité pour la première fois dans son intégralité en 1998 par les éditions Apex, dans un tirage limité à 250 exemplaires.

le monde perdu



« Chasses en Automobile » par Albert Robida

humour cosmopolite

Robida avec son habituel humour proposa dans les pages de la revue « Le Journal des Voyages » et son célèbre « Humour Cosmopolite » quelques planches assez cocasses mais qui feraient de nos jours hurler certaines ligues de protection des animaux. Je sais, j’ai un peu honte d’afficher ici un tel massacre organisé, mais sa « Guerre au XXéme siécle » fut à mon humble avis, bien plus lourde de conséquences !

« Chasses en automobile » dans le « Journal des Voyages » N°430 du Dimanche 26 Février 1905.

chasse automobile

1) « A l’affût dans les jungles du Ben­gale, sir Arrchibald Torpeding, sur son 199 chevaux 3/4, laisse venir les fauves et révèle tout à-coup sa présence en dé­masquant ses lanternes à l’acétylène, au grand trac des tigres qui n’ont que le temps de pousser quelques miaulements terrifiés, avant de tomber dans le carnier du chasseur. »

chasse en automobile 4

2) Chasse à courre L’auto par ses ratés à l’allumage, fait Lever dans les broussailles, une jolie compagnie d’éléphants qui s’envolent au grand trot mais son vivement rattrapés et jetés bas par l’infaillible rifle de sir Archibald. A u tableau : quatre tigres, quinze jaguars, six douzaine de serpents, quelques dents d’éléphants et trois lapins.

chasse automobile 2



« Nounlegos » de Raoul Bigot

Nounlegos

 

« Plus que jamais, au lendemain de la guerre, nous avons besoin de récits qui émeuvent fortement la sensibilité. Quoi de plus passionnant en ce genre que l’emploi de ce merveilleux scientifique où des hypothèses — qui seront peut-être la réalité de demain — apportent à la justice le moyen de démasquer les grands criminels ? Le roman dont nous commençons aujourd’hui la publication répond de la plus heureuse manière à ce désir du public. Qu’est-ce que Nounlegos? Jusqu’où peut aller le fabuleux pouvoir que lui prête l’auteur? C’est le mystère de ce drame poignant qui, jusqu’à , la dernière page, tient le lecteur en haleine. »

Présentation de « Nounlegos » Roman de Raoul Bigot paru en pré-originale dans la revue « Lecture pour tous » en janvier ( le 1er et le 15) et le 1er Février 1919.Illustrations de Henry Morin. Le même texte sera réédité en 1921 au éditions Pierre Lafitte sous le titre « Nounlegos, l’homme qui lit dans les cerveaux ». Vous pouvez d’ailleurs juger par vous même sur l’illustration en haut de page,de l’étrange machine qui sera utilisée pour accomplir un tel prodige



Vénus est-elle habitée?

Vénus, plus jeune que la terre et plus vieille que Mercure, en est à ce que la paléontologie appelle l’époque secondaire.Sauriens gigantesques, marécages en putréfaction, forets colossales: c’est une planète de cauchemar où la vie n’est qu’un combat de monstres hideux

Magnifique illustration de Henri Lanos intitulée « Des monstres qui grouillent dans des marécages » pour un article paru dans la revue « Lecture pour tous » du mois de Septembre 1912 « Les planètes sont-elles habitées ? »

Lanos Vénus



Petit Interméde Cryptozoologique

« Une vision fabuleuse » couverture de la revue « Le petit journal illustré » du 9 Avril 1922.
« Des habitants de la Patagonie affirment avoir rencontré, dans les marécages déserts de ce pays, un plésiosaure qui serait le dernier représentant d’une faune préhistorique, aujourd’hui disparue.Une exploration vient de Buenos-Aires pour rechercher cet animal gigantesque. »

 

monstre antédiluvien



« La cité des premiers hommes  » dans la collection « Lisez-moi Aventures »

 

la cité des premiers hommes

N°1 de la revue « Lisez-moi Aventures » du 15 Mai 1948 en présentation du roman de Maurice Champagne « La cité des premiers hommes »

« Un nouveau voyage au Centre de la Terre, beaucoup plus imprévu, beaucoup plus réel que ne l’avait imaginé Jules Verne !…
Pourquoi n’existerait-il pas, ce monde souterrain, ce Monde avec ses êtres, ses animaux fabuleux, ses immensités continentales ?
C’est impossible, voyons l Le Feu central !
Mais si le Feu central était- une erreur monstrueuse dé savant, l’une de ces folles hypothèses, comparable à la coupole fixe cloutée d’étoiles que regardaient nos pères avant Copernic.
Racontez, racontes, nous jugerons.
Voici l histoire…
Pour le moment, là-bas, quelque part dans la savane australienne, deux cavaliers lancés à fond de train, enfoncent leurs éperons dans les flancs saignants de leur monture… Un drame de la brousse ! »

 



123456