• Accueil
  • > les coups de coeur du "Moi"

Catégorie

Archive pour la catégorie « les coups de coeur du « Moi » »

Les Coup De Coeur Du « Moi »: »Green Tiburon, Contre La Pieuvre Carnivore de Santa Zanya »

 Parce que « Sur l’autre face du monde » sert aussi à promouvoir les collections dynamiques ayant un lien avec les littératures dites « populaires»et que le rôle d’un blog traitant de l’imaginaire sous toutes ses formes permet de découvrir de jeunes talents dont il faut encourager l’inspiration. Une fois n’est pas coutume, je vais aujourd’hui vous parler de la toute dernière « créature» des laboratoires interdits du « Carnoplaste » où il se passe vraiment de drôles de choses.

 

Les Coup De Coeur Du

 

Il fallait une certaine audace, pour écrire un roman atypique dont les héros seraient…des catcheurs Mexicains ! Culturellement il faut reconnaître que nous ne sommes pas habitués à ce genre de personnages, et même si le catch est entré depuis de nombreuses années dans l’horizon télévisuel Français, il n’en reste pas moins relativement confidentiel et réservé à une minorité de passionnés. Actuellement, avec les cartes à collectionner, la tendance aurait toutefois une certaine tendance à s’inverser.

Pour les amateurs de curiosités et de pellicules « décalées » que nous sommes, cette figure emblématique au Mexique est pourtant bien implantée dans notre mémoire du cinéma « Bis », grâce aux célèbres exploits du fameux « Santo, el enmascarado de plata » à savoir « « Santo, l’homme au masque d’argent ». Bien qu’il n’y ait pas pire déshonneur pour un lutteur masqué que de se faire enlever sa cagoule et révéler ainsi son identité, ce dernier pourtant sera identifié et reconnu sous les traits de Roberto Guzman Huerta.

Santo, est devenu rapidement une idole dans les années cinquante et les premiers films « Santo contra el cerebro del mal » et « Santo contra los hombres infernales » marquèrent les premiers jalons d’un succès qui n’aura de cesse d’aller grandissant. Après « Santo contra los zombies » en 1961, le ton fut ainsi donné et de lutteur professionnel, notre mystérieux homme au masque d’argent, va s’employer à lutter contre le mal sous toutes ces formes : La naissance d’un nouveau vengeur masqué !

Il faudra attendre 1962 pour admirer en France les exploits du « Luchadore » avec ce film au titre trafiqué de « Superman contre les femmes vampires » (Superman étant plus accrocheur que « Santo » inconnu en France) pour ensuite en 1967 admirer de nouveau ses exploits dans « Santo et le trésor de Dracula » de René Cardona. En France, tout comme en Angleterre, le vampirisme est une affaire de tradition. Par la suite cette illustre figure va s’associer avec une de ses adversaires de ring « Blue démon ». Les aventures vont ensuite se succéder, les adversaires seront de plus en plus horribles et repoussants, cette figure emblématique du cinéma Mexicain devient une légende vivante qui va ainsi perdurer pendant de nombreuses années. Il affrontera tout à tour des vampires, des zombies, des momies, des extra terrestres….tout le panthéon de la littérature fantastique et ce pour notre plus grand plaisir. Un mythe à figure humaine qui fut enterré à ce qu’il parait, avec son fameux masque d’argent. De nos jours, cette figure emblématique vient d’être ressuscité sous les traits de  Jack Black  dans un film hommage, un peu trop parodique à mon goût :« Super Nacho »

Fidèle à toute une tradition, notre ami et « Savanturier » Julien Heylbroeck, avait déjà eu l’occasion de mettre en valeur ses mystérieux lutteurs cagoulés, dans un blog des plus sympathique qui déjà annonçait les prémisses de cette folle aventure. J’ai toujours eu une attirance pour ces personnages un peu hors normes, qui nous semblent en dehors du temps et de l’espace, représentation d’un monde qui peut sembler au commun des mortels ,ringard et outrancier mais qui se révèle riche et passionnant, répondant à des codes bien précis, des valeurs que rien ni personne ne pourraient remettre en question.

Car dans le fascicule « Green Tiburon contre la pieuvre carnivore de Santa Sangre », l’auteur nous propulse dans un monde qui nous semble bien réel, où les héros évoluent dans des décors crédibles et dont la présence ne semble pas perturber les populations. Bien au contraire, il font partie intégrante du décor et se balader ainsi en collant, cape et masque vous donnant l’apparence du « Dr Rictus », n’affole ni les ménagères, ni les petits enfants. Toute la « cohérence » de ces aventures, vient du fait que le monde qui nous y est décrit repose sur des règles qui nous sont familières, si ce n’est l’intrusion d’un monde fantastique, venant rompre ainsi l’équilibre du cour normal des choses.

Le petit archipel de « Los Murcielagos » (les chauves souris, tout un programme…) semble être, à l’image de la nouvelle Angleterre de Lovecraft, « le carrefour de l’ étrange « ( petit clin d’œil à un blog que j’affectionne tout particulièrement). Une sorte de porte ouverte sur une autre dimension, une dimension de cauchemar bien entendu, prête à chaque instant à vomir ses légions infernales sur la terre. Ainsi, dans cette spirale diabolique qui se nomme « L’espirale grande » en fonction de leurs humeurs ou d’un calendrier cosmique échappant à l’entendement humain, de temps à autres des « Jobbers » ( nom attribué aux dites créatures)s’octroient une petite visite, histoire de faire un peu de tourisme. Bien évidemment il n’est pas question pour eux de prendre des photos comme souvenir, mais de mâchouiller quelque peu leurs modèles, de semer la confusion et la folie dans les cervelles dociles des habitants ou de pervertir quelques illuminés de façon à édifier temples et sectes à la gloire des entités du « dehors ».

Le héros du jour, « Green Tiburon » est un habitué de ce genre d’affaire, car, comme je vous le disais plus haut (tant pis pour ceux qui ne suivent pas), il a déjà affronté ces redoutables créatures. Il connaît leurs points faibles et l’on découvre avec stupéfaction que la seule manière de combattre ces monstruosités, c’est de leur arracher une sorte de pierre qu’elles portent entre les deux yeux. Pas d’armes, pas d’incantations, rien que du combat rapproché et l’on se doute à présent, la raison de l’utilisation de « Lutteurs » dans ce type de missions.

Aidé par son ami « Black Torpedo », « Sangre Negro » et « Atomico Cerebro » ( un catcheur cyborg »…mon préféré) « Green Tiburon » va devoir affronter une secte infernale, rejetons d’une pieuvre carnivore aux appétits féroces. Une confrérie d’encapuchonnés, dont les visages ne sont pas à proprement parler des faces de porte bonheur. Tout cela à un fort relent de poisson pas frais et de marée pestilentielle et les fans du solitaire de Providence apprécieront l’hommage qui lui est ici rendu.

Toutefois, si l’on sent tout l’amour que Julien Heylbroeck porte à ses classiques, il n’en reste pas moins que son écriture reste originale, inventive et souvent drôle et l’on assiste « médusé », histoire de rester dans l’ambiance, aux exploits parfois hilarants de cette bande de vengeurs hors du commun. Les rencontre y sont souvent improbables et je dois avouer que le Professeur Gonzales attire toute ma sympathie avec son fameux « Transcyclotron mémospatiotemporel ». Appareil improbable qui fera date dans le guide des inventions et même G.de Pawlowski dans son célèbre « Inventions nouvelles et dernières nouveautés » (Bibliothèque Charpentier 1916) n’y avait pas songé. Imaginez le concept :

« Son Transcyclotron spatiotemporel projette l’âme de la personne à une époque précisément programmée d’une de ses vies antérieures, et donc lui permet de voyager dans le temps. Le sujet remplace alors cette âme dans une sorte de projection physico-spirituelle. Le voyage dure le temps d’un rêve. »

Une machine à désincarner, puis réincarner une âme…fallait y penser ! Il y a vraiment de drôles de paroissiens qui hantent les couloirs du « Carnoplaste ».

Notre ami cagoulé, fera les frais de ce voyage temporel assez particulier, et je vous laisse découvrir la finalité de cette expérience peu banale. La suite des événements sera tout aussi réjouissante avec un affrontement des plus spectaculaire lors d’une attaque massive de morts-vivants et la confrontation finale avec le « Boss » en personne et là aussi, l’auteur nous réserve quelques petits moments d’anthologie.

Au final, pour un coup d’essai, c’est un coup de maître, car dans son délire l’auteur nous plonge dans un univers référentiel qui, loin d’alourdir la technique narrative et l’utilisation de temps à autres de termes propres aux « Luchadores », rend bien au contraire la lecture plaisante et même passionnante. Les scènes d’action sont toujours bien enlevées, avec un sens du rythme des plus adapté. Le pari de nous faire vivre de la sorte des aventures mettant en avant des personnages aussi décalés n’était pas gagné d’avance, et contre toute attente, il apporte très sincèrement une touche unique et « exotique » supplémentaire à cette aventure dont la thématique, à ma connaissance, n’a jamais abordée dans la littérature de l’imaginaire.

Dans ce lieu géométrique de toutes les terreurs, Julien Heylbroeck, contribue de façon singulière, délirante et drôle, à édifier un peu plus haut l’édifice de la littérature fantastique, avec un style original et personnel. Décidément « Le Carnoplaste  éditeur de fascicule » semble une fois de plus confirmer son goût pour les héros en marge de ce que nous avons l’habitude de lire. Dans un contexte actuel de personnages stéréotypés, comme il est agréable et délicieusement sulfureux de tenir entre nos petites mains fébriles, de curieuses et bariolées brochures où les auteurs n’hésitent pas à prendre des risques en sortant des sentiers battus, et nous offrir des personnages hauts en couleur qui feront date dans l’histoire des « Héros de l’ombre ».

A dévorer toutes affaires cessantes !

 

 

 Un couverture qui laisse présager d’incroyables aventures
greentiburon11g dans les coups de coeur du



Les Coups De Coeur Du « Moi »: « Le Psychagog » De Robert Darvel

Mais quel pourrait être le lien entre un blog consacré à l’anticipation ancienne et un roman ou plutôt un fascicule dont le titre, à l’aspect des plus « fantastique », nous affiche qui plus est un bien curieux personnage ?Diantre! vous oubliez deux éléments importants…

Ah !les fascicules à lui seul le terme est synonyme de dépaysement. Le plaisir d’avoir entre les mains cet assemblage de papiers, si souple, que l’on peut aisément ouvrir en deux sans risquer d’en abîmer le dos, de pouvoir le ranger n’importe où si l’on veut se déplacer et le cas échéant l’utiliser comme cornet à frites, ou mettre sous ses vêtements si l’hiver se fait un peu trop rude : de culturel qui plus est, il devient alors fonctionnel.

Le fascicule c’est le support idéal, dont le contact et le visuel ne peuvent qu’évoquer dans le cerveau des mollusques attardés que nous sommes, des souvenirs basiques et primaires des collections d’antan qui s’affichaient sans aucune vergogne sous l’œil réprobateur des gens de bonnes vertus. Car le fascicule est le symbole de toute une époque où le littérature populaire était dans son droit, clamait haut et fort son identité, affichait ses couleurs d’une manière triomphante, était le symbole d’aventure d’exotisme et d’évasion. Très fragile de part sa constitution rudimentaire, il est aujourd’hui l’objet de toute nos convoitises car, bien que produits à des milliers d’exemplaires, nous connaissons tous la tragique fin d’une grande majorité de ses plaquettes d’un papier de piètre qualité et qui résistent si mal à l’usure du temps.

De nos jours cette forme de parution est complètement obsolète, elle ne représente plus qu’un vague souvenir dans les esprits de certains nostalgiques, tout un monde disparu à jamais où les couvertures offraient une luxuriance bariolée, se permettaient toutes les audaces, aguichaient l’œil de la servante, enflammaient l’imagination du gamin de la rue. Tout un univers de papier à « quatre sous », qui fleurait bon l’inventivité et l’outrance imaginative.Un gigantesque vivier où de nombreux écrivains, réalisateurs et dessinateurs, puisèrent à pleines mains.

Ensuite, et le plus important, il y a Robert Darvel. Comment, vous ne le connaissez pas ? Alors il faudra relire vos classiques et faire un tour du coté de la planète Mars. Il faut dire que le diable d’homme brouille les pistes car certains disent avoir aperçu sa silhouette fantomatique dans quelques ruelles sordides de Limehouse ou de Whitechapel à la poursuite de monstres criminels, d’autres vous diront qu’il est en train de combattre le « Roi des boy-scouts » sur une fragment gelé de la calotte glacière en compagnie d’une étrange créature toute de métal recouverte, à moins qu’il ne soit sur un rocher Martien, à améliorer son apnée afin de plonger dans un sable aussi rouge que son auteur fétiche. Beaucoup vous diront pas mal de choses à son sujet et une rumeur grandissante affirme qu’il serait mort dans de curieuses circonstances à la recherche des mystères de l’au-delà…. A croire que ce fascinant personnage est un ectoplasme ou un esprit des plus tenace et dont la faculté serait de pouvoir se réincarner à l’infini, histoire de nous raconter des histoires de plus en plus extraordinaires et de nous pervertir un peu plus nos circonvolutions cérébrales….

Robert Darvel serait-il un chat doté de plusieurs vies ?

Dans sa dernière aventure il va donc frayer avec la mort et nous en revenir avec cet édifiant témoignage : Oui mes amis après la mort, et comme pour répondre à la phrase siégeant en couverture « Vous mourez, et Après ? », il y a bien autre chose, mais attention, le voyage est une pure hallucination dont vous ressortirez complètement abasourdi. Esprits rationnels s’abstenir….quoi que !

Trop lire de fascicules du Carnoplaste conduit à la folie!

Imaginez le témoignage d’un esprit, formé aux théories de l’abbé Moreux (pour les béotiens consultez votre moteur de recherche) qui nous livre son expérience de la fin tragique et surprenante de son enveloppe corporelle et qui va ensuite nous livrer un descriptif détaillé de son voyage dans l’au-delà, avec force de détails et d’images saisissantes. Mr Dacre, puisque c’est le nom du héros et qu’il en faut un, va rencontrer sur les territoires nébuleux et crépusculaires de « L’autre coté » un bien étrange guide, forme vaporeuse surmontée d’un cerveau, spécialiste de la bicyclette psychique et dont il va se faire un allié important. C’est lui qui va le l’initier, accompagner sa forme translucide et lumineuse, pendant cette étape transitoire où il devra faire le choix entre un monde des esprits plus cloisonné et restreint, ou continuer dans le vaste néant, plus spacieux mais ô Combien plus redoutable (l’épisode de la mer de « tentacules de poussière » est absolument original).Le choix est difficile mais l’appel de l’aventure plus important.

C’est ainsi, avec cette prolixité du verbe et le sens de la démesure que nous connaissons de l’auteur, que notre éthéré personnage va s’octroyer un petit passage dans le monde des vivants dont vous me direz des nouvelles. S’immisçant dans une séance de spiritisme qui fera date dans les annales du spiritisme, il va de ce fait jouer un sale tour à l’un de ses anciens condisciple et détracteur, condamné comme lui à une vie évanescente, mais dont la soif de réel et de tangible finira par lui jouer des tours…et quel tour !

Mais il est difficile de parler d’une telle aventure, il faut en être l’acteur et plonger sans retenues dans cette ébouriffante épopée aux pays des morts. Rassurez vous l’auteur est un guide excellent et il parvient avec une justesse du langage, un sens de la transcription des images en mot et une humour toujours fort à propos, à vous faire regretter, dés la fin du fascicule, à toujours appartenir au monde des vivants :

- Pensez-vous ? Tout danger de croiser un tentacule est écarté, dit le psychagog. Vous pouvez errer ici tant qu’il y aura une humanité.

- Et si l’humanité vient à disparaître ?…

- Et bien vous peuplerez sans doute les songes médiumniques d’un pyrozoaire, conclut son guide en dodelinant de son étonnent chef.

Nous serions presque à nous demander, si ce n’est sur la planète Mars, où le bougre va chercher une telle inspiration. Peut-être une séance un peu trop prolongée dans le vide cosmique lors d’un de ses fameux transfert psychique à la recherche de quelques « Erloor » facétieux. Aurait-il baigné trop longtemps dans les effluves médiumniques de centaines de fakirs troglodytes ?…… Juste pour vous en rendre compte, reportez vous à la page 34 dans le chapitre « Une séance de Oui-ja » et voyez de quoi il est capable lorsqu’il fait voler un esprit dans le monde des vivants.

Un chose est certaine, ouvrir un fascicule de Robert Darvel ou de la collection du « Carnoplaste » en règle générale, c’est renouer avec une tradition du court roman, publié à une époque en fascicule et qui n’avait d’autres ambitions que de vous faire voyager, vous aventurer aux confins du réel et de l’imaginaire. Une méthode qui peut vous sembler facile au premier abord, mais qui demande une certaine maîtrise, un certain talent et surtout une bonne connaissance du genre.

Car sous des airs de parfaite décontraction, force est de constater que l’auteur à de solides connaissances en la matière qu’il connaît parfaitement les sujets dont il traite et qu’il ne se contente pas de reproduire….il crée !

Décidément, une nouvelle collection originale et ambitieuse ayant la particularité de nous étonner à chaque parution et dans l’attente de me plonger, avec les protections qui s’imposent, dans l’univers des « Luchadore », il ne me reste plus qu’à vous conseiller de vous ruer sans plus tarder sur le site de l’éditeur et de passer commande d’aussi savoureuses lectures. Sans compter que vous y trouverez une rubrique « Blog » ( car ce fascinant personnage est aussi l’historien de la planète du dieu de la guerre) tout à fait passionnante où délire et inspiration sont au rendez-vous, et en cette période de morosité, quoi de plus jouissif.

 

 

Les Coups De Coeur Du   psychagog1 dans les coups de coeur du



Les Coups De Coeur Du « Moi »: Le club Diogéne de Jérome.Sorre & Stéphane.Mouret

Le rythme des parutions est tel, qu’il nous est souvent difficile de parler des ouvrages qui nous ont vraiment procuré un immense plaisir. De plus il faut savoir concilier entre travail et vie de famille et nous nous retrouvons ainsi submergé par une pile incroyable de livres qui non seulement menace de s’écrouler à chaque instant mais nous regarde d’un oeil accusateur comme pour bien vouloir nous faire comprendre à quel point nous avons un retard considérable de lecture. Je suis comme beaucoup de nos amis lecteurs, un boulimique de livres, mais ma capacité de lecture est inférieure à mon rythme d’achats et donc il m’arrive de lire certains romans quelques semaine après les avoir achetés.

Ce petit « problème » vient donc de se produire avec le recueil de Jérôme Sorre et Stéphane Mouret « La mort et quelques amis s’invitent au club Diogène », acheté dés parution mais « dévoré » quelques semaines après. Pourtant je voudrais faire ici amende honorable car je n’avais pas attendu un tel délai pour lire le premier volume qui fut déjà une révélation. Vous savez tout le bien que je pense de cet excellent éditeur qu’est Malpertuis, honorable institution dont j’avais déjà eu l’occasion de vous e parler lors d’un article précédent sur mon blog. Christophe Thill, qui dirige la collection, est un homme charmant, rencontré au festival « Zone franche » de Bagneux, et dont l’enthousiasme, le dynamisme et le professionnalisme, sont des gages de réussite. « Malpertuis », un nom mythique et qui force le respect pour toute une génération de lecteurs de littérature de l’imaginaire et la politique éditoriale de son équipe est une preuve de sa volonté, de son identité. Un label de qualité, qui nous propose des ouvrages passionnants, venant de ce fait égayer un peu la morosité dont souffrait quelque peu le domaine fantastique en France.

« Le club Diogéne » est une de ces curiosités littéraires comme nous aimerions en lire plus souvent et dont il nous faut saluer la venue, tant l’originalité de son contexte, l’excellence de son style narratif et la diversité de ses thématiques, sont une véritable bouffée d’air pur (ou de relents putrides car l’on y croise souvent la mort) pour le lecteur curieux et avide de nouvelles sensations. Un cabinet de curiosités donc, qui se visite avec délectation et chaque nouvelle est un objet rare et précieux dans laquelle nous plongeons avec une joie toute gourmande. Mais une petite visite guidée s’impose.

Les deux romans entrent dans un cycle qui devrait nous porter jusqu’à l’aube de la première guerre mondiale, et pour notre plus grand plaisir les deux auteurs n’auront de cesse, au fil des extraordinaires et rocambolesques aventures de leurs héros, de nous présenter ainsi un éventail de tout ce que la littérature d’horreur peut nous servir de délectable. « Goules, vampires, morts-vivants, fantômes, monstres humains, maniaques, pervers, quatrième dimension, rejeton de Cthulhu, extra-terrestres …. » tout y passe, ou presque.Un improbable musée des horreurs, que les différents protagonistes vont affronter avec plus ou moins de succès, dans un étalage de scènes parfois assez spectaculaires où le grand guignol côtoie l’horreur suggérée la plus pure et la plus efficace qui soit.

C’est à la suite 52, au cinquième étage d’un hôtel sordide, d’une rue située probablement en dehors du temps, que sévit ce club très fermé, dirigé par un mystérieux « Monsieur », un homme sans age « aux traits d’un vieillard mais au corps de jouvenceau » et dont les mystérieuses origines nous seront à peine esquissées dans la nouvelle du second volume « Le trafiquant d’éternité »…vous avez dit immortel ? Cette « société secrète », agissant dans l’anonymat le plus strict, ne possède pas de statut légal et semble être inconnue des services de police (Bien que dans le second volume, un certain inspecteur Dacan, suive les faits et gestes du club avec un intérêt particulier). Constitué de sept membres permanents, cinq hommes et deux femmes, il semblerait que ce soit la soif d’aventure qui pousse ainsi nos courageux personnages à pourchasser le crime sous toutes ses formes. L’aventure certes, mais surtout rompre également une vie monotone que les différents intervenants, trouvent fade et insipide. Ils voulaient de l’action ? Ils vont être servi !

Pourtant, loin d’être des investigateurs de l’occulte à proprement parler, ils sont avant tout une sorte de rempart contre le crime et si leurs propres existences ne sont pas exemptes de zones troubles et de quelques dérives de comportements, ils n’en restent pas moins voués à une seule et unique cause: combattre le mal sous toutes ses formes. Bien souvent le crime prendra une bien sinistre et infernale apparence. Dès la première enquête du volume « Le chérisseur de tête » intitulé « Une amie commune » (on appréciera le jeux de mot) le ton est donné et cette course poursuite dans un Paris ensanglanté par l’épisode trouble de la commune, est une sorte de mise en bouche brutale et sans concession où notre atypique club se lance sur les traces de « La bosse » une goule perfide aux appétits féroces. L’atmosphère y est oppressante, les pages transpirent le sang et la peur et tout le génie des écrivains est de nous avoir propulsé dans une époque où les rues de la capitale étaient plongées dans une horreur sans nom. En choisissant délibérément de telles circonstances, les méfaits de la redoutable créature ne pouvaient que faire partie de cette ambiance de feu et de sang et donc pouvoir opérer sa sinistre besogne en tout impunité, sans risque d’attirer l’attention. En effet quelques cadavres de plus dans la panique générale, quoi de plus naturel dans cette période de tueries et de massacres.

La grande force du style est de mêler de façon habile et bien documentée les différentes actions dans des quartiers de Paris à une époque où la misère, la crasse et la corruption étaient de mise. Tout transpire le vice et la décadence et ce n’est pas le comportement libertin de certains de ses membres qui va mettre un frein à une telle ambiance. En effet au club Diogène,on couche à tout va et dans la mesure du possible on déboutonne son pantalon aussi vite que l’on vide une bonne bouteille. Il n’est pas rare de croiser les relents hallucinogènes de quelques flacons d’absinthe ou l’ambiance moite et doucereuse de sordides fumeries d’opium. Bons vivants, il veulent jouir de la vie et y croquer à pleines dents. Ils savent qu’il ne faut pas manquer une bonne occasion lorsqu’elle se présente, la vie est trop courte et les redoutables créatures qui vont leur barrer la route sont des preuves supplémentaires qu’il faut jouir de chaque instant. D’ailleurs ils n’hésiteront pas à s’acoquiner avec certains des monstres qu’ils auront à combattre tel Franklin avec une vampire dans « Pour vierges avertis » (Tome premier) et dont le titre ne laisse pas indifférent. Une histoire soit dit en passant absolument extraordinaire et qui renouvelle le mythe du vampire d’une manière très habile. J’ai toujours été blasé par les nouvelles axées sur les suceurs de sang et là je peux vous dire que j’ai pris un « pied » incroyable….. Mais comme nous parlons un peu des idées souvent brillantes de nos deux compères, revenons rapidement sur l’originalité des différentes thématiques abordées dans les deux volumes.

En fait le sous titre qui pourrait convenir à cette incroyable équipée est sans nul doute « Les anciens mystères de Paris » en voulant en cela rendre hommage non seulement à Eugène Sue, mais à toute une cohorte d’écrivains qui choisirent Paris comme lieu géométrique de toutes les terreurs et du mystère: Léo Malet et son « Nestor Burma » dans « Les nouveaux mystères de Paris », Frédéric Dard et ses « Derniers mystères de Paris », et le trublions de cette joyeuse équipe Roland C.Wagner et ses « Futurs mystères de Paris » où le détective « Tem » possède un curieux pouvoir. Si la capitale fut ainsi à l’honneur par ces écrivains si talentueux, Jérôme Sorre et Stéphane Mouret sont parvenus à la rendre plus mystérieuse, inquiétante et dangereuse. Car la peur rode dans chaque ruelle. Des venelles torves et sinueuses qui ne sont pas sans nous évoquer un monstrueux tube digestif, prêt à vous engloutir et vous digérer à tout moment. Paris nous y est alors décrit comme un organe gigantesque, aux féroces appétits et qui ne se trouve rassasiée, qu’à grands renforts de massacres et d’épouvantables rituels. Cette ville est une apologie de la violence, repère de tous les monstres que les enfers ont engendrés et jamais métropole ne fut plus dangereuse pour un chasseur de spectres.

Des goules (« Une amie commune » Tome1) et des vampires vous disais-je, mais également un savant psychopathe ( «La folle étude du Dr Seyeux »), un dangereux collectionneur de têtes ( « Chef d’œuvre », tome 1, un must!), un fantôme amoureux ( dans la remarquable nouvelle « Un péché presque de chair » tome 1, que n’aurait pas renié le grand W.H.Hodgson),un « Nevolodz » un cauchemar de la mythologie Russe qui à la désagréable manie de dévorer vivantes ses victime ( « Puzzle » tome 1), un extra-terrestre venant sur terre pour réaliser de redoutables et horribles expériences sur les êtres humains (« Universellement votre » tome 2, une excellente nouvelle mêlant SF et grand guignol sur fond d’exposition universelle, un régal quand à son final!). J’ai pour ma part apprécié cette dernière, une introduction au deuxième volume assez brutale et cauchemardesque (une version « Freaks » mais en plus hallucinante, mais où vont-ils chercher tout cela…), sans oublier « D’une rue à l’autre » (Volume 2) qui pourrait être un brillant hommage à Jean Ray et sa « Ruelle ténébreuse », si ce n’était l’explication finale,vraiment géniale, nimbée d’une poésie surréaliste et dont l’originalité est à mon avis unique dans la littérature fantastique. Dernier petit coup de cœur personnel « Nos Aïeux » (volume 2).Une fois de plus ils ont frappés très très fort avec cette organisation de vieillards qui sous couvert d’une paisible maison de retraite, fomente une domination mondiale de la pègre avec un passage des plus jubilatoire qui n’est pas sans nous rappeler un épisode de James Bond : Génie quand tu nous tiens ! Vous parler de toutes les histoires serait gâcher le charme de la découverte, mais sachez qu’il y aura également des mouches récalcitrantes, des tentacules un brin collants, un collectionneur de cheveux particulier, la disparition brutale et horrible d’un être cher……

Dans les méandres de ce labyrinthe infernal il y en a pour tous les goûts et chacun y trouvera « créatures à son pied ». Il est en effet difficile de ne pas se laisser entraîner dans d’aussi palpitantes aventures et de partager la quotidien assez mouvementé de cette plaisante et picaresque assemblée. Le style narratif y est toujours dynamique et incisif, pas de temps morts ou presque et si le langage employé par ces hommes d’une époque révolue peut nous sembler parfois un brin « ampoulé » le vocabulaire sera souvent un parfait équilibre entre le précieux et le châtié, avec un soupçon toujours a bon escient de vulgarité, propre aux gens dont le comportement glisse de temps en temps vers la décadence.

Au final un équilibre parfait ou l’humour est une qualité constante et dont la truculence de certaines situations vous feront regretter de refermer le livre. Gageons que ce cycle sera promu à un brillant avenir et dont l’originalité et le plaisir de lecture (mais le mot est faible) feront date. Félicitons ce duo de choc qui mérite ici toute notre attention et nos encouragements les plus vifs et les plus sincères et en grands égoïstes que nous sommes : Mettez vous vite au travail car le « Club Diogène » c’est comme un verre d’absinthe, les délires qu’il nous procurent sont un ravissement, mais quand la bouteille est vide, le manque se fait cruellement ressentir.

Félicitons enfin pour les illustrations de couvertures de Patrick.Mallet qui au début je dois l’avouer me laissèrent perplexe, mais que finalement après lecture, je trouve fascinantes et collant parfaitement aux ouvrages : colorées, mystérieuses, une bonne transcription des redoutables aventures qui attendent nos héros. Dans la veine des romans populaires d’antan. A quand un portfolio du reste des nouvelles ?

- « Le chérisseur de têtes et autres pacotilles » Le club Diogène (1871-1877) Volume 1. De Jérôme Sorre et Stéphane Mouret. Editons Malpertuis collection « Absinthes, éthers, opiums » N°9. 2009.

- « La mort et quelques amis s’invitent chez le club Diogène  » (1878-1885) Volume 1. De Jérôme Sorre et Stéphane Mouret. Editons Malpertuis collection « Absinthes, éthers, opiums » N°9. 2009.

http://www.ed-malpertuis.com

 

 Jamais une collection ne porta aussi bien son nom: Bienvenue au royaume de la mort!

Les Coups De Coeur Du lamortetquelquesamis dans les coups de coeur du

 

 

 



Les Coups De Coeur Du « Moi » : « De L’égarement à Travers Les Livres » de Eric Poindron

Curieusement depuis ma plus tendre enfance, même si je n’étais pas un lecteur exemplaire, j’ai toujours adoré le mot « bibliothèque », Je lui trouve une rondeur et un équilibre parfait, un mot riche de promesses, de sensations, de voyages et de découvertes. Ce qui me plaisait avant tout, c’était l’alignement des volumes, la symétrie des étagères et je me disais alors que si les livres étaient ainsi les uns contre les autres, si bien serrés, c’était pour éviter que les mots qui se trouvaient à l’intérieur ne puissent s’échapper.

Comme je le signalais il y a quelque mois dans un billet consacré à mon rapport avec les livres, je n’étais pas prédestiné à ressentir un tel attachement pour ce simple objet si anodin en apparence. J’ai toujours été réticent dans ma jeunesse à me lancer dans ses longues heures de solitude et de me plonger à la découverte d’univers imaginaires et de territoires inconnus et terrifiants. Mon père avait pourtant essayé de me convertir en m’achetant, le classique des classiques « L’île au trésor ». Je fis la moue en découvrant le volume, bien enveloppé dans son papier cadeau. Je pensais plutôt à une bande dessinée, à l’époque objet de mes convoitises.

Je n’étais pas prêt, je ne savais pas dans quels mondes merveilleux, on voulait me conduire et me guider. Il faudra bien des années pour que je finisse par rencontrer le véritable amour, le roman qui allait transformer ma vie et ouvrir mes yeux et mon esprit sur un royaume insoupçonné.

Si je vous parle de la sorte de ma petite personne et le lecteur voudra bien m’en excuser, alors que je suis censé vous parler de mon dernier « coup de cœur », c’est qu’il y a forcément une raison, un lien qui nous rattache, un lien de phrases et de mots. En fait et sans aucune hésitation, si j’avais lors de ma jeunesse rencontré le livre de Eric Poindron « De l’égarement à travers les livres », il ne fait aucun doute que cette passion pour la littérature qui maintenant est la mienne, aurait débuté d’une manière beaucoup plus précoce. Il y a dans cet ouvrage, tous les germes d’une œuvre qui donne envie d’aller au-delà de la simple lecture, de s’immerger, de se donner corps et âme à cette passion, certes envahissante et dévorante, mais qui vous procure une sensation de bien être incommensurable, qui donne un sens à votre vie, qui vous transporte et vous sublime.

Amis lecteurs, je viens de dévorer un livre qui vient de trouver une excuse à mes plaisirs coupables, un livre bibliothèque, un cabinet de curiosités littéraire.

Organisé comme un roman à énigme, à la recherche de bizarreries romanesques, le héros (peut-être l’auteur, ou peut-être vous ou moi..) est contacté par un singulier personnage .En le faisant passer pour une sorte « d’élu » car frappé d’une singulière pathologie la « Bibliopathonomadie » (de l’égarement à travers les livres) et dont le symptôme principal est une forte tendance à la onirobibliomania, ce mystérieux « Professeur » le convainc de rejoindre une sorte de société secrète « Le cénacle troglodyte » qui, pour faire court, est chargée de collecter, entasser, répertorier des textes et leurs secrets : « Tous ceux qui ne doivent pas disparaître » pour paraphraser l’auteur.

Débute alors une passionnante chasse au trésor, à la recherche d’improbables énigmes littéraires, de secrets cachés entre les lignes, sous les épaisses couvertures de cuir et la poussière des années, protégeant les précieuses reliques des mains impies et profanes. Mais prenez garde car la curiosité à un prix, vous serez de fait agrippé par la main dés la première phrase, pour vous rassurer vous mettre en confiance et on vous laissera au bout de quelques lignes couloirs, dans le recoin d’une salle encombrée d’étagères, de livres poussiéreux, de mystères de plus en plus épais. Vous vous retrouverez seul dans un monde où l’imagination sera votre seul mot d’ordre, la lecture votre seule arme et la raison votre pire ennemi. Un univers où il n’existe aucune certitude, les possibilités y sont diverses et la seule véritable logique est celle imposée par votre capacité et votre ouverture à l’imaginaire.

Car dans ce roman, Eric Poindron brouille les pistes et ce diable d’homme en fin érudit et collectionneur avisé mélange d’une subtile façon, faits réels et imaginaires, personnages historiques et héros de la littérature et si vous êtes comme moi, en retard de plusieurs années de lectures intensives, il vous faudra garder un œil sur votre moteur de recherche pour ne pas devenir fou. Et justement c’est une constante du roman, « Qui lit trop devient fou », une expression qui prend alors tout son sens, car cet « égarement » est réalisé comme une enquête mais qui ne vous apportera pas de véritables réponses. Chacun doit se faire sa propre idée, les faits ne sont ici que pour attiser votre curiosité, susciter chez vous le besoin de savoir, mais rarement de comprendre, l’envie de pénétrer encore plus avant dans le mystère, d’aller au-delà d’une simple lecture.

En créant ainsi cette nouvelle race de « Détective littéraire » (en ce qui me concerne le premier du genre) Eric Poindron vient enrichir la littérature d’une nouvelle figure emblématique qui, à l’instar de son homologue le détective de l’étrange, va écumer les territoires vastes et insoupçonnés qui se cachent au plus profond de nos bibliothèques. Et les bibliothèques, ce n’est pas se qui manque dans ce livre véritable labyrinthe de papier dont le lieu géométrique de tout le savoir débute à Reims, où notre héros se lance à la recherche de cette mystérieuse antre du savoir. Quête improbable au fil d’indices qui oscillent entre l’imaginaire et le réel, à la rencontre de personnages énigmatiques dont la présence est si forte qu’elle devient obsédante pour le narrateur et dont les appétits bibliophiliques ne semblent ne vouloir jamais s’apaiser. Dans cet univers dont l’existence trouve sa substance grâce à l’intérêt que le lecteur lui accorde de pages en pages, les personnages resurgissent d’un monde profondément enfoui dans la mémoire de ces fameuses bibliothèques et dont les fantômes après des années ou des siècles d’errance, se trouvent ainsi libérés, réclamant avec avidité notre devoir de mémoire.

Ainsi vous y rencontrerez de bien singuliers personnages comme cet écrivain dont le héros Peter Schlemihl après avoir participé à un étrange marché, est à la recherche de son ombre. Vous ferez équipe avec un certain Monsieur Claude, hommage à ce sublime raconteur de fables et de légendes, ce « Spécialiste des Folklores fantastiques, de diables de toutes tailles et des légendes malfaisantes » dont le chemin croisant celui de notre « détective », nous mènera sur les traces du « voyage mouvementé de Louis XVI à Varenne », mais avec une telle compagnie, la conclusion ne peut que finir que sur quelques diableries. Qu’est-il arrivé au corps de Voltaire ? Un mystère plane sur l’authenticité du corps se trouvant au Panthéon et si ce n’était pas lui ? Qu’est-il arrivé à son cœur et son cerveau dont la dépouille semble avoir été dérobée ? Nous découvrons un Lewis Carroll atteint d’une étrange maladie ou bien serait-il un amateur « De curiosités médicales ». Un homme, amoureux des farfadets lègue une partie de sa fortune à une femme de confiance afin qu’elle puisse « veiller sur son petit peuple », elle va tenir sa promesse mais lorsqu’elle déménage en Avignon à coté d’Alexis- Vicent-Charles Beringuier (l’homme qui aimait les écureuils), elle ignore l’étrange aversion qu’elle va de ce fait accélérer chez ce curieux personnage qui passa sa vie à les combattre et à rédiger un rarissime « Les farfadets ou tous les démons ne sont pas de l’autre monde », une somme de renseignements en trois volumes. Sans aucun doute mon personnage préféré de toute cette galerie atypique.

Mais comme l’auteur n’est pas en reste avec la littérature « fantastique » et que l’on devine derrière le brillant homme de lettre, un amour pour certaines lectures plus « légères », son détective prendra également connaissance d’un récit qui pourrait se révéler une pièce déterminante sur les derniers jours de la vie de W.H.Hodgson. Un récit fascinant qui oppose Lovecraft, ou peut-être est-ce son double, au très célèbre Carnacki le chasseur de fantômes. Un pari insensé dont l’enjeu est un ouvrage mythique « « Le bibliotaxinomia considéré comme un assassinat ». Un rencontre déjà légendaire qui pourrait figurer en bonne place dans la célèbre anthologie « Les compagnons de l’ombre » où le reclus de providence se révèle en outre un redoutable « collectionneur de curiosités » Et comme pour brouiller un peu plus les pistes, nous avons droit à l’énumération de toute une bibliothèque infernale et maudite si chère aux continuateurs de H.P.L.

Rassurez-vous, vous croiserez également la route d’une grande quantité d’autres personnages tout aussi célèbres et mystérieux, qu’il vous sera possible de retrouver en fin de volume dans une utile et intéressante bibliographie agrémentée de « Quelques livres jugés essentiels pour instruire le jugement et qui furent des compagnons de l’auteur durant la rédaction de ces confessions ». J’ai pour ma part relevé quelques ouvrages passionnants qui doivent d’ores et déjà cheminer vers ma bibliothèque.

Une fois arrivé à la fin des 200 pages, nous vient alors comme un malaise, une sensation bizarre, comme un manque : la bibliopathonomadie serait-elle contagieuse ? Lire ce livre, c’est participer à une expérience aussi savoureuse que jubilatoire où l’auteur nous emporte de façon magistrale dans une histoire recomposée, une intrigue qui ne trouve de solutions que par l’intérêt qu’elle suscite en nous. Dans cet « égarement » où nous nous laissons emporter avec plaisir et délectation, Eric Poindron nous fait partager son amour pour la littérature et tout ce qu’elle peut comporter de mystérieux et d’enrichissant. C’est un voyage trépidant auquel il nous convie, dans cette zone crépusculaire entre le mythe et la réalité et qui nous fait vivre, avec une parfaite maîtrise du verbe, une érudition sans faille et un goût prononcé pour le roman d’aventure, un des plus agréable moment que la littérature romanesque puisse nous donner.

J’espère, cher Eric que vous me pardonnerez ces excès de bavardage et il ne me reste plus qu’a vous adresser une dernière supplique : A quand la suite !

« De l’égarement à travers les livres », dont on ne félicitera jamais assez le superbe travail de couverture de Casajordi, est le 5éme volume de la collection « Curiosa & Coetera » aux éditions du « Castor Astral ».Une bien belle collection où il vous sera possible, antre autre, de découvrir un très intéressant recueil de nouvelles d’un auteur que j’apprécie tout particulièrement : Claude Seignolle ( « Au château de l’étrange »), et d’un roman tout aussi fascinant : « Le Paradisier » de Frédéric Clément.

Un éditeur à suivre et à consommer sans modération !

http://www.castorastral.com/

 

Les Coups De Coeur Du

 



Les Coups De Coeur Du « Moi »

Ce mois ci deux ouvrages viennent enrichir ces « coups de cœur » et, une fois n’est pas coutume, une superbe redécouverte et une étude qui je pense ne pourra que charmer les « collecteurs » de choses anciennes que nous sommes.

Si vous êtes comme moi, un amateur de curiosités et de choses rares, alors allez vite faire un tour sur ce lien et vous y découvrirez l’interview d’un personnage vraiment fascinant. En fait vous allez découvrir un petite facette de deux individus incroyables : Claude Seignolle et Eric Poindron. J’ai toujours été émerveillé par les gens de lettres, les vrais, ceux qui ne font pas beaucoup de bruit, qui utilisent les mots avec élégance et facilité. Je suis admiratif du langage et, bien que ne sachant pas l’utiliser avec autant d’aisance et de sobriété, je suis éperdument amoureux de la musique des mots, la couleur des phrases et la texture du vocabulaire. Nous découvrons donc dans ces lignes tout l’amour d’un homme cultivé et passionnant, pour un auteur qui bien que très discret, est pourtant à la tête d’une imposante bibliographie.

J’avais découvert Claude Seignolle il y a de cela plusieurs années et cette soif de mystère et de fantastique ne pouvait que me diriger vers cet auteur mêlant de façon érudite folklore et fiction. Un homme profondément enraciné dans notre terroir et dont le talent fait resurgir de manière saisissante tout se patrimoine culturel de contes et de légendes dont notre pays peut s’enorgueillir. Mais au-delà de l’histoire, il y a les mots et le fait de parcourir cet entretien, m’a redonné l’envie de me replonger dans l’œuvre de Mr Seignolle.

En reprenant la lecture de « La nuit des halles », je me rends compte à quel point j’étais passé à coté d’un ouvrage vraiment extraordinaire et d’une sensibilité extrême. Élégant mais jamais maniéré, sobre tout en étant puissant et poétique à la fois, des textes empreints d’une grande générosité de cœur et de sentiments. L’amour y flotte comme une étrange odeur de parfum douceâtre et entêtant comme la mort. Des personnages s’y meuvent et leurs destins marqués par une rencontre aussi soudaine que durable ne pourront être que source de souffrance et de mélancolie. Douleur de l’âme et de l’esprit, corps graciles et fantomatiques rencontrés au coin d’une rue au hasards d’une errance nocturne, compagnon de route d’un énigmatique et silencieux personnage, vie éternelle dont le destin se trouve enfermé dans la flamme tremblotante d’une bougie, quête improbable à la recherche d’une figure folklorique, la mort dans « La nuit des halles » est d’une présence permanente, réclamant son dû pour chaque histoire, comme pour mieux nous rappeler que nous faisons partie intégrante d’un cycle dont la fin est presque toujours inéluctable.

Claude Seignolle est un magicien des mots, nous ne pouvons que boire ses phrases avec une grande avidité, car elles coulent en nous de façon onctueuse et rafraîchissante et sont la promesse d’agréables moments de lecture, riches et captivants. Un auteur qui nous fait aimer encore plus la littérature et qui, personnellement, illumine mes journées dans la perspective de tenir entre mes mains un de ses ouvrages.

Un grand merci à Eric Poindron de nous donner l’opportunité dans sa prometteuse collection « Curiosa & coetera » de (re)découvrir toute la magie de ce fascinant et talentueux personnage.

« La nuit des halles » de Claude Seignolle.G.P.Maisonneuve et Larose, éditeurs. Mille exemplaires sur Alfa mousse.1965.

- « Invitation au château de l’étrange » de Claude Seignolle. Editions du Castor Astral, collection « Curiosa & coetera ».2011.

Pour la passionnante interview de Eric Poindron, c’est ici:

http://www.heresie.com/eric_poindron.php

 

 

Walter Benjamin disait à propos des collectionneurs que « cette passion confine au chaos des souvenirs ». De ce fait dans cet ouvrage Philipp Blom nous raconte comment au travers de cette curieuse et singulière « manie », ils s’emploient à mettre de l’ordre dans le désordre du monde. L’auteur nous rappelle également que « dans notre société de consommation, nous sommes tous des collectionneurs à notre façon ».

Cette « Histoire intime des collectionneurs » est une étude passionnante des plus grandes figures du genre, une sorte de cartographie des objets insolites et rares accumulés par des personnages hauts en couleurs .Mais, loin de susciter l’ennuie par une liste laborieuse et sans intérêt, l’auteur parvient à attiser notre curiosité par quelques bonnes anecdotes et autres faits historiques toujours placés à point nommé, une étude qui se dévore comme un roman. Blom, en spécialiste du genre, prend ici un malin plaisir à décortiquer les traits de ces grandes figures historiques qui, sans avoir à aucun moment participées à l’édification de l’histoire des hommes, en sont pourtant les témoins et les archéologues attentionnés, au travers de leurs incroyables « collections ».

Lorsque la science n’était pas une science exacte, qu’elle ne possédait pas de véritable « statut » ce sont les collectionneurs qui commencèrent à accumuler et à répertorier, les objets curieux, les créatures bizarres que l’on rapportait de ces nouvelles terres, découvertes au-delà des océans. Mais déjà à cette époque (le XVIéme siècle) on s’interroge sur l’utilité de telles démarches et des personnages célèbres comme Saint Augustin, Saint Thomas D’Aquin opposent une farouche résistance, car ce poser trop de questions sur tout ce qui nous entoure, peut révéler des choses dérangeantes et avoir un effet néfaste sur les croyants, les éloigner de dieu : L’ignorance est le meilleur moyen de lutter contre l’opposition.

Les collectionneurs furent à l’origine des hommes curieux et dont la soif de découverte n’avait aucune limite, entassant au fil des années dans leur extraordinaire « Studioli » une quantité impressionnante d’autant de preuve de la singularité de notre monde. Livres, objets, curiosités parfois proches du macabre, du surnaturel ou de l’improbable, c’est un fascinant voyage au pays du bizarre que nous est ici proposé. Dans un monde de bêtise, d’ignorance et de violence, vous allez ainsi pénétrer dans une autre dimension, où la découverte se fait reine, le savoir un havre de paix, dans la quiétude feutrée originale et sereine de ces quelques cabinets de curiosités dont nous ne voudrions jamais ressortir.

- « Un histoire intime des collectionneurs » de Philipp Blom. Editions Payot.2010

 

Les Coups De Coeur Du   unehistoireintimedescol dans les coups de coeur du



Les Coups De Coeur Du « Moi »: « L’or et la Toise » de Brice Tarvel

« Comme je ne lis pas que des choses anciennes et surannées et que de temps en temps j’ouvre un livre dont la date n’affiche pas toujours le centenaire sur la page de garde, je me suis dit qu’il serait également sympathique de vous faire part de mes coups de cœur, ou de vous parler d’un ouvrage qui mérite toute notre attention. »

 

Présenter une œuvre reste en soi une chose assez délicate, car on ne sait pas si l’on va employer les mots justes, réussir à faire passer les émotions, le plaisir de lecture, la joie extrême de tourner les pages et de découvrir frémissant, ce qui se passe derrière…Il est à mon avis plus facile de démolir un texte et d’en vanter l’inutilité de sa lecture. En règle générale lorsque un ouvrage me déplait je le délaisse et l’ignore, non point par lâcheté, mais le temps est une chose trop précieuse pour l’utiliser en inutiles fadaises ou en méchancetés mal intentionnées. Alors pensez, lorsqu’il faut parler d’un roman écrit par un ami, la chose reste délicate et périlleuse. On pourrait en effet me targuer de favoritisme et de faire preuve d’un certain manque d’objectivité.

Pourtant, même s’il me faut reconnaître un certain enthousiasme pour l’auteur, je dois avouer que la lecture de son dernier roman « L’or et la toise » n’était pas tout à fait gagnée, car je n’ai pas une grande affinité avec le genre qu’il aborde dans ce premier volume de son nouveau cycle, à savoir la Fantasy. Peut-être que je classifie mal ce dernier et je prie l’auteur de bien vouloir m’en excuser, ma connaissance dans ce domaine se bornant à quelques classiques indémodables, du « Cycle des épées » de Fritz Leiber, à la saga d’Elric de Michael Moorcock, en passant bien entendu par RE.Howard, les ouvrages de Clark Ashton Smith et d’autres auteurs éparpillés dans cet océan de titres auxquels nous nous accrochons comme une bouée de sauvetage afin d’éviter de sombrer dans l’ennui et le dégoût.

Lorsque je suis arrivé à la dernière phrase du livre en question, je me suis rappelé de son interview pour le site « La confrérie de l’imaginaire » où il nous explique comment fonctionne son mode de travail, se confie sur sa technique d’écriture, et qu’il nous avoue avec toute la modestie qui l’anime :

« Je n’ai pas d’autres ambitions que de divertir, de faire passer un bon moment ».

Je crois que tout le secret de sa réussite est là, dans une démarche aussi humble et simple à la fois, d’avoir pour le lecteur cette notion de respect et de lui procurer au final quelque chose de simple et de complexe à la fois : Du plaisir !Mais ne vous faisons pas plus attendre et plongeons séance tenante dans cette palpitante et incroyable saga.

La Fagne est un pays maudit, fait de marécages putrides et nauséabonds où furent déversé jadis les produits d’expériences de mages peu scrupuleux. Elle fut aussi le siége de la malédiction du redoutable Vorpil, virtuose des maléfices et des incantations. Le pays est alors divisé en deux, la Fagne du Nord où choses et gens se mettent à grandir de façons démesurées et celle du Sud ou à l’inverse tout, à la fâcheuse tendance à diminuer à vue d’oeil. Dans cet univers où semble régner un chaos indescriptible, peuplé d’abominables créatures aux appétits féroces et « d’humains » dont l’apparence ne cesse de se modifier au gré de la fantaisie de chacune de leur morphologie, une singulière et dangereuse course au trésor se prépare.

Deux aventuriers (Jodork et Clincorgne) qui n’ont certainement pas froids aux yeux, s’embarquent pour une expédition somme toute assez incroyable,dans cette redoutable jungle dont le qualificatif d’innommable reste le terme le mieux approprié. Parviendront-ils à déjouer les nombreux piéges qui se cachent dans cette végétation en pleine liquescence, pourront-ils déjouer la perfidie de Renelle, dont toute la « grasse » n’a d’équivalent que sa cupidité, arriveront-ils à déjouer le fanatisme des moines pourpres, adorateurs du cadavre embaumé de Mûm, mystérieuse créature qui dit-on viendrait d’une lointaine planète ? Mais ceci, n’est qu’un avant goût de menaces plus terribles encore qui les guettent à proximité du château du seigneur Tillot. Dans les eaux boueuses de la sinistre bâtisse rôde le « grand grimacier » créature titanesque, aux excès de fureurs redoutables que rien ne semble vouloir calmer. L’issu de cette singulière aventure sera la découverte d’un trésor, assez peu banal et qui ne peut que vous laisser les bras ballants et la mine satisfaite.

Pour définir toute la richesse imaginative d’une telle épopée, le terme « passionnant » est à mon sens le mieux adapté. Il y a un tel sens du délire et d’une telle implication dans cet univers que Brice Tarvel vient ici de créer de toute pièce, qu’il me parait difficile de trouver ailleurs son équivalent. Chaque page foisonne d’une idée nouvelle, d’une situation à la fois drôle, cocasse, délirante ou tragique. Mais pour que cet univers soit le plus apte à marquer son territoire et porter en lui les germes d’une œuvre vraiment pensée et réfléchie, il va ainsi et ce pour notre plus grand plaisir, créer tout un langage, inventer des expressions, établir un dictionnaire. Des mots qui évoquent chez nous un passé moyenâgeux, mâtiné de quelques expressions d’une France bien profonde, agrémenté de quelques libertés phonétiques qui ne peuvent que nous réjouir et nous forcer à l’amusement. Les dialogues entre les différents protagonistes sont parfois d’un comique assez savoureux et l’on reste souvent dans l’attente de la prochaine réplique, tant l’auteur à le sens de la répartie truculente et savoureuse.

A la limite , pour donner un petit avis négatif sur le roman, c’est à ce niveau que le style bien que pour moi est un des atouts majeurs , pourrait rebuter certains lecteurs peu habitués à ce genre d’exercices. En fonction des personnes, sa force pourrait devenir sa faiblesse.

Mais je trouve personnellement que l’auteur fait montre d’une grande inspiration en y ajoutant cette touche très personnelle et concrétise ainsi toute une vie vouée à l’écriture et au domaine de l’imaginaire. Je n’aime pas faire ce genre de comparaison, car il y a ceux qui s’inspirent et ceux qui copient, mais l’on sent dans l’écriture de Brice Tarvel cette passion dévorante qu’il voue à certains écrivains qui ont marqués sa plume féconde. « L’or et le toise » c’est un subtil mélange de Rabelais, Jean Ray et Brussolo, mais le raccourcie serait vraiment trop abrupt si derrière ce style et cet univers inimitable, il n’y avait pas la patte d’un auteur imaginatif et méticuleux, qui loin de plagier leur style en fait un subtil mélange en pétrissant les mots de manière habile et par la magie de l’inspiration et du talent, affirme un style unique et nouveau. N’est-ce pas là, une sorte de consécration lorsqu’un auteur trouve ses marques d’une manière aussi personnelle, par une œuvre originale et innovante ?

Le talent de l’écriture ne saurait suffire, si en plus il n’y avait une telle abondance d’idées toutes plus incroyables les unes que les autres et l’on se demande parfois si l’auteur ne prend pas quelques substances illicites pour arriver à nous jeter ainsi sur la feuille des idées aussi farfelues et délirantes. Jamais il ne nous laisse reprendre notre souffle, et les événements s’enchaînent à une vitesse folle et chaque page tournée est le prémisse d’une découverte toujours aussi merveilleuse, d’une situation plus incroyable que la précédente : Les Aquachiens et leurs redoutables fringales, les Nuitons créatures charbonneuses dont l’expiration servent à gonfler une vessie de Palusore créant ainsi une singulière montgolfière, les moines pourpres adorateurs de Mûm, les Croquedurs, le Mâche-dru, les traînes-vase, le Grand grimacier, Ogres, Habitants des marées dont les curieuses décoctions à base de sang de dégénérés permettent la fabrication d’onguent qui vous évitent de vous transformer en poisson….Tout un monde fantasmagorique et dont la liste est beaucoup trop longue pour vous en citer toutes les créatures qui le peuple.

Un complexe univers créé de toute pièce, régi par ses propres lois, mais dont la logique et l’inspiration ne peuvent que charmer le lecteur. Je me suis laissé séduire par le charme envoûtant de la belle Candorine, frappée d’une étrange malédiction pour avoir goûté l’eau maudite de la Fagne et qui, suite à d’incroyables péripéties, se trouve transformée en « sirop de grenouille ». De nouvelles aventures attendent nos intrépides aventuriers et nous avons tous hâte de pénétrer dans ce pays « D’obscurie » évoqué par l’auteur, et qui nous semble tout aussi peu fréquentable car peuplée de vampires et autres abominations. Un second volume qui laisse présager d’autres palpitantes péripéties.

Alors plongez sans retenues dans l’eau saumâtre et pestilentielle de la Fagne. Vous y rencontrerez certes des créatures peu recommandables dans un air vicié qui vous laissera un goût amer de vase dans la bouche, mais avec un plaisir immense de lecture et la sensation d’avoir pénétré dans un univers original et unique ce qui, par les temps qui courent, est déjà une chose trop précieuse pour y passer à coté. Remercions l’éditeur d’avoir ainsi donner à l’auteur la possibilité d’affirmer un style inimitable et un sens du divertissement tout à fait remarquable.

  »L’or et la toise, Ceux des eaux mortes«  Tome 1 Par Brice Tarvel. Editions Mnémos, collection « Dédales »

 

 La belle et mystérieuse Candorine sous le pinceau expert de Johann Bodin

Les Coups De Coeur Du



Le Coup De Coeur Du « Moi »: La Toute Nouvelle Revue « Wendigo »

Je viens de terminer enfin le premier volume de la revue « Wendigo » et je dois dire que même en connaissant le bon goût de l’anthologiste, la lecture de ce recueil fut une agréable surprise.

Il faut dire que Richard D.Nolane, au cour de sa carrière, accorda à la littérature fantastique une attention toute particulière, en publiant de nombreuses nouvelles Anglo-saxonnes. Le genre d’initiative des plus réjouissante en regard d’un certain dédain que nombre d’éditeurs éprouvait pour un genre somme toute assez marginal. On se rappellera de son excellent anthologie « Les masques de la peur » paru aux nouvelles éditions Opta en 1983 pour le fiction spécial N°33, et de la collection qu’il dirigea chez Garancière de 1985 à 1987. Avec seize titres au total, la collection « Aventures Fantastiques » fut le moyen au public Français de découvrir des aventures colorées, mystérieuses et envoûtantes avec des auteurs comme Poul Anderson,Jack Williamson ( superbe  » Sang doré »), Charles R.Saunders, l’extraordinaire « Dr Nikola » de Guy Boothby (connu en France grâce à son superbe roman fantastique « Pharos l’Egyptien » réédité chez Néo Plus en 1987) et surtout en ce qui me concerne, grand amateur de détectives de l’étrange, le très célèbre « Erasmus Magister » de Charles Sheffield.

Mais son activité des plus fébrile ne s’arrêtera pas à cette simple fonction de « collecteur » de textes essentiels, infatigable il écrira également dans des domaines très variés. Sa plume féconde se rencontrera dans la série des « Blade », rédigera des études sur la Cryptozoologie, rédigera un « Who’s Who » de la littérature fantastique et de l’horreur de 1860 à 1923, auteur du roman « Les démons d’Abidjan » et de nombreuses nouvelles publiées dans les revues « Fiction », « Ténèbres », ou « Solaris » ( l’ensemble de ses textes sont rassemblés dans un volume paru chez Rivière Blanche, « Séparation de corps »), scénariste de nombreuses BD, chez « Soleil », « Harry Dickson », « Les tigres volants », « 20 000 siècles sous les mers », il réalisera enfin une très intéressante étude sur le vampirisme « Vampires, une histoire sanglante ». Traducteur, critique, la liste serait trop longue pour vous faire ici le résumé de la carrière d’un véritable passionné du genre, d’un personnage ouvert et disponible qui malgré sa culture prodigieuse reste d’une grande simplicité et d’une extrême gentillesse.

Alors, comme je ne lis pas que des choses anciennes et surannées et que de temps en temps j’ouvre un livre dont la date n’affiche pas toujours le centenaire sur la page de garde, je me suis dit qu’il serait également sympathique de vous faire part de mes coups de cœur, ou de vous parler d’un ouvrage qui mérite toute notre attention. Aujourd’hui donc, actualité de ce billet oblige, je vais vous parler un petit peu du premier numéro de la revue « Wendigo » que vient tout juste de créer notre ami. Déjà le titre est tout un programme et dans notre mémoire, c’est le nom d’une terrible créature Amérindienne, aux appétits redoutables, une vision cauchemardesque et terrible des terreurs qui se terrent dans les forets du Nord du Canada.

Immortalisée par l’écrivain au nom prédestiné de Algernon Blackwood dans un nouvelle publiée en 1972 aux éditons Denoël « Présence du futur » dans le recueil du même nom, cette créature mystérieuse et redoutable ne pouvait qu’inspirer fascination, mystère et respect. Je crois que l’on ne pouvait pas lui rendre plus bel hommage qu’au travers le titre d’une revue qui renferme en elle toutes les qualités propres au domaine de l’imaginaire.

Avec un sommaire assez varié d’auteurs que nous ne connaissons pour la plupart que de nom, c’est une immense joie que pouvoir enfin découvrir le talent de ces écrivains complètement oubliés ( si ce n’est des spécialistes). D’autant plus que la France, en petite égoïste, ne prête pas facilement son intérêt à cet aspect de la littérature fantastique qui pourtant ne manque pas de talents. Un volume donc dominé par des femmes fatales avec la nouvelle qui débute l’ouvrage « Purification » de Robert Barr, que les « fans de la première heure » comme moi avaient déjà eu la joie de découvrir dans la regrettée « Presses du crépuscule », suivra « La femme de Jackson » de Victor Rousseau, un auteur dont nous avons la traduction d’un de ses romans « L’œil de Balamok » (Editions Antarès collection « L’or du temps » N°1 1991) et pour finir cette thématique « Le médaillon » de D.O.Marrama, l’amour d’une visage peint peut-il vous conduire à la folie ? Trois nouvelles, trois petites perles, de sensibilté, de finesse ou l’horreur est distillé d’une maniére subtile et délictate pour ensuite venir vous exploser à la figure.

Vient ensuite une autre thématique, que j’affectionne plus particulièrement, celle des légendes de la mer. Entre la terrible « Le destin du Hollandais volant » de Georges Griffith et la terrifiante « L’horreur des profondeurs » de Morgan Robertson, je dois avouer que mon cœur balance.La première, avec un style percutant nous raconte les affres du héros qui,en nous faisant vivre la vie difficile des marins et leurs craintes superstitieuses des mystères de la mer, se trouve confronté à la plus terrible des légendes maritimes « Le hollandais volant ». Nous sommes dans un style proche de W.H.Hogdson, une ambiance pesante et méphitique. Cependant l’ambiance de la seconde qui nous raconte quand à elle,la tragique histoire de ses marins prisonniers sur leur propre navire et qui meurent, les uns après les autres victimes d’une monstruosité marine, une pure merveille.Une ambiance lourde et pesante, un huis clos terrifiant ou le tueur n’est autre qu’une redoutable créature des abysses… je me suis particulièrement régalé. De plus, cerise sur le gâteau et concernant cet auteur, j’ai découvert son incroyable histoire à propos de son roman « Le naufrage du Titan » : Incroyable, pour ne pas dire surnaturel ! Si vous voulez en savoir plus, achetez le recueil, c’est passionnant.

Vient ensuite la nouvelle de l’auteur qui nous est le plus familier « Nom d’un bouc vert » puisqu’il s’agit de Seabury Quinn, auteur de l’impossible « Jules de Grandin ». Sa nouvelle « L’idole de pierre » quoique de facture assez classique et qui nous conte l’histoire d’une « statue maléfique », n’en est pas moins savoureuse. « L’étrange cas de Lemuel Jenkins » de Philip M.Fisher Jr., est presque ma préférée du lot. D’une part pour sa thématique un peu conjecturale (l’invisibilité) mais aussi parce que l’auteur est parvenu à retranscrire avec précision, les affres d’un homme qui se « voit » tout d’un coup disparaître aux yeux de son entourage. Métaphore sur la solitude des êtres méprisés ou véritable expérience scientifique ? En tout cas une nouvelle qui ne manque pas de force et de désespoir.

Pour conclure une série déjà bien appétissante, un classique de la littérature fantastique « Terreur » de Achmed Abdullah. Un court récit vraiment terrifiant, un mélange d’aventure et d’horreur comme on aimerait en lire plus souvent avec un final, bien que rationnel, nous plonge dans les abîmes de l’épouvante pure. Une superbe histoire de vengeance et de malédiction.

Au final donc une anthologie à la hauteur de ses ambitions comme on aimerait en voir plus souvent. Mais je gage qu’en regard de la qualité de celle-ci l’accueil du public sera des plus chaleureux, permettant ainsi une suite que nous attendons tous avec impatience.

Pour conclure, je ne connais pas les textes originaux et loin de moi de vouloir les consulter dans le texte, mais je peux dire, mis a part quelques petites coquilles, que la traduction me semble parfaite, le style est léger, agréable à lire, donnant à l’ensemble une envie de s’y plonger avec délectation, pour n’en ressortir que trempé de sueur

 

 Un couverture superbe très inspirée des « Pulp’s »
Le Coup De Coeur Du



123