Henri Lanos: Illustration pour le centenaire de Jules Verne

Posté le Dimanche 26 avril 2015

 

Tout le monde a lu maintenant l’aventure du pro­fesseur Arronnax, accroché après une tempête qui la jeté à la mer avec le harponneur Ned, sur une sorte de long poisson qui n’est qu’un navire sous-marin, le Nautilus habité par le capitaine Némo et son mystérieux équipage et qui, prisonnier de ce sombre personnage, assiste aux plus terribles événements comme à de merveilleux spectacles des fonds sous-marins. Notre dessin représente le capitaine Nemo montrant de intérieur du Nautilus, à travers une large baie vitrée, au profes­seur Arronnax un énorme poulpe qui s’ébat dans le sillage du sous-marin.

Numéro 44 de « L’aventure » (19 avril 1928)

20000 lieues sous les mers

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 6:50
Enregistré dans Non classé
Soirée Savanturière sous le signe du « Merveilleux Scientifique »

Posté le Vendredi 24 avril 2015

Depuis longtemps nous en rêvions et Eric Poindron l’a fait……Une soirée Savanturière rien que pour nous chers amis ! Voilà donc une belle occasion de nous retrouver entre intrépides explorateurs des contrées inexplorées de l’imaginaire et de partager dans une conviviale assemblée le fruit de nos dernières recherches, le résultat de nos toutes nouvelles découvertes. Placée sous le signe du Merveilleux Scientifique, cette soirée sera l’occasion de remonter le temps, non pas au moyen de la machine de Wells, mais de réaliser ensemble un voyage immobile et de remonter au origines du roman d’aventure scientifique.Une belle occasion de nous retrouver ensemble, de se revoir ou voir pour la toute première fois mais surtout partager l’espace de quelques heures une passion commune qui nous anime tous et nous fédère depuis quelques années sous le signe de la Savanture.

soirée savanturiére

Déjà les noms de Jean-Luc Rivera, Joseph Altairac, Fabrice Bourland…. et votre serviteur se profilent alors ne tardez pas trop à vous manifester, les places ne sont pas extensibles !

Un petit message à Eric, pour prévenir de votre venue et le tour est joué !

Je trépigne d’avance à l’idée de cette merveilleuse soirée

A très vite alors

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 6:16
Enregistré dans Non classé
« L’homme Qui Peut Vivre Dans L’eau » de Jean de la Hire

Posté le Dimanche 29 mars 2015

l'homme qui peut vivre dans l'eau

Après « Le trésor dans l’abîme » ( éditions Boivin1907) dans un magnifique cartonnage polychrome et « La roue Fulgurante » (éditions Tallandier 1908) Jean de la Hire laissera libre cours à son imagination pour créer dans ce troisième roman,une nouvelle race de surhomme dans la personne de l’hictaner, curieuse créature entre l’homme et le poisson et capable d’extraordinaires prouesses sous-marines. Publié pour la première fois en volume en 1910 chez Félix Juven ( un édition relativement rare à trouver) et dans une présentation sobre, il faudra attendre 1921 et la célèbre collection de chez Ferenczi « Les romans d’aventures » pour admirer en deux volumes cette incroyable histoire d’homme amphibie sous le pinceau inspirée de Georges Vallée. Le roman sera réédité en un seul volume en 1925, toujours chez Ferenczi mais dans sa collection « Les romans d’aventures » 2éme série, très reconnaissable avec un format beaucoup plus grand et un fond vert caractéristique. La couverture est signée Armengol, artiste attitré de l’éditeur et qui selon toute apparence se souviendra de l’illustration du tome 1 parue quelques années plus tôt .

Il sera une des rares aventures à ne pas être reprise par les éditions Jaeger-D’hauteville , lorsqu’elles reprennent au début des années cinquante, un travail de rééditions des œuvres conjecturales de Jean de la Hire,

Pour l’heure je vous propose un petit résumé éditeur de « cet homme qui peut vivre dans l’eau » prémices à une longue série de romans sur la thématique du mutant aquatique

l'homme qui peut vivre dans l'eau 1

« Obéissant à des mobiles différents en apparence, mais tendant vers un même but — la domination du monde — le savant Oxus et le moine Fulbert ont conçu le diabolique projet de créer un être hybride, en greffant sur le corps d’un nouveau-né les branchies d’un jeune requin.

Le résultat qu’ils obtiennent dépasse leurs espérances.

L’Hictaner ou 1’Homme qui peut vivre dans l’eau, créature humaine par les formes et l’intelligence mais amphibien de par la volonté du Maître et du Père. est appelé à servir leurs combinaisons machiavéliques.

Leur œuvre, pourtant, ne saurait être complète que si les ressources de la science moderne sont mises à le disposition de celui qui deviendra l’énigmatique inconnu.

C’est alors qu’Oxus et Fulbert s’adjoignent un troisième génie du mal, l’ingénieur Sévérac, anarchiste militant, mystérieusement enlevé de prison, la veille du jour où il allait expier ses crimes sur l’échafaud et dont les inventions parachèvent l’œuvre commencée.

Le redoutable Hictaner,tenu .dans l’ignorance des véritables motifs de la lutte qu’on lui fait livrer aux puissances du globe leur lance un premier ultimatum dans le but d’obliger les gouvernants à renoncer à leurs pouvoirs pour les remettre aux mains d’hommes qui leur seront désignés.

Ceux-ci ne sont autres que les « frères » affiliés à la Société secrète de l’Île Perdue, dont le moine Fulbert est le chef.

Cet ultimatum ayant été considéré comme une vaste mystification ou l’acte d’un cerveau déséquilibré, on n’a fait qu’en rire, jusqu’aux heures terribles où I’Inconnu mettant ses menaces à exécution, d’horribles catastrophes se produisent successivement sur divers points du globe : des navires de guerre s’engloutissent sans aucune cause apparente, entraînant dans la mort de multiples existences humaines, des forts côtiers viennent à sauter, des ponts à s’effondrer.

L’inconnu a tenu parole.

Désormais, il faudra ou chercher à lutter contre cette force mystérieuse ou accepter ses conditions.

Les nations se réunissent en congrès pour étudier la question…

Un rien, la rivalité que soulève entre l’Hictamer et Séverac l’amour d’une même femme,Moisette, fille du savant Oxus, change soudain la face des choses, ainsi que pourront le voir les lecteurs des « Amours de l’inconnu » familiers déjà avec les première aventures de « l’Homme qui peut titre-dans l’eau ».

les amours de l'inconnu

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 18:05
Enregistré dans les auteurs et leurs oeuvres
Concours « L’Amicale Des Amateurs De Nids à Poussiére »

Posté le Samedi 21 mars 2015

Un concours, des livres à gagner? Bigre ils son actifs chez « L’AANP », alors faisons passer l’info!

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

10865788_410988289060684_6983809588588280600_o

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 23:41
Enregistré dans En vrac
« Robots Sous-Marins » de Lucien Bornert

Posté le Jeudi 19 mars 2015

robot sous marin logo

Henry Demours jeune ingénieur mais au chômage, est contacté par un notaire lui apprenant que son oncle lui cède la totalité de ses affaires. Il lui envoie donc son émissaire, le Professeur Brenne, pour lui transmettre toutes les directives,et lorsque ce dernier lui révèle qu’il doit se rendre à « Robotville » situé à des milliers de kilomètres de distance, ce dernier refuse . Mais le « maître » ne l’entend pas de cette oreille et grâce à un appareil manipulant la volonté à distance, le place sous son contrôle et l’oblige à embarquer sur un engin spécial ultra rapide le conduisant sur une plate forme située dans l’océan Atlantique. Il s’agit en fait d’un immense ascenseur qui, une fois actionné,le conduit au cœur d’une montagne sous-marine où se cache la mystérieuse cité. Le maître est à la tête d’une gigantesque organisation la R .M.C qui vend des armes dans le monde entier et plus particulièrement à des groupes anarchistes ou révolutionnaires,

Après la disparition de Demours, le notaire dépêche un de ses amis,Armand Baldis afin de partir à sa recherche. Ce dernier grâce à ses nombreux appuis, trouve la trace de la mystérieuse cité, mais Brenne lui tend un piège dont il ne sortira que de justesse après l’intervention d’un habitant de Robotville. Car cette ville, est peuplée en grande majorité de créatures métalliques , produit de l’esprit dément du maître des lieux. Outre l’invention d’une machine à transmuter la matière et de changer l’argile en fer ( nécessaire à son commerce d’armes juteux) sa technologie lui permet également de créer des robots renfermant un cerveau humain. En effet par une habile et diabolique intervention , il est capable de transférer l’organe d’un vivant sur une créature de métal.Hélas, l’opération inverse ne lui est pas possible et les corps privés du précieux organe, sont stockés dans une serre spéciale attendant le bon vouloir de leur tortionnaire. Ce que le monstre ne sait pas, c’est que son assistante est parvenue à trouver la technique pour réaliser le processus contraire, lui donnant ainsi l’occasion de récupérer son frère en chair et en os !

Mais l’arrivée de Demours ( qui au passage succombe aux charmes de l’assistante du maître, Diana) et de Baldis , entraîne une pagaille monumentale au cœur de la cité, certains robots même osent une révolte. Pour mater la rébellion, le maître de céans envoi son arme ultime, sa toute dernière invention, un pur robot, sans âme ni conscience , R.100 et armé d’un puissant rayon désintégrateur . Fort heureusement l’intervention du frère de Diana, va mettre un terme à la folie de cet homme et retourner le robot destructeur contre son propre concepteur au moyen d’un puissant appareil multiplicateur de volonté, La ville est ainsi libérée, les « âmes » des victimes, entendez par là les cerveaux, restitués à leurs carcasses sans vie, les robots redeviennent des boites vides, tandis que la cité, détruite, va finir engloutie par l’océan.

robots sous-marins

 

Note de l’éditeur

« Les extraordinaires progrès de la cybernétique promettent pour , un très proche avenir, des robots de plus en plus perfectionnés. Les savants, avec une certaine crainte, constatent, à, l’heure actuelle que les Cerveaux électroniques qu’ils construisent, ont des réactions humaines, connaissent l’erreur et la fatigue. Le processus de fonctionnement de ces super-machines s’apparente d’une façon étrange à celui du cerveau humain et certains envisagent, qu’un jour, peut-être, la machine asservie-voudra se venger et pourra se retourner contre son créateur qu’elle dépasse depuis longtemps, en puissance et qu’elle égalerait et sur passerait même, en intelligence. Angoissant problème de demain.

Lucien Bornert a imaginé des robots dotés par un savant machiavélique de cerveaux humain…

Pouvez-vous vous représenter personnellement avec un cerveau d’homme et un corps d’acier ? Quelles immenses possibilités et aussi quelle sen­sation affreuse que d’être sans lèvres, sans mains, sans cœur..

C’est ce passionnant problème qui est traité dans : « Robot sous-marins »

robotville couverture

Ce roman assez sympathique de Lucien Bornert exploitant la rare thématique du robot à cerveau organique,fut publié à l’origine dans la revue « Robinson » sous le titre de « Robotville la mystérieuse » du numéro 202 (10 Mars 1940) au numéro 226 (8 Décembre 1940). Il sera par la suite réédité dans le périodique « Sélections/Hardi les gars » sans titre défini puisque chaque livraison comportera uniquement à chaque fois,un titre de chapitre différent.Sélection/Hardi les gars,publiée par les éditions illustrées et littéraires fut d’abord une collection de récits complets bimensuels paraissant le 1er et le 3éme jeudi de chaque mois, pour devenir ensuite hebdomadaire. Elle comporte 67 numéros dont le premier numéro paraîtra fin 1943 pour se terminer au 2éme trimestre 1948. Faisant la part belle aux récits sous forme de bandes dessinées ( une seule aventure dans les premiers numéros, puis deux à partir du N°7)c’est à Lucien Bornert que revient la primeur de la majorité des romans se trouvant entre ces deux récits dessinés, romans systématiquement accompagnés d’une vignette.Ce récit fut par la suite présenté sous la forme d’une courte bande dessinée de neuf planches et paru dans la revue « L’intrépide » N° 416 du 17 Octobre 1957 sous la plume de Remy Bourlés.

robotville 2

Mais l’auteur, visiblement attiré par la robotique et traumatisé par l’occupant Nazi (et pour cause) sera également l’auteur d’une série dans la collection « Odyssées »,mettant en scène un être de métal : « Homo le robot »

Le célèbre professeur Mélian a construit une magnifique machine doué d’une force prodigieuse et capable de se déplacer sur n’importe quel terrain. Le fait de posséder un émetteur de télévision dans sa tête lui permet en outre de transmettre en direct toutes les informations à son inventeur.Au départ, « Homo » sera le fidèle compagnon du commissaire Alix à qui il va apporter une aide précieuse contre les criminels, pour ensuite assister un réseau de résistants et lutter contre la barbarie Nazi.Je ne possède pas hélas toute la série mais nul doute,en regard des deux derniers titres de la série, que cette merveilleuse invention fut à l’origine de la fin de la seconde guerre mondiale :

- « Le formidable ennemi » N° 11 (1943)

- « La mort silencieuse » N°14 (1943)

- « La fièvre verte » N° 17 (1945)

- « Le révolté » N°24 (1945)

Cette aventure va se poursuivre dans la collection « Les sélections Hardis les Gars » :

- « Échec à la Kriegsmarine » N°15 (1946)

- « Le centaure de la pampa » N°16 (1946)

- « On a tué Hitler » N° 22 (1946)

- « La fin d’un tyran » N°23 (1946)

Dans la même collection « Sciences Anticipations » forte de huit volumes, Lucien Bornert publiera un autre roman « Le péril vient du ciel » en abordant cette fois-ci la thématique d’un cataclysme cosmique déclenché par l’apparition d’une planète mystérieuse abritant une race d’êtres supérieurs,

 « Robots sous-marins » de Lucien Bornert collection « Grands Romans Sciences Anticipations » éditions Le Trotteur N°5,1953.

Robotville 1     Robotville

 

 

 

 

 

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 7:18
Enregistré dans les auteurs et leurs oeuvres
« Le Monde Perdu » Rémy Bourlès

Posté le Mercredi 18 mars 2015

 

Bande publicitaire annonçant la réédition du romande Arthur Conan Doyle « Le monde perdu » dans une version séparant texte et dessins. C’est Rémy Bourlés qui réalisera les planches, un artiste au talent varié traitant de temps à autres des sujets de Science-Fiction. Nous lui devons entre autre , une adaptation du roman de Lucien Borent « Robotville » paru initialement en roman à épisode en 1940 dans la revue « Robinson » puis publié sous la forme d’une courte bande dessinée de neuf planches et paru dans la revue « L’intrépide » N° 416 du 17 Octobre 1957.

Cette version du célèbre roman de l’auteur Anglais sera publié dans les années 1957/58 dans de nombreuses revues sous la houlette de Mondial-Press et sera réédité pour la première fois dans son intégralité en 1998 par les éditions Apex, dans un tirage limité à 250 exemplaires.

le monde perdu

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 19:31
Enregistré dans en feuilletant les revues
« La jeune fille en proie aux monstres » Pierre De La Batut

Posté le Jeudi 12 mars 2015

Annonce dans la revue « Je sais tout » du 15 Aout 1921 concernant la parution le 15 septembre 1921 du roman de Pierre de la Batut « La jeune fille en proie au monstre »

le roman sera par la suite réédité en volume aux éditions Crés « Collection littéraire des romans d’aventures » 1921

 » Le manuscrit qu’on va lire m’a été remis par un de mes amis, jeune psychiatre, qui étudia pendant deux années, sous la direction d’éminents docteurs britanniques, le processus si singulier des affections mentales à l’asile de Geenwich. Lui même le tenait d’un de ses malades? Ce récit m’a paru assez curieux – véridique, dirais-je, si je ne craignais d’être enfermé à mon tour – pour être  traduit et publié »

de la batut

la jeune fille 2

la jeune fille

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 7:22
Enregistré dans Non classé
« Inventions Baroques & Guerre Maritime » Par H.Lanos

Posté le Mercredi 11 mars 2015

 

 

Dans cet article de la revue « Je sais tout » N° 125 du 15 Avril 1916 intitulé « Quelques inventions baroques relatives à la guerre maritime. Rêveries de maniaques ou visions de précurseurs » l’auteur , un certain Francis Marre, chroniquer scientifique lors de la grande guerre, va trouver le terrain favorable pour mettre en exergue les derniers progrès technologique et d’en dresser « ses incalculables conséquences sur les destinées du monde ». Véritables catalogues d’inventions folles, son article est en outre agrémenté de magnifiques compositions de Henri Lanos, une occasion supplémentaire de vous faire partager le talent de ce merveilleux artiste . Quelques unes des inventions ici décrites, semblent venir tout droit d’un roman de Albert Robida, grand spécialiste des guerres futures et n’auraient à mon avis, pas dénoté dans le très célèbre ouvrage de G. de Pawlowski « Inventions nouvelles et dernières nouveautés » (Bibliothèque Charpentier 1916).

A croire que les machines de guerre furent toujours une source d’inspiration pour nos illustres écrivains !

lanos invention barique 1

 L’éperon-dard à gaz asphyxiants

« C’est une arme terrible, assez robuste pour percer une épaisse coque d’acier et garnie de crochets. On la fixe à la quille des navires de guerre ou de commerce.Dès que le navire ainsi armé a défoncé un sous-marin, ds gaz toxiques se dégagent de l’extrémité de l’éperon et asphyxient l’équipage »

 

lanos 2

Doubles-coques pour écarter les mines sous-marines

Pour protéger les navires de guerre des mines sous-marines, on a imaginé de les doter d’une doublure extérieure, formée d’un treillis de lames d’acier et qui, articulée sur toute kla lonueur de la quille, peut-être plus ou moins écartée du bateau, au moyen d’un dispositif assez simple de poulies ou câbles »

 

lanos 3

Un jet d’eau qui fait dévier les torpilles

« Pour écarter le terrible engin du navire menacé, un esprit original à proposé de lancer contre lui un jet puisant d’un fluide quelconque, air ou eau sous pression, chassé par d ’énormes pompes centrifuges »

 

lanos 4

L’aéroplane sous-marin

« Cet extraordinaire avion replie ses ailes au moment où il se pose sur les flots, les ramène contre sa coque et se trouve prêt à plonger, comme le plus vulgaire des submersibles »

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 7:01
Enregistré dans Non classé
« Le monde Perdu » Illustration de Géo Dupuis

Posté le Mardi 10 mars 2015

 

« Un vaste silence régna… Challenger fit glisser le couvercle mobile de la caisse, murmura : « Petit, petit », et presque aussitôt, avec un bruit de grattement et de battement, une horrible créature, sortant de la caisse, se percha au-dessus. »

« Le monde perdu » de sir Arthur Conan Doyle paru dans la revue « Je sais tout » du N° 106 ( 15 Novembre 1913) au N° 114 (15 Juillet 1914)

Illustrations de Geo Dupuis

 

le monde perdu

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 23:20
Enregistré dans Non classé
« Le petit robinson » au coeur des mondes imaginaires

Posté le Mardi 10 mars 2015

 

Voici la couverture de l’un des articles ( cinq au total) relevé dans la revue « Le petit Robinson » de l’année 1925  et appartenant à notre domaine. Dans celui-ci l’auteur consacre cinq thématiques sous forme de cinq articles abordant des ouvrages de l’imaginaire:

- « Faune de cauchemar dans une ile du Pacifique »

- « Humains artificiels »

- « Homme-poisson, oiseaux géants,centaures »

- « Les Xipehuz »

- Fantastiques êtres souterrains »

Les articles des numéros suivants parlent des habitants de Mars, de la lune, de nos « petits cousins » du système solaire, et de « voyages merveilleux aux cités futures »: Tout un programme à venir « Sur l’autre face du monde »

 

étres étranges

merveilleuxscientifiqueunblogfr @ 7:17
Enregistré dans Non classé
123456...46