• Accueil
  • > Expositions/ conférences

Catégorie

Archive pour la catégorie « Expositions/ conférences »

« Bulles de Dinos »: 150 ans de Paléontologie en Bande Dessinée!

bulles de dino

 

Habitué à présent à cette immense fête dinosaurienne qu’est le « Dinoblog » cette année une fois encore l’événement fut à la hauteur de mes attentes. Nos deux amis paléontologues, non content d’être brillant dans leur discipline , se passionnent également pour le domaine de la Savanture en nous gratifiant à chaque cession d’une communication sur le sujet et outre notre ami Marc Madoureau qui fit une brillante intervention sur la thématique des dinosaures au cinéma, j ’ai eu pour ma part l’année dernière l’immense joie de parler des dinosaures dans le roman d’aventure en couvrant une centaine d’année de publication . Mais il faut dire que notre ami Jean, directeur du musée ne manque pas une occasion, et ce, à chaque cession, de nous parler des dérives une peu fantasques de toute une génération d’écrivains pour qui le sujet, à défaut d’être une sujet à traiter avec la plus extrême des rigueurs, se devait de revêtir une forme distrayante pour le lecteur voire humoristique. Alors quoi de plus naturel pour notre très cher ami de clôturer cette version 2019 par une fort sympathique communication sur une question de la plus haute importance « Quand les dinosaures avaient des oreilles ». Sujet fort plaisant et traité d’une manière très rigoureuse avec exemples à l’appui et donc l’occasion de rebondir sur le sujet principal de ce petit papier : « Bulles de Dino »
Imaginez un cadre plus que propice, dans une grande salle où, en son milieu, trônent quelques beaux squelettiques spécimens et une allée, magnifiquement bien agencée en quatre petits espaces où les murs ne sont que reproductions de couvertures, d’affiches, de planches, de dessins et autres papiers colorés, autant de supports pour une magnifique exposition consacrée, comme son nom l’indique, à l’histoire des dinosaures en bandes dessinées. On n’imagine même pas le travail que cela a nécessité tellement cette exposition est riche et représente probablement…… non certainement, l’exposition la plus exceptionnelle sur le sujet !
Déjà, dés votre arrivée vous tombez sur le charme de ce panneau/tapisserie qui reprend en petite format une partie des BD que vous allez pouvoir admirer au sein de l’exposition. Commence alors un voyage dans le temps et dans l’histoire afin de rappeler au bon souvenir du visiteur que la genèse des dinosaures en bande dessinée est aussi ancienne que la découverte de ces illustres mastodontes. Se faisant pour l’occasion archéologues du merveilleux dessiné, nos deux complices , Jean et Christel, sont allés dénichés quelques perles rares, ignorées de toutes et de tous , allant même, grande classe, à réaliser avec quelques vieilles revues devenues introuvables, des albums plastifiés à consulter sur place et délicatement accrochées sur des panneaux afin que le curieux puisse les consulter à sa guise : lorsque l’exposition devient bibliothèque !
Une exposition qui devient alors au fil des reproductions un festival d’images tantôt humoristiques, tantôt de cette beauté surannée propre à ces images anciennes, voire terrifiante au fur et à mesure que nous progressons dans cet espace dédié. Car ici, l’intérêt n’est pas que graphique et purement artistique, il se veut également éducatif et nous sentons , panneaux après panneaux, que rien n’est laissé au hasard et qu’une bonne dose d’éruditions accompagnent les images d’un commentaire à la fois clair, précis , pertinent tout en restant raccord avec l’ambiance générale : humour et décontraction ! Mais il n’y a pas que cela à faire de cet endroit un lieu unique et l’on devine par les objets fait-maison qui ornent chacune des pièces qu’il y a non seulement de l’amour pour le travail bien fait, mais de magnifiques points de repère pour satisfaire encore plus le visiteur et l’inciter à tout regarder dans moindre détail, à savourer le plaisir que les organisateurs ont eu à apporter leur touche personnelle : vitrine pleine de BD dont chaque tranche est visible et vous pousse à regarder les titres (regardez bien il y a même une petite figurine de Rahan que j’aurais bien voulu emporter.) , une autre renfermant une pièce magnifique, un globe coupé en deux et prouvant que la terre est creuse et belle et bien habitée, une autre avec de précieux ouvrages sur les origines avec une splendide sculpture d’une créature antédiluvienne…..tout cela sans parler des affiches, des cadres et des superbes coussins dont deux furent vendus le soir lors de la vente aux enchères et dont l’un fut remporté par un membre du célèbre club des Savanturiers,
Un visite dont on a du mal à se détacher tellement elle fourmille de petits détails cocasses et amusants et comme nos deux amis sont d’une gentillesse extrême, tout cela se termine par le remerciement des auteurs et des éditeurs avec, suprême honneur une mention spéciale pour le club dont j’ai l’honneur d’assumer la présidence et ce n’est pas sans une certaine fierté qu’il y a un peu de nous dans cette exposition qui je l’espère ne restera pas lettre morte et qu’un éditeur inspiré parviendra à en saisir toute l’importance en osant publier cette fort belle et passionnante histoire des dinosaures dans la bande dessinée car il s’agit là non seulement d’une partie intégrante de notre patrimoine culturel, mais qui nous prouve également que science et fantaisie peuvent faire bon ménage . Franchement, n’y a t-il pas plus belle façon que de susciter de nouvelles vocations et donner , spécialité oblige, un bon coup de pinceau sur une discipline que l’on croyait austère et archaïque, mais qui est en fait d’une incroyable diversité et composée d’un panel de scientifiques aussi brillants qu’intéressants et bougrement accessibles .
Un événement à ne manquer sous aucun prétexte et franchement, si vous passez dans le coin, allez y faire une petite visite, parole de Savanturier, vous ne le regretterez pas, en plus vous repartirez avec plein de magnifiques souvenirs achetés dans une boutique à faire craquer tout bon collectionneur qui se respecte (n’oubliez pas le sac « Bulles de Dino » absolument génial.) et avec un peu de chance vous y croiserez Jean et Christel, dites leur que vous venez de notre part, vous allez voir vous passerez une journée somme toute exceptionnelle.

En résumé, une exposition qui ravira aussi bien les explorateurs en herbe que les aventuriers aguerris et vous fera embarquer dans une magnifique machine à voyager dans le temps , madeleine paléontologique où, enfant, vous dévoriez ces magnifiques histoires illustrées , vous transportant dans l’espace et le temps à la recherche de mondes inconnus.

N’hésitez pas à aller faire une petite visite sur leur blog aussi instructif que savoureux: http://www.dinosauria.org/blog/

2

1

 



Le Merveilleux Scientifique à la BNF: Voir l’invisible !

exposition bnf logo

 Pendant fort longtemps, je me suis demandé quel symbole ou quelle image pourrait le mieux représenter le merveilleux scientifique. Disons par exemple que si d’aventure, et le mot est bien choisi, le club des Savanturiers se faisait l’émissaire de cette branche littéraire, et qu’il lui faudrait sélectionner une illustration pour l’envoyer dans l’espace afin de rendre compte à nos amis extraterrestres de son incroyable diversité, que nous faudrait-il retenir ? Si un ami me demandait par l’image : c’est quoi le merveilleux scientifique ? Que pourrai-je lui proposer ?
Autant de questions aussi futiles que délirantes, mais qu’il m’arrive pourtant de me poser. Si je ne devais retenir qu’un seul artiste, vers lequel faudrait-il me tourner ?
Un choix cornélien n’est-ce pas, face à l’immense production en la matière et si mon attention pendant fort longtemps s’est portée sur l’illustration du numéro de
L’almanach scientifique de la revue Sciences et Voyages de 1925 et sa célèbre couverture de Le messager de la planète de José Moselli, je dois avouer que la diffusion de l’image publicitaire de l’exposition de la BNF organisée par Fleur Hopkins Le merveilleux scientifique une science-fiction à la Française m’a quelque peu retourné le cerveau !
C’est en revoyant cette magnifique couverture affublée d’un titre aussi bizarre que mystérieux, que j’ai pleinement pris conscience de la toute puissance évocatrice de cette trinité du merveilleux scientifique qui trouve ici toute sa substantifique moelle entre l’auteur, le titre de son œuvre et son illustrateur. En effet, n’y avait-il pas plus judicieuse décision que de prendre, pour émissaire à cette exposition aussi inespérée qu’audacieuse, celui qui toute sa vie durant contribua non seulement à donner ses lettres de noblesse au genre, mais la théorisa en lui consacrant de nombreux articles et une étude devenue notre sainte bible à tous :  
Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès 
Mais ce qui me fascine le plus dans cette illustration choisie par Fleur, c’est la pertinence du titre que Louis Bailly à fort habilement mis en couleur, composition qui vient ici renforcer le drame et le mystère de cette fascinante histoire d’homme « truqué ». Car le titre disais-je, est en parfaite cohésion avec le thème de cette exposition et dans ce terme de truqué il y a comme une intention volontaire de la part de l’auteur ,au-delà d’une simple altération , de ne pas mettre le lecteur en déroute pour ne pas le brusquer, pouvoir l’emmener à cette hypothèse audacieuse d’une  modification comme évolution du progrès et utiliser un terme qui s’approche plus du jargon de la magie que de la science. Comme dans la plupart des romans à hypothèse de l’époque, les auteurs vont bien souvent « truquer » les dés et nous proposer des solutions que seule une explication plus proche du merveilleux sera en définitive acceptable pour ne pas dire recevable. Entre science et merveille il n’y a qu’une étroite bande qui les sépare et ce trait d’union entre les deux mots n’est-il pas cette petite part de rêve qu’il nous faut savoir accepter si nous voulons aller outre notre scepticisme et de nos a priori afin de repousser les limites du possible ?
Maurice Renard le disait fort bien :


Entre les épaisses ténèbres de l’inconnu et le bloc lumineux de notre savoir, il y a une zone extrêmement captivante qui est le domaine de l’hypothèse, contrée fort mince où sont dardés tous les efforts des savants et des philosophes. Cela fait une espèce de halo fantômal. C’est comme la frange de la science, le duvet de la certitude. Là, s’agitent les personnages du roman d’hypothèse, là sont allumées ces lumières qui, toutes artificielles qu’elles soient, font pour ainsi dire rayonner la connaissance sur l’ignorance et nous donner, sinon le pouvoir même, du moins l’illusion ravissante de comprendre un peu l’inexpliqué.

C’est l’essence même de la magnifique couverture que nous propose Louis Bailly, où Jean Lebris semble revêtir l’apparence d’un mage en transe complète, image frôlant les représentations des spirites au siècle dernier qui, le visage impavide, partent à la découverte de mondes interdits que seuls les initiés peuvent atteindre. Renforcé par l’expression du visage aux yeux révulsés, il flotte autour de lui d’étranges sphères électriques qui sont autant de représentations d’un monde parallèle insoupçonnable à l’œil nu : Voir l’invisible !
De sa main droite tendue peut-être fait-il signe à son entourage de ne pas s’approcher, ou peut-être veut-il nous mettre en garde contre une force dont on ne mesure pas la portée : il est le symbole d’une mutation qui se veut nécessaire pour l’évolution de l’espèce humaine, mais qui ne se fera pas sans quelques sacrifices !
Cette illustration est d’une grande beauté , elle est la représentation type de toute une époque où sciences et merveilles se mélangent parfaitement, une osmose entre ce qui fut considéré comme de la magie, voir de la sorcellerie et la marche en avant du progrès qui avec un peu d’audace, de poésie et de fantaisie va permettre d’ouvrir toutes les portes de l’imaginaire et définir un genre , cette espèce de
halo fantômal cher à Maurice Renard ,concrétisant les bases du roman à hypothèse.
Plus je regarde cette couverte et plus je me sens envoûte, attiré vers cette autre dimension et vouloir partir à la recherche de cette dimension imperceptible à l’œil humain et que seules les merveilles de la science peuvent nous permettre de percevoir.
Oui cette illustration, c’est tout cela, le passé et l’avenir, le doute et les certitudes, le merveilleux et le scientifique et je ne peux que féliciter Fleur d’avoir eu autant de perspicacité dans son choix d’illustration, une preuve supplémentaire non seulement de ses goûts sûrs en la matière, mais également le signe d’une maturité dans ce domaine qui force le respect.
Je souhaite à cette exposition tout le succès qu’elle mérite parce qu’il fallait avoir une bonne dose de courage pour bousculer ce marasme dans lequel la littérature est plongée depuis trop longtemps et permettre de faire découvrir au grand public toute la richesse de notre patrimoine populaire et lui faire comprendre une bonne fois pour toute que la France possède sa propre histoire en matière de science-fiction, qu’elle est aussi très ancienne , d’une élégance folle , colorée, divertissante , amusante et surtout d’une richesse thématique que nous étions fort peu à connaître, mais qui désormais va se démocratiser. Un travail collectif pour lequel de nombreux passionnés agissent souvent dans l’ombre depuis de nombreuses années.

À l’image de cet Homme truqué il va être ainsi possible au public de voir l’invisible et un corpus d’œuvres cachées depuis bien trop longtemps.
Chère Fleur, un grand merci, cette exposition fera date dans les annales de la savanture et du merveilleux-scientifique . Maurice Renard s’il te regarde depuis son infra-monde, dois te percevoir avec toute bienveillance et fierté ;

Merci à tous les chasseurs de chimères qui se reconnaîtront c’est aussi un peu la votre , vous avez également toute mon admiration.

Lien utile : https://www.bnf.fr/fr/agenda/le-merveilleux-scientifique

L'homme truqué 600dpi

56888618_2228913307156691_3643393539989045248_n